Israël en guerre - Jour 138

Rechercher

Au plus fort des combats à Gaza, Tsahal trouve des armes et des images du 7 octobre

Selon les Palestiniens, l'armée a fait une descente dans un hôpital du nord de Gaza en plein combat ; Des roquettes ont été tirées sur les communautés frontalières en Israël

  • Illustration : Photo prise dans le sud d'Israël, près de la frontière avec la bande de Gaza, le 11 décembre 2023, avec un soldat de l'armée israélienne sur un char. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
    Illustration : Photo prise dans le sud d'Israël, près de la frontière avec la bande de Gaza, le 11 décembre 2023, avec un soldat de l'armée israélienne sur un char. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
  • Des soldats israéliens dans la bande de Gaza sur une photo non datée publiée le 12 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Des soldats israéliens dans la bande de Gaza sur une photo non datée publiée le 12 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Des soldats israéliens dans la bande de Gaza sur une photo non datée publiée le 12 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Des soldats israéliens dans la bande de Gaza sur une photo non datée publiée le 12 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Des soldats israéliens dans la bande de Gaza sur une photo non datée publiée le 12 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Des soldats israéliens dans la bande de Gaza sur une photo non datée publiée le 12 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Une colonne de fumée s'élève après une frappe aérienne israélienne sur la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 12 décembre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
    Une colonne de fumée s'élève après une frappe aérienne israélienne sur la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 12 décembre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
  • Un homme passe à vélo devant un bâtiment détruit portant une inscription en arabe qui signifie « Omar et Oussama Badawi sous les décombres » à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 12 décembre 2023. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)
    Un homme passe à vélo devant un bâtiment détruit portant une inscription en arabe qui signifie « Omar et Oussama Badawi sous les décombres » à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 12 décembre 2023. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)

L’armée israélienne a poursuivi son offensive contre le Hamas, à Gaza, ce mardi. Des soldats se sont battus dans la partie sud de la bande de Gaza, tandis que d’autres, dans le nord de l’enclave, ont découvert des armes et des documents concernant l’épouvantable massacre du 7 octobre dernier en Israël.

Au 67e jour de l’offensive israélienne pour éliminer le Hamas de Gaza, il a été rapporté qu’une opération de l’armée israélienne et des échanges de tirs s’étaient poursuivis dans un hôpital. Dans le même temps, l’armée a publié ce qu’elle présente comme des preuves attestant que le Hamas se battait depuis des zones résidentielles, au mépris du danger pour les civils.

Ces combats intenses sont marqués par un pivot de l’attention, qui s’est déplacée vers le nord, à la frontière entre Israël et le Liban, en proie à de très fortes violences ce mardi, avec des roquettes et des drones tirés sur des communautés israéliennes et des positions militaires près de la frontière. Israël a riposté par des bombardements.

Les tirs de roquettes depuis Gaza se sont également poursuivis, avec pour cibles des villes proches de la bande de Gaza ainsi que la ville côtière d’Ashkelon. Aucun blessé ou dommage n’a été signalé suite à ces tirs, dont le nombre a tendance à sensiblement diminué au fil du temps.

L’armée israélienne a déclaré que des parachutistes combattant le Hamas dans les quartiers de Zeitoun et Shejaiya, à Gaza, ont découvert des sites de fabrication de roquettes, ainsi que des cartes mémoire contenant des images de l’assaut brutal du groupe terroriste du 7 octobre sur le sud d’Israël.

Dans un quartier résidentiel de Jabaliya, autre zone clé située dans les environs de la ville de Gaza, des soldats de la brigade d’infanterie Nahal ont découvert des armes à feu, des lance-roquettes, des engins explosifs et d’autres équipements dans des bâtiments résidentiels, a déclaré l’armée israélienne, publiant une vidéo de certaines des découvertes.

Certaines armes ont été détruites et d’autres rapatriées pour un examen plus approfondi, a ajouté l’armée.

Tsahal a précisé que les soldats avaient par ailleurs visité un appartement utilisé par des membres du commando Nukhba du Hamas en tant que base d’attaque contre les soldats. Dans cet appartement, les soldats ont trouvé des documents et des ordinateurs portables qui, selon l’armée israélienne, contiennent les plans des attaques du 7 octobre.

Enfin, l’armée israélienne a déclaré avoir mené des frappes contre plusieurs lance-roquettes du Hamas à Gaza au cours de la journée, dont une alors qu’elle tirait des projectiles sur Sderot.

L’unité d’élite Duvdevan a attaqué un bâtiment utilisé par des hommes armés du Hamas, à l’intérieur duquel elle a trouvé quelque 250 mortiers, roquettes et lance-roquettes. Pour sa part, la marine a mené des frappes contre des membres du Hamas identifiés en train de tirer sur les forces terrestres à Gaza.

Depuis le début de l’offensive terrestre, le 27 octobre, le bilan de l’armée fait état de 105 soldats morts à Gaza et 582 blessés – 133 grièvement, 218 modérément et 231 légèrement, selon les données communiquées lundi.

Des Palestiniens blessés attendent à l’hôpital Kamal Adwan de Beit Lahia, dans la bande de Gaza, le 21 novembre 2023. (Crédit : AFP)

Mardi, le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a déclaré que des soldats de Tsahal étaient entrés dans l’hôpital Kamal Adwan de Jabaliya « après l’avoir assiégé et bombardé durant des jours ».

L’agence humanitaire de l’ONU OCHA a déclaré : « L’hôpital reste encerclé par les soldats israéliens et les chars, et des combats avec des groupes armés ont été signalés dans les environs pendant trois jours consécutifs. »

Elle a ajouté que deux mères de famille ont été tuées lors d’une frappe sur la maternité et que 3 000 personnes déplacées étaient piégées dans l’établissement qui, selon certaines informations, ferait face à des « pénuries extrêmes en matière d’eau, de nourriture et d’électricité ».

Tsahal n’a pas commenté cette information. L’armée a déclaré que les hôpitaux de Gaza étaient régulièrement utilisés par le Hamas comme bases opérationnelles. Son intervention dans plusieurs hôpitaux du nord de Gaza lui ont permis d’en apporter la preuve.

L’armée israélienne a également coordonné l’évacuation des hôpitaux.

Plus de deux mois après le début de la guerre déclenchée par le massacre du Hamas le 7 octobre en Israël, le chef de l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens, Philippe Lazzarini, a comparé Gaza à « un enfer sur terre ».

Le chef de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré mardi qu’un patient était décédé sur le chemin d’un hôpital de Gaza en raison d’un contrôle prolongé à un poste de contrôle de l’armée israélienne.

Il a écrit sur X que l’OMS était « profondément préoccupée par les contrôles et la détention prolongés des travailleurs de la santé qui mettent en danger la vie de patients déjà fragiles ».

« À cause des retards, un patient grièvement blessé est décédé en cours de transfert », a-t-il déclaré. Tedros n’a pas précisé dans son message qui avait effectué les contrôles, mais un porte-parole de l’OMS a déclaré à l’AFP qu’ils avaient eu lieu à un poste de contrôle de l’armée israélienne.

Il a ajouté qu’au cours du week-end, l’agence de santé des Nations unies et ses partenaires avaient réussi à livrer des fournitures essentielles aux services de traumatologie et chirurgie de l’hôpital Al-Ahli et à transférer 19 patients dans un état critique.

Israël a demandé à plusieurs reprises aux habitants du nord de Gaza de quitter les zones dans lesquelles il combat les forces du Hamas.

L’armée a également déclaré que le poste-frontière de Kerem Shalom serait dorénavant chargé de l’inspection de l’aide à Gaza, afin d’augmenter le nombre de camions susceptibles d’y entrer chaque jour.

Jusqu’alors, Israël inspectait les camions au point de passage de Nitzana, plus petit, entre Israël et l’Égypte, avant de les renvoyer sur Rafah. Bien que les installations de Kerem Shom soient également désormais responsables de l’inspection des camions, ces derniers continueront à entrer dans Gaza par Rafah.

« Cette importante étape est destinée à accroître le volume d’aide qui parvient à Gaza. Nous espérons que tout sera fait pour recevoir et distribuer l’aide », a posté sur X l’agent de liaison militaire israélien auprès des Palestiniens (COGAT).

Cela faisait des semaines que l’administration Biden et l’ensemble de la communauté internationale faisaient pression sur Israël pour l’ouverture du poste de Kerem Shalom, un temps principal point de passage de marchandises vers Gaza. Depuis le début de la guerre, toute l’aide entrait dans la bande de Gaza par le point de passage égyptien de Rafah, principalement utilisé par des piétons.

Par ailleurs, à mesure que l’offensive progresse, les nouvelles sont plutôt mitigées concernant la reprise de pourparlers en vue d’un accord de libération des otages. Les autorités israéliennes estiment que leur offensive exerce une pression sur le Hamas pour qu’il libère les otages, ce à quoi le Hamas rétorque que les otages ne quitteront pas la bande de Gaza tant que ses demandes n’auront pas été satisfaites.

Le nombre d’otages encore à Gaza – pas tous vivants – est estimé à 138, suite à la libération de 105 civils lors d’une trêve d’une semaine, fin novembre. Quatre otages avaient été libérées un peu avant et une, secourue par les soldats israéliens. Ces derniers jours, l’armée israélienne a confirmé la mort de 18 otages aux mains du Hamas, sur la foi de nouveaux renseignements obtenus par les soldats déployés à Gaza.

Citant une source anonyme, Haaretz a indiqué qu’aucun pourparler n’avait eu lieu entre Israël et le Hamas sur la libération des otages depuis l’échec du précédent.

Mais une autre source a déclaré au journal que le canal de médiation qatari était toujours ouvert et que les parties pourraient tout-à-fait s’orienter vers un nouvel accord.

Des Israéliens participent à un rassemblement appelant à la libération des otages israéliens détenus par des terroristes du Hamas à Gaza, sur la Place des otages de Tel Aviv, le 9 décembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Cette opération terrestre fait suite à trois semaines de bombardements aériens en riposte aux massacres perpétrés par 3 000 terroristes entrés par la force en Israël depuis la bande de Gaza, le 7 octobre dernier, qui ont tué 1 200 personnes et emmené 240 otages, presque tous civils.

Israël a riposté en déclarant la guerre au Hamas et en lançant une offensive destinée à renverser le groupe terroriste au pouvoir à Gaza et à obtenir la libération des otages. L’opération terrestre s’est d’abord concentrée sur le nord de Gaza, avant de se déployer au sud de l’enclave.

Le ministère de la Santé dirigé par le Hamas à Gaza affirme que la campagne militaire d’Israël, déclenchée en riposte aux attaques meurtrières du groupe terroriste, a tué jusqu’à présent plus de 18 400 personnes, pour la plupart des femmes et des enfants. Ces chiffres, invérifiables de manière indépendante, pourraient comprendre 7 000 terroristes et civils du Hamas (données israéliennes), ainsi que des personnes tuées par des tirs ratés de roquettes terroristes. S’y ajoute le millier de terroristes tués en Israël lors des événements du 7 octobre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.