Israël en guerre - Jour 191

Rechercher

Avi Himi interrogé sur les allégations d’atteinte à la pudeur

L'ex-chef de l'Association du barreau israélien affirme que l'acte était consensuel et soutient que les faits ont été révélés pour faire taire son opposition au gouvernement

Avi Himi, alors président de l'Association du barreau israélien, s'exprimant lors d'un rassemblement contre le nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Tel Aviv, le 21 janvier 2023. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)
Avi Himi, alors président de l'Association du barreau israélien, s'exprimant lors d'un rassemblement contre le nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Tel Aviv, le 21 janvier 2023. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)

La police a interrogé mardi l’ancien président de l’Association du barreau israélien, Avi Himi, soupçonné d’inconduite sexuelle et d’abus de confiance.

Himi avait démissionné en janvier, un jour après la diffusion d’un reportage télévisé détaillant les allégations selon lesquelles il s’était exhibé devant une avocate.

Le reportage de la Treizième chaîne indiquait que l’incident a eu lieu lors d’un appel vidéo avec une avocate qui avait demandé à Himi de soutenir sa nomination en tant que juge. Après l’avoir informée qu’il avait envoyé une lettre recommandant sa promotion, l’avocat principal aurait retiré son pantalon et commencé à se caresser devant elle, et selon elle, sans son consentement.

Himi a insisté sur le fait que l’acte était consensuel et qu’ils ont eu une relation qui a duré plusieurs années, bien que l’accusatrice – qui a refusé de révéler son identité – ait insisté sur le fait qu’il n’y avait pas eu de consentement.

« C’était un homme avec un certain statut qui s’est permis de se comporter d’une manière inacceptable. Malheureusement, ce comportement rétrograde des hommes d’autorité envers les femmes se produit encore aujourd’hui », a déclaré l’accusatrice à la Treizième chaîne. « Ce qu’il a fait relève du harcèlement sexuel. »

Himi, l’une des voix les plus fortes de l’opposition contre le projet du gouvernement visant à remanier radicalement le système judiciaire, a également laissé entendre que l’apparition de ces allégations était un acte délibéré visant à le réduire au silence.

« Le timing était intentionnel et clair – ils ont essayé de m’éliminer. Ils n’y parviendront jamais », avait-il déclaré dans l’interview, réalisée quelques heures avant qu’il ne remette sa démission.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.