Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

Blinken : La majorité des pays arabes « veulent normaliser » leurs relations avec Israël

A la Conférence sur la sécurité de Munich, le président israélien a déclaré au secrétaire d'Etat américain qu'un rapprochement marquerait "une victoire sur les agissements" du Hamas et a appelé toutes les parties "à saisir ce moment"

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken participe à une table ronde lors de la Conférence de Munich sur la sécurité (MSC), le 17 février 2024. (Crédit : Thomas Kienzle/Pool via AP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken participe à une table ronde lors de la Conférence de Munich sur la sécurité (MSC), le 17 février 2024. (Crédit : Thomas Kienzle/Pool via AP)

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a évoqué samedi « une opportunité extraordinaire » au Proche-Orient, liée au fait que « virtuellement tous les pays arabes » souhaitent à terme normaliser leurs relations avec Israël.

« Il y a une opportunité extraordinaire pour Israël dans les mois à venir pour mettre fin une fois pour toutes à ce cycle » de violence, a-t-il estimé à Munich, en Allemagne, lors de la Conférence sur la sécurité.

« Virtuellement tous les pays arabes veulent maintenant intégrer Israël dans la région, normaliser leurs relations si ce n’est pas déjà fait, apporter des assurances de sécurité et des engagements afin qu’Israël se sente plus sûr ».

« Il y a aussi, je pense, l’impératif, plus urgent que jamais, de parvenir à un la création d’un État palestinien qui garantisse également la sécurité d’Israël », a-t-il ajouté.

Ces propos interviennent alors qu’Israël a annoncé une attaque imminente sur Rafah, la ville la plus au sud de la bande de Gaza, pour traquer les terroristes du Hamas, malgré l’afflux massif de populations civiles dans la zone.

La guerre à Gaza a éclaté lorsque le Hamas a envoyé 3 000 terroristes armés en Israël, le 7 octobre, pour mener une attaque brutale au cours de laquelle ils ont tué près de 1 200 personnes. Les terroristes ont également pris en otage 253 personnes, pour la plupart des civils, et les ont emmenées à Gaza.

Israël a réagi en lançant une campagne militaire dont l’objectif vise à détruire le Hamas, à l’écarter du pouvoir à Gaza et à libérer les otages, mais n’évoque pas ouvertement la question de l’avenir du territoire après la guerre.

« Il y a d’authentiques efforts en cours (….) pour réformer l’Autorité palestinienne » afin qu’elle devienne « un meilleur partenaire pour l’avenir », a assuré à cet égard le secrétaire d’Etat américain, évoquant « l’impératif » d’un Etat palestinien.

Les Etats-Unis s’activent, avec le Qatar et l’Egypte, pour tenter d’obtenir un cessez-le-feu dans une guerre qui dure depuis le mois d’octobre, permettre la libération de la centaine d’otages israéliens encore détenus et acheminer une aide humanitaire plus conséquente à Gaza.

Antony Blinken s’est notamment entretenu à Munich avec le président israélien Isaac Herzog, qui a jugé important de travailler au rapprochement avec l’Arabie saoudite en vue d’une normalisation de leurs relations.

Un rapprochement marquerait « une victoire sur les agissements » du Hamas, a-t-il ainsi estimé. « Je crois sincèrement qu’aller de l’avant vers la normalisation et faire tous les efforts possibles est une opportunité historique très importante », a-t-il ajouté, appelant toutes les parties « à saisir ce moment ».

Répondant directement aux propos d’Antony Blinken sur les autres pays arabes, il a admis qu’il existait « des opportunités », jugeant qu’elles devaient « être étudiées en profondeur ».

« Cependant, avant toute chose, la sécurité d’Israël doit être préservée. Et pour cela, nous devons finir le travail de sape et d’éradication des infrastructures de base du Hamas », a-t-il ajouté.

L’Arabie saoudite avait rappelé au début du mois qu’elle n’aurait « pas de relations diplomatiques avec Israël » tant qu’un Etat palestinien ne serait pas reconnu dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale, et que « l’agression » à Gaza se poursuivrait.

Le royaume saoudien, gardien des premiers lieux saints de l’islam, n’a pas adhéré aux accords d’Abraham de 2020, négociés par les Etats-Unis, qui ont permis à ses voisins, Bahreïn et les Emirats arabes unis, ainsi qu’au Maroc, d’établir des liens officiels avec Israël.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.