Israël en guerre - Jour 197

Rechercher

Aux US, les Juifs libéraux demandent l’annulation du visa de Smotrich

Deux organisations ont demandé que le ministre des Finances se voie refuser l'entrée sur le territoire américain suite à ses propos sur la ville palestinienne de Huwara

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich lors d'une conférence, à Jérusalem, le 21 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre des Finances Bezalel Smotrich lors d'une conférence, à Jérusalem, le 21 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Deux organisations juives américaines libérales ont demandé au gouvernement américain d’annuler le visa du ministre des Finances Bezalel Smotrich et de l’empêcher d’entrer sur le territoire à la fin du mois, en raison de son récent appel à « anéantir » la ville palestinienne de Huwara.

Lors d’une interview sur scène mercredi, Smotrich a été interrogé sur le récent saccage de la ville de Cisjordanie par un groupe d’ultra-nationalistes israéliens, qui a fait un mort, des dizaines de blessés et lors duquel de nombreuses maisons et entreprises ont été incendiées, en représailles à la mort de deux jeunes frères israéliens, tués lors d’une attaque terroriste plus tôt dans la journée. Le ministre des Finances, qui est également ministre délégué du ministère de la Défense en charge des affaires civiles en Cisjordanie, a déclaré qu’il était contre le fait que des civils mènent de telles attaques de représailles et a estimé que les militaires auraient dû le faire à leur place.

« Je pense que la ville de Huwara doit être anéantie. Je pense que l’État d’Israël doit s’en charger », avait déclaré Smotrich.

Les commentaires du député d’extrême-droite ont été rapidement critiqués par de nombreuses personnalités en Israël et ont ensuite été condamnés par le Département d’État américain, qui les a qualifiés « d’irresponsables, répugnants, et dégoûtants ». Ces propos n’ont pas été dénoncés par les membres de la coalition au pouvoir en Israël, dont certains ont lancé des appels similaires à la punition collective de Huwara.

Interrogé par CNN pour savoir s’il condamnerait les commentaires de Smotrich à la suite de l’appel lancé par Ned Price aux « hauts responsables israéliens pour qu’ils rejettent et désavouent publiquement et clairement ces commentaires », l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis, Michael Herzog, a répondu que « nonobstant le fait qu’Israël a été soumis à une récente vague d’horribles attentats terroristes contre ses civils, ce n’est absolument pas révélateur de la politique israélienne et c’est contraire à nos valeurs de répondre en anéantissant des villages de civils ».

L’organisation de gauche T’ruah, qui représente quelque 2 300 rabbins et hazzanim (chantres) aux États-Unis, a appelé non seulement à une condamnation par les États-Unis, mais aussi à ce que le gouvernement prenne des mesures concrètes contre Smotrich en révoquant son visa ou, au moins, en interdisant aux responsables américains de le rencontrer s’il venait dans le pays.

« T’ruah demande que le visa pour son prochain voyage aux États-Unis soit révoqué sur la base de son incitation et de son soutien au terrorisme. Non seulement son commentaire ajoute à la douleur des familles et des membres de la communauté blessés par les violences perpétrées à Huwara, mais il ajoute également à l’incitation croissante des membres du nouveau gouvernement d’extrême-droite de Netanyahu », a déclaré la rabbin Jill Jacobs, PDG de T’ruah.

« Nous remercions le Département d’État américain pour sa ferme condamnation de la déclaration de Smotrich et appelons tous les membres de l’administration Biden à refuser toute réunion avec lui s’il est autorisé à entrer dans le pays. Nous appelons également toutes les organisations juives américaines à condamner les propos de Smotrich et à refuser de s’engager avec lui et ses alliés », a-t-elle déclaré.

Americans for Peace Now, qui plaide pour une solution à deux États, a lancé une pétition en ligne demandant à l’administration Biden d’annuler le visa de Smotrich.

« Cela va au-delà de ses précédentes incitations à la haine. C’est un appel à un crime de guerre. Et il le fait à un moment où il est plus évident que jamais que ce genre d’incitation a des conséquences fatales », a déclaré l’organisation. « Maintenant, Smotrich veut importer sa haine sur le sol américain. Il a prévu de se rendre aux États-Unis dans le courant du mois. Nous sommes ici pour dire qu’il n’est pas le bienvenu. »

Les propos de Smotrich ont également été dénoncés par un certain nombre de grandes organisations juives américaines, dont l’influent American Jewish Committee (AJC) et l’Anti-Defamation League (ADL), ainsi que par le chef de la CoP (Conference of Presidents of Major American Jewish Organizations).

« Nous condamnons cet appel répréhensible à la violence et à la punition collective lancé par un ministre du gouvernement. Il représente le contraire des valeurs et des traditions de l’État d’Israël », a écrit l’AJC sur Twitter.

L’ADL a qualifié les commentaires du ministre « d’inexcusables et d’antithétiques aux valeurs juives et israéliennes de respect de la vie humaine et de l’État de droit ».

William Daroff, directeur-général de la CoP, a déclaré qu’il partageait l’avis du Département d’État américain selon lequel le commentaire était « irresponsable, répugnant et dégoûtant ».

Même avant l’appel de Smotrich à « anéantir » Huwara, le député d’extrême-droite et les membres de son parti, HaTzionout HaDatit, étaient considérés comme persona non grata par une grande partie de la communauté juive américaine. En effet, les membres de son parti n’ont délibérément pas été invités à s’exprimer devant la CoP lors de la visite de l’organisation faîtière en Israël le mois dernier, en raison de l’opposition de nombreux groupes membres.

Les responsables américains n’ont pas encore répondu aux demandes de commentaires sur la question de savoir si l’administration envisageait de révoquer le visa de Smotrich.

Il est prévu que Smotrich se rende aux États-Unis pour prendre la parole à la conférence annuelle Israel Bonds, qui aura lieu du 12 au 14 mars à Washington. Le bureau de Smotrich n’a pas encore confirmé sa présence, mais une source au fait de la question avait confirmé au Times of Israel le mois dernier que la conférence était bien prévue.

Un fonctionnaire américain a déclaré lundi qu’aucune rencontre officielle entre Smotrich et Biden n’était prévue à ce jour. Le mois dernier, le département du Trésor n’avait pas répondu à une question visant à savoir si ses fonctionnaires allaient rencontrer Smotrich, qui a un long passif de remarques à l’encontre des Arabes, des Palestiniens, de la communauté LGBTQ et des Juifs dits « laïcs ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.