Rechercher

Biden nomme une femme juive d’Atlanta au Conseil des droits de l’Homme de l’ONU

Michèle Taylor, leader de la communauté juive d'Atlanta, est actuellement membre du conseil d'administration du Centre national des droits civils et humains

La salle du Conseil des droits de l'Homme à l'ONU préparée pour une session, à Genève, le 13 septembre 2021. (Crédit : Fabrice Coffrini/AFP/Getty Images via JTA)
La salle du Conseil des droits de l'Homme à l'ONU préparée pour une session, à Genève, le 13 septembre 2021. (Crédit : Fabrice Coffrini/AFP/Getty Images via JTA)

JTA — Le président américain Joe Biden a nommé une responsable de la communauté juive d’Atlanta au conseil des droits de l’Homme des Nations unies, une instance qui a été très largement mise en cause pour son hostilité à l’égard d’Israël.

L’Atlanta Jewish Times a fait savoir vendredi que Biden avait choisi à ce poste Michèle Taylor, fille d’un survivant de la Shoah, fondatrice de la congrégation Or Hadash, située aux abords d’Atlanta et ancienne membre du conseil de commémoration du musée de la Shoah américain. Elle a été très active dans la communauté juive d’Atlanta où elle a occupé des fonctions variées.

Elle a aussi pris part à des collectes de fonds pour le parti démocrate et elle est également au conseil d’administration du centre national pour les droits civils et humains.

L’administration Trump avait quitté le Conseil des droits de l’Homme en raison de sa focalisation constante sur Israël et sur les « violations aux droits de l’Homme » dont l’État juif, selon lui, se rendrait coupable – tout en permettant à d’autres pays enregistrant des antécédents controversés en termes de droits de l’Homme, qu’il s’agisse de la Chine, de la république démocratique du Congo ou de l’Arabie saoudite, d’être membres et d’aider à mettre en place l’ordre du jour.

Israël n’a jamais siégé au conseil et refuse de coopérer aux enquêtes lancées par ce dernier.

Biden et les administrations démocrates variées reconnaissent la partialité affichée par le Conseil à l’encontre d’Israël mais elles estiment que les États-Unis sont plus efficaces dans leur défense des droits de l’Homme et d’Israël s’ils siègent en son sein. Biden a rejoint le Conseil la semaine dernière.

La déclaration émise par la Maison Blanche annonçant la nomination de Taylor a précisé que la nouvelle envoyée était une fille d’un survivant de la Shoah, précisant que Taylor « a servi dans un certain nombre de fonctions dans la protection des droits politiques et humains fondamentaux ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...