Audiences : des aides du Premier ministre fustigent la procureure absente
Rechercher

Audiences : des aides du Premier ministre fustigent la procureure absente

Une source proche du Premier ministre a estimé que l'absence de Liat Ben Ari était "simplement scandaleuse" ; des sources du ministère de la Justice reconnaissent une "erreur"

Liat Ben-Ari. (Capture d'écran : YouTube)
Liat Ben-Ari. (Capture d'écran : YouTube)

Le procureur qui a dirigé les trois dossiers pour corruption contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été vivement critiqué jeudi après son départ en vacances – manquant ainsi les procédures judiciaires de pré-inculpation.

Une source proche de Netanyahu a indiqué que Liat Ben-Ari, en prenant des vacances familiales cette semaine – au troisième et quatrième jour des audiences de pré-inculpation du Premier ministre – avait donné l’impression qu’elle avait d’ores et déjà décidé de l’issue de ces dernières, ne s’inquiétant guère de ne pas y participer. Le ministère de la Justice a pris sa défense mais une source a reconnu que son départ avait montré une erreur de jugement.

Les audiences représentent la dernière occasion donnée à Netanyahu de dissuader le procureur-général Avichai Mandelblit de l’inculper pour fraude et abus de confiance dans trois dossiers, et pour pots-de-vin dans l’un d’entre eux. Mandelblit avait émis un acte d’inculpation au mois de février.

« On dirait bien qu’elle a déjà fait son opinion – et qu’elle est ensuite partie », a indiqué un aide de Netanyahu devant les caméras de la Treizième chaîne. « C’est elle qui prendra en charge le dossier s’il finit devant le tribunal et elle doit en connaître chaque nuance. Cette décision de partir en vacances est tout simplement scandaleuse. »

Le procureur-général Avichai Mandelblit arrive au siège du ministère de la Justice, le 2 octobre 2019 (Crédit : Noam Rivkin Fenton/Flash90)

Une source du ministère de la Justice a reconnu que la décision prise par Ben-Ari de ne pas décaler ses vacances « donne le sentiment d’être inappropriée, de manquer de respect, et montre un manque de sensibilité à l’égard du public ».

« Après tout, il s’agit du procureur dont le rôle a été central, qui a accompagné l’affaire et dont l’expertise sur les preuves et les témoignages est la plus grande », a ajouté cette source.

Une autre source a confié à la Treizième chaîne que son départ était « une erreur de jugement ».

Toutefois, les responsables du bureau du procureur d’Etat ont pris la défense de Ben-Ari, un officiel – qui n’a pas été identifié – disant à la Treizième chaîne que cette dernière est « un procureur incroyablement assidu qui n’a pas pris de vacances depuis longtemps et qui n’arrête pas de travailler ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...