Rechercher

Audience préliminaire du procès pour diffamation intenté par Netanyahu contre Olmert

Ehud Olmert avait traité Benjamin, Sara et Yair Netanyahu de "cinglés" ; un juge a demandé aux parties de ne pas transformer le dossier en "cirque"

L'ex-Premier ministre israélien Ehud Olmert, à gauche, et l'ex-Premier ministre  Benjamin Netanyahu, 2è à droite, à côté de son épouse Sara, lors de l'audience préliminaire du procès pour diffamation intenté par la famille Netanyahu contre Ehud Olmert à la cour des magistrats de Tel Aviv, le 10 janvier 2022. (Crédit : Avshalom SASSONI / POOL / AFP)
L'ex-Premier ministre israélien Ehud Olmert, à gauche, et l'ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu, 2è à droite, à côté de son épouse Sara, lors de l'audience préliminaire du procès pour diffamation intenté par la famille Netanyahu contre Ehud Olmert à la cour des magistrats de Tel Aviv, le 10 janvier 2022. (Crédit : Avshalom SASSONI / POOL / AFP)

Deux ex-Premiers ministres israéliens se sont faits face dans la salle d’audience de la cour des magistrats de Tel Aviv, lundi, dans le cadre de la plainte pour diffamation qui a été déposée par la famille Netanyahu contre Ehud Olmert. C’était l’audience préliminaire du procès.

Olmert et son avocat se trouvaient dans la salle ainsi que Benjamin et Sara Netanyahu, leur fils Yair et leur avocat.

Au mois de mai, la famille Netanyahu avait porté plainte pour diffamation contre Olmert qui, à l’époque, avait estimé que l’ancien Premier ministre qui était toujours au pouvoir, son épouse Sara et leur fils Yair étaient atteints par « une maladie psychique » dans des interviews.

La famille Netanyahu réclame 837 000 shekels de dommages et intérêts pour « les efforts obsessionnels livrés pour nuire à [sa] bonne réputation publique, par jalousie et également en résultat d’une frustration profonde ».

Interrogé par le juge Amit Arliv sur l’origine de ses propos, Olmert a déclaré que « j’ai suivi leurs agissements, j’ai entendu des enregistrements de la famille, j’ai discuté avec des experts et avec des gens qui les côtoient et qui les connaissent très bien. Ils m’ont décrit des comportements qui sont généralement considérés comme anormaux, des comportements insensés ».

L’avocat de Netanyahu, Yossi Cohen, a déclaré que « je ne comprends pas comment un homme peut écrire très calmement que Sara Netanyahu avait été prise en charge dans un foyer de traitement. Nous n’avons pas de problème avec M. Olmert, il a traversé des choses difficiles. Mais il y a une famille qui est assise ici – une famille qui, à mes yeux, fait partie de la fine fleur d’Israël – qui a dû subir les propos d’un ancien Premier ministre (qui, soit dit entre nous, n’a pas le passé le plus exempt de tache) et qui a déclaré que ses membres étaient atteints par une ‘maladie psychique’. »

L’ancien Premier ministre Ehud Olmert à la cour des magistrats de Tel Aviv, le 10 janvier 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Pool Photo via AP)

Olmert a purgé une peine de prison après avoir été reconnu coupable de corruption pendant son mandat de maire à Jérusalem, avant de devenir chef du gouvernement. Netanyahu, pour sa part, est actuellement traduit devant la justice pour des faits de corruption présumés commis alors qu’il était Premier ministre.

A un moment de l’audience, Cohen a déclaré que « dans un autre pays, Olmert aurait été arrêté » pour ses propos. Le juge a alors rétorqué que « grâce à Dieu, nous ne nous trouvons pas dans un tel pays ».

L’ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara arrivent à une audience préliminaire suite à leur dépôt de plainte pour diffamation contre l’ancien chef de gouvernement Ehud Olmert à la cour des magistrats de Tel Aviv, le 10 janvier 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/POOL)

De son côté, l’avocat d’Olmert, Amir Titonovich, a demandé d’avoir accès aux antécédents médicaux de la famille Netanyahu. Le magistrat a répondu que ces antécédents médicaux n’étaient pas la question mais qu’il s’agissait de savoir si les paroles prononcées par Olmert étaient fondées au moment où il les avait dites.

Yariv a ajouté qu’il était « malheureux qu’un sujet aussi douloureux que la maladie mentale soit transformé en cirque » par les deux parties.

Il a suggéré qu’Olmert devait « établir publiquement que ses propos n’étaient qu’une opinion, qu’il ignore si elles reflètent ou non la vérité, et qu’il ne pense pas que cette question nécessite un examen de la cour ».

L’ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara à la cour des magistrats de Tel Aviv, le 10 janvier 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Pool Photo via AP)

Si Olmert insiste néanmoins sur la véracité de ses propos, a averti le juge, il faudra que la défense apporte des preuves sérieuses, ce qui pourrait lui causer des difficultés.

Il a ajouté que « les deux parties ont intérêt à ne pas transformer cette affaire en cirque. Si on prend en compte l’identité des deux parties, indépendamment de notre insistance sur le caractère juridique de cette affaire, tout cela va se transformer en cirque. Et je ne pense pas que cela soit dans l’intérêt des deux parties ».

Yariv a réprimandé, dimanche, la famille Netanyahu qui avait cherché à esquiver la session, ou à la passer en visioconférence. La famille avait évoqué la difficulté des arrangements sécuritaires à mettre en place dans sa requête de ne pas venir en personne au tribunal.

Yariv a expliqué qu’il attendait des trois plaignants qu’ils soient présents lors des audiences et il a mis en garde contre d’éventuelles conséquences s’ils devaient ignorer sa directive.

L’ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu et son fils Yair arrivent pour une audience au tribunal à la cour des magistrats de Tel Aviv, le 10 janvier 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/POOL)

Dans deux interviews distinctes, l’année dernière – une avait été accordée à la Douzième chaîne et l’autre au site d’information Democrat TV – Olmert avait critiqué Netanyahu et déclaré que « ce qui est irréparable, ce sont les maladies psychiques du Premier ministre, de son épouse et de son fils », se référant à Yair Netanyahu.

« Ils ont besoin d’un traitement psychiatrique », avait-il ajouté.

En réponse à la plainte qui avait suivi, Olmert avait indiqué être « amusé par cette bande de cinglés ».

Olmert a affirmé dans sa défense que son opinion reflétait l’atmosphère qui règne dans une partie du public et que les mots qu’il avait utilisés ne sont pas calomnieux.

Il a aussi demandé à la cour de lui permettre qu’un psychiatre de son choix examine la famille Netanyahu.

Olmert comme Netanyahu connaissent bien les salles des tribunaux.

Olmert avait précédé Netanyahu au poste de Premier ministre israélien, présentant sa démission avant sa mise en examen officielle pour des faits de corruption. Il avait été condamné pour fraude en 2014 et il avait passé 16 mois en prison sur une peine totale de 27 mois.

Netanyahu, pour sa part, est actuellement traduit devant les juges dans trois dossiers de corruption distincts. Il est mis en examen pour fraude et abus de confiance dans les Affaires 1000 et 2000 et il doit répondre de fraude, d’abus de confiance et de pots-de-vin dans l’Affaire 4000.

Netanyahu n’a cessé de clamer son innocence, disant être victime d’un complot ourdi par la police et les procureurs de l’État -eux mêmes supervisés par un procureur-général « faible », selon ses mots – aux côtés de ses opposants politiques et des médias.

Netanyahu et sa famille ont été aussi impliqués dans plusieurs affaires de diffamation, ces dernières années, en tant qu’accusés et aussi en tant que plaignants.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...