Benny Gantz courtise l’électorat druze et promet « l’égalité » à la minorité
Rechercher

Benny Gantz courtise l’électorat druze et promet « l’égalité » à la minorité

En campagne pour Kakhol lavan, le chef du parti centriste laisse entendre que sa formation appuierait un amendement à la loi sur l'État-nation

Benny Gantz échange avec une femme lors d'une rencontre avec des membres de la communauté druze d'Israël, dans la ville de Daliyat al-Karmel dans le nord du pays, le 7 mars 2019, dans le cadre de sa campagne électorale. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
Benny Gantz échange avec une femme lors d'une rencontre avec des membres de la communauté druze d'Israël, dans la ville de Daliyat al-Karmel dans le nord du pays, le 7 mars 2019, dans le cadre de sa campagne électorale. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

La tête de liste de Kakhol lavan Benny Gantz a promis d’agir au nom de la communauté druze d’Israël, assurant à la minorité arabophone qu’elle méritait « l’égalité » lors d’un événement de campagne organisé en périphérie de Daliyat al-Karmel, dans le nord du pays, jeudi.

« C’est notre première semaine de déplacements (dans le pays), et il était important pour nous de nous adresser à la communauté druze, de venir et d’écouter. Nous sommes venus vous dire que nous allons œuvrer pour vous, » a assuré Benny Gantz aux dizaines de leaders druzes présents.

« Nous avons entendu et écouté vos demandes élémentaires d’égalité. Tous les citoyens vivant dans l’État d’Israël désirent être des citoyens comme les autres et nous ne concédons de faveur à personne [en accordant l’égalité], » a ajouté l’ancien chef de l’armée, faisant référence à la loi d’État-nation politiquement controversée, que de nombreux Israéliens druzes et arabes ont férocement qualifiée de discriminatoire.

En rendant son programme politique public en début de semaine, le parti centriste a assuré que « la valeur de l’égalité serait inscrite dans la Loi fondamentale, » mais a refusé de préciser s’il défendrait une modification de la législation originale.

Benny Gantz, devant un écran où l’on peut lire en arabe : “l’égalité est une ligne rouge, » lors d »une rencontre avec la communauté druze d’Israël, dans la ville de Daliyat al-Karmel, le 7 mars 2019. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Lors de son entrée en politique en janvier, Benny Gantz avait dit qu’il « corrigerait » la loi, il a finalement nuancé ses propos dans une interview récente avec le quotidien Yedioth Ahronoth.

La loi sur l’Etat-nation consacre Israël comme « foyer national du peuple juif » et affirme que « le droit à exercice de l’auto-détermination au sein de l’Etat d’Israël revient au peuple Juif ». Mais les critiques, au sein de l’Etat juif comme à l’étranger, estiment qu’elle sape l’attachement israélien à l’égalité entre tous les citoyens. Il a entraîné la colère particulière de la minorité druze dont les membres – qui sont nombreux à servir au sein de l’armée israélienne – jugent que les dispositions de la loi font d’eux des citoyens de second-rang.

« Malheureusement, des éléments extrémistes de la droite et de la gauche tentent de diviser la société israélienne, » a déclaré Gantz jeudi. « Nous allons présenter une alliance d’espoir aux citoyens de l’Etat d’Israël. »

Plusieurs candidats éminents de Kakhol lavan étaient également présents à cette rencontre avec la communauté druze, dont Gadeer Mreeh. L’ancienne présentatrice des informations figure à la 25e et dernière place de la liste du parti pour les élections législatives, auxquels les sondages attribuent une trentaine de sièges, ce qui pourrait faire d’elle la première femme druze à officier à la Knesset.

Le maire de Daliyat al-Karmel, Rafik Halabi, a, lui, évoqué nommément la loi controversée à laquelle il est opposé.

« Ce que nous combattons dans la loi sur l’État-nation, ce n’est pas la prévalence de la culture juive, ce n’est pas la Loi du retour, le drapeau, nous combattons pour affirmer notre ‘israélité’, notre citoyenneté, la profondeur de notre appartenance et l’essence de notre identité, » a-t-il assuré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...