Au sommet du mont Olympe, les pilotes israéliens testent leur courage
Rechercher

Au sommet du mont Olympe, les pilotes israéliens testent leur courage

L’armée de l’air termine 2 semaines d’exercice en Grèce avec des hélicoptères et des avions de transport légers

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

L’armée de l’air israélienne a achevé un exercice de 16 jours en Grèce cette semaine, qui comprenait un atterrissage au sommet des 2 918 mètres du mont Olympe, la résidence mythologique des dieux grecs, a annoncé l’armée.

Des hélicoptères israéliens Blackhawk et Sikorsky CH-35, respectivement Yasur et Yanshuf en hébreu, ainsi qu’un avion de transport léger Beechcraft King Air B-200, le Tzofit, ont participé à l’exercice, selon l’armée de l’air.

L’aviation israélienne a effectué quelque 200 sorties pendant les 16 jours et nuits en Grèce, aux côtés de son homologue grecque.

L’exercice a placé les pilotes israéliens dans des lieux qu’ils ne connaissaient pas, et leur a fait faire des atterrissages à hautes altitudes, dans des conditions différentes de ce qu’ils expérimentent en Israël.

Hélicoptères grecs et israéliens sur le tarmac pendant un exercice de 16 jours en Grèce, en septembre 2016. (Crédit : armée de l'air israélienne)
Hélicoptères grecs et israéliens sur le tarmac pendant un exercice de 16 jours en Grèce, en septembre 2016. (Crédit : armée de l’air israélienne)

« Notre objectif est d’abord et avant tout de former nos équipages à de nouvelles conditions », a déclaré le général d’escadron de soutien aérien et d’hélicoptère Nir Nun-Nun dans une vidéo publiée par l’armée de l’air.

« Israël est un pays merveilleux, mais il est petit », a-t-il déclaré.

Contrairement à l’Etat juif, où une légère pluie en septembre est considérée comme anormale, la Grèce connait régulièrement des chutes d’eau et un temps plus sévère.

Le sommet à 2 918 mètres du mont Olympe fournit aussi une altitude beaucoup plus haute pour l’atterrissage que le mont Hermon israélien, qui culmine à 2 236 mètres.

Un technicien travaille sur hélicoptère Blackhawk israélien pendant un exercice de 16 jours en Grèce, en septembre 2016. (Crédit : armée de l'air israélienne)
Un technicien travaille sur hélicoptère Blackhawk israélien pendant un exercice de 16 jours en Grèce, en septembre 2016. (Crédit : armée de l’air israélienne)

« L’exercice comprenait une coopération entre différents divisions et escadrons de l’armée de l’air israélienne et la coopération avec l’armée de l’air hellénique tout en volant au-dessus d’un territoire inconnu, d’une topographie changeante et de hautes montagnes », selon le commandant de la base aérienne Palmahim, qui a également mené l’exercice. (Pour des raisons de sécurité, son nom n’est pas rendu public.)

Le général Nir Nun-Nun, à droite, avec son homologue grec, le général Christos Iliopoylos, à gauche, pendant un exercice de 16 jours en Grèce, en septembre 2016. (Crédit : armée de l'air israélienne)
Le général Nir Nun-Nun, à droite, avec son homologue grec, le général Christos Iliopoylos, à gauche, pendant un exercice de 16 jours en Grèce, en septembre 2016. (Crédit : armée de l’air israélienne)

L’exercice a également fourni la première opportunité pour le dirigeant de l’escadron de soutien aérien et d’hélicoptère israélien de rencontrer son homologue grec, le général Christos Iliopoylos, directeur de la branche aviation de l’armée hellénique, a annoncé l’armée de l’air.

« La Grèce est un partenaire stratégique de l’Etat d’Israël. L’exercice fait partie d’une coopération inestimable. Dans le passé, les Grecs se sont rendus en Israël pour s’entraîner avec nous », a déclaré Nin-Nin.

L’exercice a nécessité six mois de planification, dont un mois et demi de préparation de l’équipement qui a fait le voyage au-dessus de la mer Méditerranée, a annoncé l’armée de l’air.

C’était la quatrième fois qu’Israël participait à un exercice en Grèce.

Des avions de combat israéliens et étrangers participent à un entraînement aérien dans un ciel nuageux au dessus du désert du Néguev pendant l'exercice «Blue Flag» à l'aérodrome d'Ovda près d'Eilat, le 27 octobre 2015. (Crédit : armée de l'air israélienne )
Des avions de combat israéliens et étrangers participent à un entraînement aérien dans un ciel nuageux au dessus du désert du Néguev pendant l’exercice «Blue Flag» à l’aérodrome d’Ovda près d’Eilat, le 27 octobre 2015. (Crédit : armée de l’air israélienne )

En 2015, les pilotes grecs avaient participé à l’exercice Blue Flag en Israël, le plus grand exercice international de l’armée de l’air israélienne à ce jour. Pendant les deux semaines, l’armée de l’air hellénique avait volé aux côtés d’Israéliens, d’Américains et de Polonais dans tout le pays.

Le mois dernier, l’armée de l’air a participé à l’exercice Red Flag de l’armée de l’air américaine, en volant aux côtés de pilotes du Pakistan et des Emirats arabes unis, deux pays avec qui Israël n’a pas de relations diplomatiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...