Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Biden laisse entrevoir d’éventuels progrès dans l’accord israélo-saoudien

Le président a déclaré qu'un "rapprochement est peut-être en cours" après que des hauts fonctionnaires de la Maison Blanche ont été envoyés dans le royaume pour des entretiens

Le président américain Joe Biden s'adressant à Auburn Manufacturing Inc. avant de signer un décret visant à encourager les entreprises à fabriquer de nouvelles inventions aux États-Unis, à Auburn, dans le Maine, le 28 juillet 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP)
Le président américain Joe Biden s'adressant à Auburn Manufacturing Inc. avant de signer un décret visant à encourager les entreprises à fabriquer de nouvelles inventions aux États-Unis, à Auburn, dans le Maine, le 28 juillet 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP)

Le président américain Joe Biden a fait allusion vendredi à de possibles progrès dans un accord de normalisation entre Israël et l’Arabie saoudite, un jour après que de hauts fonctionnaires de la Maison Blanche se sont rendus à Jeddah pour des discussions sur un accord qui comprendrait un renforcement massif des liens de sécurité entre Ryad et Washington, et des concessions israéliennes significatives aux Palestiniens visant à maintenir en vie les perspectives d’une solution à deux États.

Jeudi, un porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche a confirmé au Times of Israel que le conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan, était arrivé en Arabie saoudite, mais il n’a pas dit explicitement que cette visite avait pour but de discuter d’un éventuel accord de normalisation entre Israël et l’Arabie saoudite. Thomas L. Friedman, du New York Times, a écrit dans une chronique jeudi que le coordinateur pour le Moyen-Orient du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, Brett McGurk, avait également fait le voyage.

S’adressant aux contributeurs de sa campagne de réélection pour 2024 lors d’un événement dans le Maine, Biden a déclaré vendredi, tel que cité par Reuters : « Un rapprochement est peut-être en cours ». Il n’a pas fourni plus de détails.

Le New York Times a rapporté que Biden n’avait pas encore pris position sur l’éventualité d’un accord de normalisation entre Israël et l’Arabie saoudite, qui nécessiterait probablement un pacte de sécurité solide entre les États-Unis et l’Arabie saoudite, mais qu’il avait néanmoins dépêché Sullivan et McGurk pour discuter des termes d’un accord potentiel.

Samedi, le New York Times a rapporté que lors d’une précédente visite de Sullivan au mois de mai, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman – autrement appelé MBS – avait exprimé une volonté accrue de parvenir à un accord sur la normalisation avec Israël, ce qui a incité Biden à lancer un « effort intégral ».

Biden s’était engagé pendant sa campagne électorale de 2020 à traiter l’Arabie saoudite comme un « paria » en raison de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, en 2018 en Turquie. En tant que président, il avait menacé le royaume du Golfe de « conséquences » après qu’il a pris l’initiative de réduire le prix du pétrole dans le cadre de l’OPEP – des remarques qui avaient suscité la colère de Ryad.

Les relations entre les États-Unis et le royaume du désert se sont ensuite réchauffées en 2022, lorsque Biden s’est rendu à la fois en Israël et en Arabie saoudite lors d’un voyage visant à obtenir un certain nombre d’accords de la part de Ryad, notamment une augmentation de la production de pétrole pour compenser les prix du gaz, et à renforcer l’alliance dans un contexte de changement des paysages géopolitiques au Moyen-Orient et en Asie.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman, à droite, accueillant le président américain Joe Biden au palais Al-Salam à Jeddah, en Arabie saoudite, le 15 juillet 2022. (Crédit : Bandar Aljaloud/Palais royal saoudien via AP)

Washington a également cherché à promouvoir un accord de normalisation entre Israël et l’Arabie saoudite en tenant compte des avantages pour la sécurité nationale des États-Unis.

Jeudi, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, Sullivan, a annoncé qu’il rencontrerait ben Salman pour « discuter de questions bilatérales et régionales ».

Il s’agit notamment des « progrès significatifs réalisés dans les pourparlers visant à tirer parti des avantages de la trêve au Yémen qui ont perduré au cours des 16 derniers mois, ainsi que des initiatives visant à faire progresser une vision commune pour une région du Moyen-Orient plus pacifique, plus sûre, plus prospère et plus stable », a déclaré le porte-parole.

Dans le cadre d’un accord potentiel, Ryad cherche à obtenir un traité de sécurité mutuelle de type OTAN qui obligerait les États-Unis à se porter à son secours en cas d’attaque ; un programme nucléaire civil contrôlé et soutenu par les États-Unis ; et la possibilité d’acheter à Washington des armements plus avancés tels que le système de défense anti-missile balistique THAAD (Terminal High Altitude Area Defense), qui pourrait être utilisé pour lutter contre l’arsenal de missiles de plus en plus important de l’Iran, a écrit Friedman dans son article, confirmant un précédent article du Times of Israel.

En échange, les États-Unis attendent de Ryad qu’il offre un programme d’aide d’une ampleur sans précédent aux institutions palestiniennes de Cisjordanie, qu’il réduise de manière significative ses relations croissantes avec la Chine et qu’il contribue à mettre fin à la guerre civile au Yémen, selon l’éditorialiste, qui a obtenu plusieurs entretiens récents avec Biden et qui est considéré comme un proche du président.

Parallèlement, Ryad exigera également qu’Israël prenne des mesures importantes pour préserver une solution à deux États afin de garantir la normalisation avec l’Arabie saoudite.

Friedman a écrit que ces mesures pourraient inclure une promesse officielle d’Israël de ne jamais annexer la Cisjordanie (dans le cadre de l’accord de normalisation de 2020 avec les Émirats arabes unis, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait accepté de ne pas concrétiser sa promesse d’annexion avant 2024), un engagement à ne pas créer de nouvelles implantations ou à ne pas étendre les limites des implantations déjà existantes, un engagement à ne pas légaliser les avant-postes illégaux et la renonciation à certains territoires peuplés de Palestiniens dans la zone C de la Cisjordanie, qui est contrôlée par Israël dans le cadre des Accords d’Oslo.

Netanyahu pourrait bien être contraint d’abandonner les membres d’extrême-droite de son cabinet qui s’opposeraient à ces conditions et de s’aligner sur les forces politiques centristes de l’opposition, a spéculé Friedman.

Un quartier de l’implantation d’Eli en Cisjordanie surplombant un village palestinien voisin, le 17 janvier 2021. (Crédit : Sraya Diamant/Flash90)

Entre-temps, l’Autorité palestinienne (AP), qui s’est montrée réticente à l’égard d’autres récents accords de normalisation arabes avec Israël, devrait approuver ce dernier accord avec l’Arabie saoudite, écrit-il.

Friedman reconnaît que les dirigeants saoudiens « ne s’intéressent pas particulièrement aux Palestiniens et ne connaissent pas les subtilités du processus de paix », tout en précisant que Joe Biden aurait du mal à signer un accord qui n’inclurait pas de concessions majeures de la part d’Israël sur ce front.

« Il sera déjà difficile pour le président Biden de vendre un tel accord au Congrès américain, mais je peux vous assurer qu’il y aura un fort noyau d’opposition démocrate à toute proposition qui n’inclurait pas de dispositions significatives, clairement définies et applicables pour préserver l’option d’une solution à deux États et pour répondre à la propre demande du président Biden, à savoir que les Palestiniens et les Israéliens jouissent d’une liberté et d’une dignité égales. Ces éléments sont essentiels à toute paix durable au Moyen-Orient », a déclaré le sénateur américain Chris Van Hollen au New York Times.

Friedman a souligné que la négociation d’un tel accord prendrait probablement des mois et qu’il s’agissait encore d’un « objectif lointain, dans le meilleur des cas ».

Biden l’a lui-même dit, en déclarant à CNN au début du mois : « Nous sommes très loin d’un accord avec l’Arabie saoudite. Nous avons [encore] beaucoup de choses à nous dire. »

Pour sa part, Netanyahu cherche depuis longtemps ce qui est considéré comme un accord de normalisation insaisissable avec les Saoudiens, le décrivant à plusieurs reprises comme l’une des principales priorités de son nouveau gouvernement, qui pourrait conduire à la fin du conflit israélo-arabe et du conflit israélo-palestinien.

Toutefois, des fonctionnaires américains ont averti ces derniers mois que les politiques d’Israël en Cisjordanie et l’avancement de sa refonte judiciaire rendaient pratiquement impossible la conclusion d’un accord de normalisation avec l’Arabie saoudite.

Jacob Magid et Lazar Berman ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.