Rechercher

Attentats à la bombe à Jérusalem : réactions internationales

Le Premier ministre canadien s'est dit "incroyablement attristé" d'apprendre la mort d'Aryeh Shtsupak, qui avait la nationalité canadienne ; Ankara et Kiev ont envoyé des déclarations de soutien

La police israélienne inspectant le lieu d'une explosion à un arrêt de bus à Jérusalem, le 23 novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Mahmoud Illean)
La police israélienne inspectant le lieu d'une explosion à un arrêt de bus à Jérusalem, le 23 novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Mahmoud Illean)

Les États-Unis, le Canada et d’autres pays ont condamné les deux attentats à la bombe qui ont secoué Jérusalem mercredi matin, tuant un adolescent et blessant plus d’une vingtaine d’autres personnes, alors que certains ont exprimé leurs craintes que l’attaque ne déclenche une escalade de la violence

Aryeh Shtsupak, un étudiant de yeshiva de 16 ans du quartier Har Nof de la capitale et citoyen canadien, a été tué dans un attentat à la bombe à un arrêt de bus près de l’entrée principale de Jérusalem tôt mercredi matin. Au moins 22 autres personnes ont été blessées dans cet attentat et dans un autre attentat à la bombe coordonné peu après au carrefour très fréquenté de Ramot dans la capitale, dont plusieurs sont dans un état critique ou grave.

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a déclaré sur Twitter qu’il était « incroyablement attristé » d’apprendre la mort d’Aryeh Schupak. « J’envoie à sa famille et à ses amis mes plus sincères condoléances », a ajouté Trudeau, précisant que « le Canada condamne cette violence dans les termes les plus forts possibles ».

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, s’est joint mercredi au président Joe Biden et à l’ambassadeur en Israël, Tom Nides, pour condamner les attentats terroristes à Jérusalem.

« Les États-Unis se tiennent résolument aux côtés du peuple d’Israël face aux attaques terroristes qui ont eu lieu ce matin à Jérusalem », a déclaré Blinken dans un communiqué.

« Nous exprimons nos condoléances à la famille des défunts et souhaitons à toutes les victimes un prompt rétablissement. Nous restons en contact étroit avec nos partenaires israéliens et réaffirmons que notre engagement envers la sécurité d’Israël reste inébranlable. »

« Les États-Unis ont offert toute l’aide appropriée au gouvernement d’Israël alors qu’il enquête sur les attentats et qu’il œuvre à traduire les auteurs de ces attaques devant la justice », a dit Karine Jean-Pierre, porte-parole de la Maison Blanche, dans une déclaration.

Tom Nides, l’ambassadeur américain en Israël, s’est dit « consterné » par le « lâche » attentat terroriste de Jérusalem qui a fait un mort et 22 blessés.

« Mon cœur se brise pour les familles de ceux qui ont été touchés », a déclaré Nides dans un tweet.

Aryeh Shtsupak, 16 ans, tué dans un attentat à la bombe à l’entrée de Jérusalem, le 23 novembre 2022. (Autorisation)

L’ambassadrice canadienne au sein de l’État juif, Lisa Stadelbauer, a confirmé mercredi Shtsupak, était citoyen canadien en plus d’avoir la nationalité israélienne.

Condamnant « toutes les formes de terrorisme », l’envoyée a transmis ses condoléances aux proches du défunt et fait part de ses vœux de rétablissement rapide aux blessés dans ces deux attentats à la bombe coordonnés, disant que ces attaques étaient « inacceptables ».

L’ambassadeur britannique Neil Wigan s’est dit « choqué par les attaques terroristes de ce matin » qui ont fait un mort et au moins 20 blessés à Jérusalem.

« Nos plus sincères condoléances aux personnes touchées, à leurs familles et à leurs amis », a-t-il tweeté sur son compte personnel.

« Le Royaume-Uni se tient aux côtés d’Israël contre le terrorisme. »

Le bras diplomatique de l’Union européenne a « condamné dans les termes les plus forts » l’attaque terroriste de Jérusalem.

« Nous exprimons nos plus sincères condoléances aux familles des victimes et souhaitons un prompt rétablissement à tous les blessés », a déclaré le Service européen d’action extérieure (SEAE) dans un communiqué.

L’UE a ajouté qu’elle est « préoccupée par la dangereuse escalade de la violence en Israël et dans le territoire palestinien occupé » et a souligné qu’elle est fermement engagée dans la lutte contre le terrorisme.

Tor Wennesland, le coordinateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, a également condamné les « horribles attaques terroristes à Jérusalem » et a adressé ses « plus profondes condoléances à la famille de la victime. » Wennesland a ajouté que « le terrorisme [et] la violence contre les civils ne peuvent jamais être justifiés ».

Les funérailles d’Aryeh Shtsupak mort dans une attaque terroriste à un arrêt de bus à l’entrée de Jérusalem, le 23 novembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’ambassade d’Ukraine en Israël s’est dit « profondément attristée par les attaques meurtrières à Jérusalem ».

« Rien ne justifie le terrorisme », écrit l’ambassade en anglais et en ukrainien dans une publication Facebook. « Chaque humain mérite la paix. »

Les relations entre Kiev et Jérusalem ont été de plus en plus tendues ces dernières semaines, les responsables ukrainiens reprochant publiquement à Israël de ne pas fournir de systèmes d’armes défensifs, et Israël critiquant le soutien de l’Ukraine à une mesure anti-israélienne à l’ONU.

La Turquie, autre nation ayant des relations cahoteuses avec Israël, a déclaré qu’elle « condamnait l’attaque terroriste visant des civils » et souhaitait un prompt rétablissement aux personnes blessées et adressait ses condoléances à la famille de l’adolescent qui a été tué.

Ankara a ajouté qu’elle était « profondément préoccupée par la récente escalade de la tension à Jérusalem et en Cisjordanie » et par les pertes de vies humaines.

L’ambassadeur australien en Israël, Paul Griffiths, a tweeté que ses « pensées vont aux personnes touchées par les attaques choquantes à Jérusalem ». Il a ajouté qu’ « une telle violence n’est jamais acceptable » et a appelé les Australiens en Israël à « rester vigilants et à suivre les conseils des autorités locales ».

Tweetant en français et en hébreu, l’ambassade de France en Israël a déploré que « Jérusalem ait été une nouvelle fois frappée ce matin », condamnant les attentats à la bombe, les qualifiant d’ « aveugles et choquants ».

Aucune revendication n’a été encore faite à la suite des attentats de mercredi, mais le groupe terroriste palestinien du Hamas a salué les attaques.

Une officière supérieure de la police israélienne a déclaré que la police recherchait une cellule terroriste organisée qui a fait exploser deux engins explosifs de « haute qualité ». Le chef de la division des opérations de la police a déclaré que les « puissants engins explosifs [capables de produire] un niveau élevé de dégâts » étaient cachés derrière l’arrêt de bus et dans un buisson.

Le chef de la police, Kobi Shabtai, sur les lieux d’une explosion à Jérusalem, le 23 novembre 2022. (Crédit : Police israélienne)

Les engins explosifs enclenchés à distance étaient flanqués de clous pour maximiser le nombre de victimes, selon les responsables de la police.

En raison de la nature de l’attaque, deux bombes presque identiques ayant explosé à une demi-heure d’intervalle à deux arrêts de bus, la commissaire adjointe Sigal Bar Zvi a déclaré qu’en raison de la nature de l’attaque, la police soupçonnait une cellule organisée d’être à l’origine de l’attentat, plutôt qu’une seule personne.

« Je sais que nous capturerons la cellule terroriste », a-t-elle déclaré.

Les attentats à la bombe dans les bus et les lieux publics ont été une caractéristique de la Seconde Intifada de 2000 à 2005, mais ils ont diminué au cours des 17 dernières années, ce que les responsables israéliens ont attribué au renforcement des mesures de sécurité, notamment la barrière de sécurité en Cisjordanie, et à l’amélioration des renseignements.

Lazar Berman et Emanuel Fabian ont contribué à cet article. 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...