Bereshit 2 : Israël annonce un 2e lancement sur la lune en 2024 ; avec les ÉAU ?
Rechercher

Bereshit 2 : Israël annonce un 2e lancement sur la lune en 2024 ; avec les ÉAU ?

Le partenariat entre SpaceIL et IAI comprendra un orbiteur et deux atterrisseurs; selon le ministre des Sciences, les Émirats sont l'un des 7 pays intéressés à se joindre au projet

Un schéma conceptuel pour l'atterrisseur Bereshit 2, présenté aux médias le 9 décembre 2020. (Haim Zach/GPO)
Un schéma conceptuel pour l'atterrisseur Bereshit 2, présenté aux médias le 9 décembre 2020. (Haim Zach/GPO)

Israël a annoncé mercredi son intention d’envoyer un second vaisseau spatial – Bereshit 2 – sur la lune, suite au crash à l’atterrissage de la première sonde Bereshit l’année dernière.

En dévoilant le projet avec le président Reuven Rivlin dans sa résidence à Jérusalem, l’organisation israélienne à but non lucratif SpaceIL, en coopération avec Israel Aerospace Industries et l’Agence spatiale israélienne au sein du ministère de la Science et de la Technologie, a déclaré qu’elle prévoyait de lancer la sonde en 2024.

Ayant déclaré peu après la tentative de l’année dernière qu’un nouvel alunissage « n’était pas un défi suffisant », SpaceIL a déclaré mardi que la nouvelle sonde constituera une avancée significative par rapport à la première et comprendra en fait trois engins spatiaux – un orbiteur et deux atterrisseurs. Les plans spécifiques de la recherche scientifique qui sera menée n’ont pas été révélés.

Bereshit 1, le premier atterrisseur lunaire privé au monde, est entré en collision avec la surface lunaire en avril 2019 lors d’une tentative d’atterrissage, en raison d’une défaillance technique.

La capsule spatiale Bereshit exposée avant son lancement, le 17 décembre 2018. (Ariel Schalit/AP)

« Il y a tout juste un an et demi, nous étions ici ensemble, quand Israël a retenu son souffle et regardé les étoiles. Nous avons regardé avec anxiété le vaisseau spatial Bereshit lors de son voyage historique vers la lune. Nous avons observé son long voyage, nous avons été émerveillés par les chercheurs et remplis de fierté devant l’audace et les capacités israéliennes qui ont fleuri ici même et devant les travaux révolutionnaires de SpaceIL.

« Nous avons été déçus et avons réalisé que nous devions recommencer depuis le début », a déclaré M. Rivlin lors de l’annonce.

Le président Reuven Rivlin (à gauche) et le ministre de la Science et de la Technologie Izhar Shay dévoilent les plans de Bereshit 2, le 9 décembre 2020. (Haim Zach/GPO)

« Aujourd’hui, nous nous engageons sur une nouvelle voie, familière mais différente, au terme de laquelle nous espérons faire atterrir trois engins spatiaux en toute sécurité sur la lune », a déclaré le président, ajoutant que « le projet repoussera les limites de la connaissance humaine grâce à des expériences scientifiques révolutionnaires, qui nous aideront à mieux comprendre l’univers dans lequel nous vivons ».

Bereshit signifie « commencement », et est également le nom en hébreu du livre de la Genèse.

Moins de 48 heures après le crash, le président de SpaceIL, Morris Kahn, a annoncé le lancement du projet Bereshit 2. Le milliardaire né en Afrique du Sud a financé en grande partie le premier projet.

Le PDG de SpaceIL, Shimon Sarid, a déclaré qu’avec ce nouveau projet de 100 millions de dollars, financé principalement par des dons, l’État juif « vise haut… pas seulement l’espace, mais l’avenir à long-terme de l’État d’Israël ».

Un schéma conceptuel pour l’atterrisseur Bereshit 2, présenté aux médias le 9 décembre 2020. (Haim Zach/GPO)

« Nous le ferons en suscitant la curiosité et l’espoir, la capacité de rêver et de réaliser et en renforçant l’éducation technologique, la recherche, la science et l’ingénierie pour les étudiants israéliens. Ce faisant, nous assurerons la mobilité technologique d’Israël pour les écoliers d’aujourd’hui qui sont les scientifiques et les ingénieurs de demain », a-t-il déclaré.

Le premier programme Bereshit a également coûté près de 100 millions de dollars et a été financé presque entièrement par des dons privés de philanthropes juifs bien connus, dont Miriam et Sheldon Adelson, Lynn Schusterman, et d’autres.

Le nouveau projet devrait bénéficier d’un financement similaire.

L’une des dernières photos prises par Bereshit avant de s’écraser sur la lune, le 11 avril 2019. (Avec l’aimable autorisation de SpaceIL)

Bereshit 1 avait été développé pour répondre au concours du Google Lunar X Prize, qui a mis au défi des groupes non gouvernementaux de faire atterrir un vaisseau spatial sur la lune. Le comité du prix a décidé, quelques jours après le crash, d’attribuer à SpaceIL un « Moonshot Award » d’un million de dollars pour ses réalisations.

Le ministre de la Science et de la Technologie, Izhar Shay, a déclaré que sept pays des cinq continents ont exprimé leur intérêt à participer au projet, et que lors de conversations avec les Émirats arabes unis, le sujet a été évoqué à plusieurs reprises ».

« Je ne doute pas que Bereshit va une fois de plus stimuler notre imagination, redéfinir les limites du possible et garantir le statut d’Israël en tant que puissance d’innovation », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...