Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Attentat à Bruxelles : Deux Suédois tués, l’assaillant toujours en fuite

Un message vidéo de revendication a été posté sur les réseaux sociaux par un homme "se présentant comme l'assaillant et se disant inspiré par l'État islamique"

Des policiers belges du service médico-légal après que deux personnes ont été tuées lors d'une fusillade à Bruxelles, le 16 octobre 2023 au soir, par un suspect en fuite. (Crédit : Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Des policiers belges du service médico-légal après que deux personnes ont été tuées lors d'une fusillade à Bruxelles, le 16 octobre 2023 au soir, par un suspect en fuite. (Crédit : Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)

Deux ressortissants suédois ont été tués lundi soir à Bruxelles dans une attaque à l’arme à feu qualifiée de « lâche attentat » par le Premier ministre belge Alexander De Croo, et dont l’auteur, qui a fui en scooter, était activement recherché dans la nuit.

Un message vidéo de revendication a été posté sur les réseaux sociaux par un homme « se présentant comme l’assaillant et se disant inspiré par l’État islamique », a souligné le parquet fédéral, chargé des dossiers de terrorisme, qui a été saisi de l’enquête.

D’après plusieurs médias belges, le suspect, Abdesalem L., est un homme de 45 ans d’origine tunisienne qui réside dans la commune bruxelloise de Schaerbeek.

Le niveau de la menace terroriste a été relevé à quatre, considérée comme « très grave » (niveau maximal) lundi soir dans la région de Bruxelles. Le mot d’ordre est « de rester chez soi aussi longtemps que la menace n’est pas éradiquée ».

L’attaque est survenue peu après 19h (17h GMT) près de la Place Sainctelette, à Bruxelles, à quelques heures d’un match de qualifications de l’Euro-2024 de football opposant la Belgique à la Suède au stade Roi-Baudouin.

Le ministre suédois des Affaires étrangères Tobias Billström s’est dit « dévasté » par cette attaque ayant coûté la vie à deux supporters suédois.

D’après les premiers éléments, l’assaillant a pris pour cible avec une arme automatique ces derniers ainsi qu’un chauffeur de taxi, qui a été blessé mais est hors de danger.

Des policiers devant le stade Roi-Baudouin à la suite du match de football de qualification pour l’Euro 2024 entre la Belgique et la Suède, à Bruxelles, le 16 octobre 2023, après que deux Suédois ont été abattus lors d’une attaque dans la ville. (Crédit : JOHN THYS / AFP)

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a fustigé un « abject attentat », tandis que le président français Emmanuel Macron a déploré une « attaque terroriste islamiste ». La France a annoncé un renforcement de ses contrôles aux frontières.

Le match Belgique-Suède a été arrêté à la mi-temps, vers 21h30.

Mais les quelque 35 000 spectateurs du stade Roi-Baudouin ont ensuite été retenus plus de deux heures par mesure de sécurité. L’enceinte a été évacuée progressivement, et les supporters suédois conduits sous escorte à l’aéroport pour regagner leur pays.

Sur le réseau social X (anciennement Twitter), le Premier ministre belge a présenté ses condoléances à son homologue suédois Ulf Kristersson après le « lâche attentat sur des citoyens suédois à Bruxelles ». Il a appelé à l’unité dans « le combat contre le terrorisme ».

« Je suis actuellement avec les ministres de la Justice et l’Intérieur au centre de crise national. Nous suivons l’évolution de la situation et demandons aux Bruxellois d’être vigilants », a ajouté M. De Croo.

Dans la vidéo de revendication, « la nationalité suédoise des victimes est évoquée comme motivation probable de l’acte », a précisé un porte-parole du parquet fédéral, Eric Van Duyse.

La Suède, dont l’image s’était fortement dégradée cet été dans le monde musulman après plusieurs profanations du Coran autorisées sur son sol, avait décidé le 17 août de relever son niveau d’alerte terroriste, estimant que la menace d’attentats « persistera pendant longtemps ».

« À ce stade, aucun élément n’indique un lien potentiel avec la situation israélo-palestinienne », a encore souligné Eric Van Duyse.

https://twitter.com/mvalet_officiel/status/1714026540638335359

Dans le contexte de guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, la France est passée vendredi en mode « urgence attentat » après l’assassinat d’un enseignant poignardé dans un lycée par un ancien élève radicalisé.

À Bruxelles, le tireur présumé portait une veste orange fluo au moment de l’attaque avec une arme automatique et il s’est enfui en scooter, selon une vidéo des lieux diffusée par les médias, où l’on entend au moins quatre coups de feu.

La Belgique a déjà été la cible de plusieurs attentats revendiqués par le groupe État islamique.

Le plus meurtrier a été perpétré le 22 mars 2016, quand Bruxelles avait été frappée par une double attaque-suicide à l’aéroport de Zaventem et dans le métro en plein quartier européen. Il y avait eu 35 morts.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.