Bennett offre à Shaked la direction du parti HaYamin HaHadash
Rechercher
Exclusif

Bennett offre à Shaked la direction du parti HaYamin HaHadash

Le parti de droite confirme que la populaire ex-ministre de la Justice s'est entretenue avec l'ancien président de HaBayit HaYehudi sur son rôle futur, sans donner de précisions

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Naftali Bennett (à gauche), chef du parti HaBayit HaYehudi, et la députée Ayelet Shaked avant un événement au siège du parti, le 10 mai 2015. (Flash90)
Naftali Bennett (à gauche), chef du parti HaBayit HaYehudi, et la députée Ayelet Shaked avant un événement au siège du parti, le 10 mai 2015. (Flash90)

Le co-président de HaYamin HaHadash Naftali Bennett a offert à sa partenaire politique de longue date Ayelet Shaked la présidence unique du parti en lutte pour empêcher l’ancienne ministre de la Justice de quitter le navire pour un autre parti avant les élections de septembre, ont déclaré jeudi des sources du parti.

Selon l’offre, Bennett démissionnerait de son poste de coprésident et cèderait sa place de numéro un sur la liste du parti à Shaked, qui serait désignée comme la seule chef du parti, ont déclaré deux sources affirmant avoir eu connaissance des négociations au Times of Israel.

Un porte-parole du parti a refusé de commenter l’offre spécifique mais a confirmé que Shaked et Bennett étaient engagés dans des discussions continues sur leurs futurs rôles dans le parti.

En décembre dernier, à la veille des élections d’avril, Bennett et Shaked ont quitté le Parti HaBayit HaYehudi pour former HaYamin HaHadash, qui faisait campagne à droite du Likud sur les questions de sécurité, tout en représentant ce qu’il appelait un « partenariat laïc-religieux ».

Le parti naissant n’a pas franchi de justesse le seuil électoral lors des élections d’avril, mais le Premier ministre Benjamin Netanyahu n’ayant pas réussi à former une coalition avant le 30 mai et ayant lancé des élections surprise pour septembre, HaYamin HaHadash a une nouvelle occasion d’entrer à la Knesset.

Les co-dirigeants de HaYamin HaHadash Ayelet Shaked (à droite) et Naftali Bennett s’adressent aux sympathisants à leur QG de campagne à Bnei Brak, le 9 avril 2019. (Jacob Magid/Times of Israel)

Les sources du parti ont indiqué que les deux sont actuellement en pourparlers sur les positions ministérielles spécifiques qu’ils préféreraient si HaYamin HaHadash, qui n’avait que 1 500 voix de moins qu’en avril pour entrer à la Knesset, devaient s’en sortir mieux en septembre et se joindre à la coalition.

Bennett et Shaked ont tous deux été congédiés le mois dernier par Netanyahu de leurs postes de ministre de l’Éducation et de ministre de la Justice, respectivement, dans un geste largement perçu comme visant à empêcher les politiciens de droite, autrefois populaires, d’utiliser leurs positions pour soutenir leur campagne électorale en vue du vote de l’automne.

Après avoir été congédié, Bennett a annoncé qu’il se présenterait aux élections de septembre en tant que chef de HaYamin HaHadash. Shaked était remarquablement absente de sa conférence de presse.

Shaked a confirmé plus tard qu’elle demeurait en politique et qu’elle se présenterait aux élections de septembre, mais elle n’a pas encore dit si elle avait l’intention de continuer avec Bennett au sein de HaYamin HaHadash ou de rejoindre un autre parti.

Une source du parti a confirmé au Times of Israel mardi que Shaked n’avait pas officiellement démissionné de sa présidence partagée de HaYamin HaHadash.

Les pourparlers entre Bennett et Shaked ont lieu alors que l’Union des partis de droite, composée du parti HaBayit HaYehudi et d’autres factions, aurait offert à Shaked la deuxième place sur sa liste si elle se joint au parti sans Bennett.

Ayelet Shaked et Bezalel Smotrich (à gauche) lors d’une commission parlementaire à la Knesset, le 9 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les dirigeants de l’Union des partis de droite, Rafi Peretz et Bezalel Smotrich, cherchent à séparer les deux anciens ministres – Shaked étant considérée comme un atout électoral et Bennett étant considéré avec dégoût pour avoir quitté la direction de HaBayit HaYehudi pour former HaYamin HaHadash avec Shaked, selon Zman Yisrael, le site en hébreu du groupe The Times of Israel.

Shaked a également fait l’objet d’une rumeur selon laquelle elle rejoindrait le parti au pouvoir, le Likud, et plusieurs de ses députés lui ont dit qu’elle serait la bienvenue. Netanyahu a finalement décidé de ne pas renoncer à la période de qualification obligatoire de trois ans avant de pouvoir se présenter pour une place sur la liste de la Knesset du parti. Selon certaines informations, cela serait dû au veto de sa femme, Sara Netanyahu, qui aurait de la rancune contre Shaked depuis qu’elle travaillait au bureau de Netanyahu il y a plus d’une décennie.

Le mois dernier, un sondage publié dans le journal Makor Rishon a révélé que Shaked était de loin la candidate la plus populaire parmi les électeurs sionistes religieux pour diriger un parti de droite uni lors des prochaines élections. Le sondage a révélé que 40,1 % d’entre eux souhaitaient que Shaked soit en tête de la liste hypothétique. Bennett est arrivé deuxième avec 19 %, tandis que Betzalel Smotrich, leader de l’Union nationale, a obtenu 15,1 %, Peretz, leader actuel de l’Union des partis de droite, 14,8 % et les candidats d’extrême droite Itamar Ben Gvir de Otzma Yehudit et Moshe Feiglin du parti libertaire Zehut ont respectivement 2,6 % et 1 %.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...