Rechercher

Avram Grant, ancien entraîneur de football, accusé de harcèlement sexuel

Plusieurs femmes affirment que l'entraîneur a tenté d'user de son influence et de sa force pour obtenir des faveurs sexuelles de jeunes femmes en début de carrière

Avram Grant à Malabo, en Guinée équatoriale, le 5 février 2015. (Crédit : AP Photo/Sunday Alamba)
Avram Grant à Malabo, en Guinée équatoriale, le 5 février 2015. (Crédit : AP Photo/Sunday Alamba)

Avram Grant, l’ancien entraîneur de football de l’équipe nationale d’Israël et du club anglais de Chelsea, a été accusé de harcèlement sexuel par plusieurs femmes dans une enquête télévisée diffusée dimanche.

Dans une émission d’investigation de la Douzième chaîne, le journaliste Haim Etgar a présenté près d’une heure de témoignages de plusieurs femmes qui ont accusé Grant d’avoir utilisé sa position pour tenter de les contraindre à avoir des relations sexuelles.

Les femmes ont raconté des histoires similaires, avec un homme influent qui leur a proposé de faire avancer leur carrière en échange de relations sexuelles, exerçant sur elles des pressions jusqu’à ce qu’elles cèdent.

Une femme a raconté qu’en juin 2020 encore, Grant, aujourd’hui âgé de 67 ans, l’avait invitée dans son appartement de Tel Aviv en lui proposant de l’aider à trouver du travail.

Une femme raconte avoir subi du harcèlement sexuel de la part de l’entraîneur international de football Avram Grant. (Capture d’écran Douzième chaîne)

« Il m’a dit : « Mets-toi à l’aise, enlève tes vêtements. Je pensais qu’il plaisantait. J’étais assise loin de lui, sur le bord du canapé. Il m’a demandé de m’approcher et il a essayé de me prendre dans ses bras, il m’a vraiment attrapée et il ne m’a pas lâchée », a raconté la femme, qui avait 22 ans à l’époque.

« Je me sentais mal à l’aise, il a posé sa main sur ma cuisse, et je me souviens avoir immédiatement déplacé sa main. Après quelques secondes de discussion, il m’a attrapée par le cou, comme s’il m’étouffait, il a tourné ma tête vers lui et il a essayé de m’embrasser de force », a-t-elle expliqué, ajoutant qu’elle avait immédiatement dit non.

La femme a déclaré qu’il avait refusé de la laisser partir et qu’elle avait subi des pressions pour qu’elle passe la nuit dans l’appartement de l’entraîneur. « Je n’ai pas eu le courage de lui dire non », a-t-elle déploré.

Ensuite, Grant avait pris sa main pour la placer sur son entrejambe. La jeune femme s’était réfugiée dans la salle de bain et elle avait alors commencé à pleurer, a-t-elle raconté.

Après s’être finalement endormie dans une chambre séparée, elle s’était réveillée le lendemain matin et elle avait découvert qu’il tenait son sexe dénudé au-dessus de sa tête, a-t-elle dit.

Une femme raconte avoir subi du harcèlement sexuel de la part de l’entraîneur international de football Avram Grant. (Capture d’écran Douzième chaîne)

Elle l’avait confronté à ses agissements plusieurs semaines plus tard – après qu’il lui a apparemment envoyé par erreur une photo d’une autre jeune femme.

Elle lui avait fait écouter des notes vocales de Grant – des enregistrements dans lesquelles il semblait d’abord reconnaître ce dont il était accusé, tentant ensuite de présenter les faits de la soirée comme étant consensuels. Plus tard, il lui avait dit : « Je ne discute pas de mes affaires privées avec qui que ce soit, de ce que j’ai fait avec toi ou de ce que je fais avec quelqu’un d’autre. »

Plusieurs femmes ont déclaré que lorsqu’elles travaillaient avec Grant, il leur faisait des remarques à caractère sexuel, ce qui compliquait les relations professionnelles qu’elles entretenaient avec lui.

Une autre femme, identifiée comme une éminente journaliste sportive en Israël, a déclaré que Grant lui avait proposé d’aider à faire avancer sa carrière lorsqu’elle débutait. Il avait ensuite commencé à lui adresser des propos déplacés et à lui envoyer des messages de harcèlement, ce qui devait durer plusieurs années. Plusieurs autres femmes ont relaté un comportement similaire de la part de Grant.

Le milieu de terrain ghanéen, Andre Ayew (à gauche) avec l’entraîneur Avram Grant au cours de la finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2015 entre la Côte d-Ivoire et le Ghana, à Bata, le 8 février 2015 (Crédit : AFP/CARL DE SOUZA)

De nombreuses femmes qui ont témoigné contre Grant sont des femmes journalistes connues, a déclaré Etgar, expliquant la raison pour laquelle les identités et certaines des voix de celles qui se sont plaintes avaient été masquées. Ces femmes ont dit qu’elles avaient peur des conséquences pour leur carrière si elles se manifestaient.

Plusieurs d’entre elles ont déclaré ne plus avoir eu accès à Grant sur le plan professionnel après avoir repoussé ses avances. Elles ont également indiqué que son comportement était un secret de polichinelle dans le milieu.

Une autre femme, qu’Etgar a décrit comme une Israélienne connue, mannequin de son état, a déclaré qu’elle était au début du lancement de sa carrière internationale lorsque Grant lui avait proposé son aide. Elle s’était rendue en Angleterre pour le rencontrer.

Lors d’une rencontre dans un hôtel, il s’était soudainement déshabillé et il avait essayé de la convaincre d’avoir des relations sexuelles avec lui.

Le Prince de Galles, président de la Prince’s Foundation for Children and the Arts, rencontre Avram Grant, manager de West Ham, lors d’un dîner de gala et d’une représentation théâtrale pour les supporters de l’organisation caritative, au Palais de Buckingham, à Londres, le 1er février 2011. (Crédit : Arthur Edwards/The Sun/Pool)

« J’ai dit non un million de fois, mais il a insisté, insisté encore… J’ai senti que je devais le faire pour qu’il me laisse partir », a-t-elle déclaré, ajoutant qu’il n’avait pas fait usage de la force physique.

La femme a déclaré avoir fait une dépression après coup et s’être retirée du mannequinat. « Je ne voulais plus que les gens me remarquent », a-t-elle expliqué.

Grant, un entraîneur de football renommé en Israël, s’est fait connaître sur la scène internationale en 2007 lorsqu’il a été nommé manager de l’équipe de football de Premier League Chelsea, par le milliardaire juif-russe Roman Abramovich – un club qu’il a mené en finale de la Ligue des champions.

Il a également entraîné West Ham et Portsmouth en Premier League et il a aussi été le coach des équipes nationales d’Israël et du Ghana, dans une carrière qui l’a conduit dans de nombreux pays.

Le journaliste, Etgar, a publié un message sur Facebook avant la diffusion de l’émission, affirmant qu’il s’agissait de « l’enquête la plus troublante et la plus difficile sur laquelle j’ai travaillé ces dernières années. »

Etgar a déclaré qu’après « qu’une femme courageuse » s’est manifestée, « les vannes ont été ouvertes ».

« Les témoignages des femmes racontaient tous la même histoire. Une histoire sur un coach puissant, au réseau important, qui peut facilement lancer une carrière ; avec cette façon dont il savait utiliser sa position auprès de jeunes femmes qui se sentaient reconnaissantes envers lui pour son aide – une position dont il a profité pour leur faire du mal. »

Etgar a déclaré qu’au cours des recherches pour l’émission, lui et la Douzième chaîne avaient subi des « pressions massives » de la part d’associés de Grant, des menaces de poursuites judiciaires. Le cercle proche de l’entraîneur a aussi tenté de discréditer les femmes qui s’étaient présentées.

Grant n’a pas démenti les accusations mais il a déclaré que le mal commis n’était pas intentionnel.

« Dans ma vie, tant sur le plan personnel que professionnel, j’ai toujours cherché, au-delà de tout succès ou réussite, à donner la priorité au fait de rester un être humain et de respecter chaque femme ou homme, quel qu’il soit », a-t-il déclaré.

« Je suis un être humain, un homme d’amitié. Et au fil des ans, j’ai entretenu des relations avec des femmes. Dans toutes ces relations, je me suis efforcé de les traiter avec respect et amitié et je n’ai jamais eu l’intention de me comporter de manière injuste ou de nuire à une femme de quelque manière que ce soit. Toute personne qui s’est sentie mal à l’aise ou blessée par moi, je le regrette et je m’en excuse du fond du cœur. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...