Bezalel Smotrich : « Je travaille pour Dieu », pas pour Netanyahu
Rechercher

Bezalel Smotrich : « Je travaille pour Dieu », pas pour Netanyahu

Le nouveau ministre a indiqué qu'il continuerait à se battre pour obtenir le ministère de la Justice, bien qu'il semble hors-course

Le député Bezalel Smotrich de l'Union des partis de droite participe à un événement pour Yom Yeroushalayim à la yeshiva Mercaz Harav à Jérusalem, le 2 juin 2019. (Aharon Krohn/Flash90)
Le député Bezalel Smotrich de l'Union des partis de droite participe à un événement pour Yom Yeroushalayim à la yeshiva Mercaz Harav à Jérusalem, le 2 juin 2019. (Aharon Krohn/Flash90)

Le nouveau ministre des Transports Bezalel Smotrich a déclaré lundi « travailler pour Dieu » – et non pour le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à l’origine de sa nomination – après avoie suscité l’indignation et les railleries pour avoir appelé Israël à se soumettre à la loi religieuse juive, comme à l’époque biblique.

Dans la journée, Netanyahu avait nommé les deux députés de l’Union des partis de droite à des postes ministériels dans son cabinet par intérim, confiant le ministère de l’Education au dirigeant de la formation, Rafi Peretz, et le portefeuille des Transports à son numéro deux, Smotrich, avec un siège au cabinet de sécurité de haute importance. Peretz, pour sa part, bénéficie d’un statut d’observateur au sein de l’instance.

« Je ne suis pas l’homme du Premier ministre : je suis un homme du peuple », a déclaré Smotrich à la chaîne Kan. « Je suis un homme appartenant au public qui m’a élu et – j’espère que je ne vais pas encore une fois lancer une polémique – je travaille pour Dieu et je fais ce qui, selon moi et ma vision du monde, est bon pour l’Etat et pour le peuple d’Israël. »

Smotrich a reconnu au cours de l’interview accordée à la chaîne qu’en tant que ministre, il serait amené à voter pour des initiatives avec lesquelles il ne serait pas nécessairement en accord.

« Quand on quitte la tribune pour venir sur le terrain, on a plus d’influence d’un côté, mais de l’autre, on prend également la responsabilité ministérielle de décisions qui ne nous satisfont pas. Il faut serrer les dents », a-t-il dit.

Le député Rafi Peretz arrive pour une réunion avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu à sa résidence de Jérusalem, le 17 juin 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Plus tôt, Smotrich avait indiqué qu’il continuerait à se battre pour obtenir le ministère de la Justice, malgré des propos récents du parti du Likud au pouvoir qui semblent le mettre hors-course.

« Notre espoir d’obtenir le portefeuille de la justice n’a pas disparu mais pour ça, il faudra travailler dur et l’emporter au cours du prochain scrutin », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...