Bouclier du Nord : Tsahal et le Hezbollah jouent à cache-cache avec les tunnels
Rechercher

Bouclier du Nord : Tsahal et le Hezbollah jouent à cache-cache avec les tunnels

L'armée israélienne promet d'autres "surprises" à l'organisation terroriste libanaise, qui aurait entrepris d'étendre son opération de démolition de tunnels à deux autres sites

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats israéliens installent des équipements près de la ville de Meiss al-Jabal, dans le sud du Liban, le 5 décembre 2018, selon l'organisation terroriste du Hezbollah. (Médias militaires du Hezbollah)
Des soldats israéliens installent des équipements près de la ville de Meiss al-Jabal, dans le sud du Liban, le 5 décembre 2018, selon l'organisation terroriste du Hezbollah. (Médias militaires du Hezbollah)

Depuis le lancement de l’opération israélienne visant à localiser et à détruire les tunnels d’attaque transfrontaliers du Hezbollah, mardi, l’organisation terroriste libanaise suit attentivement les activités de l’armée israélienne le long de la frontière et les divulgue.

Le message évident que le Hezbollah cherche à transmettre à l’armée israélienne est qu’il est infaillible – il sait exactement ce que fait l’armée israélienne, surveille les opérations, et suit les mouvements des soldats.

Le fait que l’organisation terroriste examine de près la situation ne devrait pas surprendre Tsahal, qui surveille depuis des années des agents du Hezbollah en train de surveiller ses soldats depuis la frontière et qui, de fait, a fourni au Hezbollah des informations erronées pour semer la confusion et induire en erreur, en faisant des rapports du Liban et d’Israël basés uniquement sur une observation à l’œil nu, potentiellement peu fiables.

Israël aimerait surprendre ses observateurs. Avec son travail si près d’une frontière si étroitement surveillée – non seulement par le Hezbollah, mais aussi par les Forces armées libanaises et la Force de maintien de la paix des Nations Unies [FINUL] – les soldats israéliens seront probablement obligés, en plus des activités de destruction de tunnels, de monter des mises en scène pour faire en sorte que le Hezbollah se fasse des illusions.

De nombreux analystes estiment que s’attaquer aux tunnels est un prélude à la lutte contre la menace du programme de missiles guidés de précision du Hezbollah, comme l’a expliqué le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans son discours devant l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre.

Selon un officier supérieur du Commandement Nord de Tsahal, l’armée estime que le Hezbollah a été « surpris » qu’Israël ait découvert son projet de tunnel et s’efforce de déterminer ce qu’il en sait, ce qui explique également sa surveillance étroite de la frontière – en particulier de savoir où Tsahal est en train de creuser et chercher, et là où il ne cherche pas.

L’armée israélienne perce le sol au sud de la frontière libanaise pour tenter de localiser et de détruire les tunnels d’attaque du Hezbollah qui, selon elle, ont pénétré en territoire israélien, le 5 décembre 2018. (Armée israélienne)

« A ce stade, il semble essayer de comprendre ce que nous savons et ce que nous ignorons, mais je pense que le Hezbollah n’a pas encore compris tout ce que nous savons sur son projet de tunnel, et il sera encore plus surpris à l’avenir », a-t-il déclaré, sous couvert d’anonymat.

Selon l’organisation soutenue par l’Iran, l’armée israélienne opère actuellement à trois endroits le long de la frontière – dont un seul a été reconnu publiquement par Tsahal, à l’est du village libanais de Kafr Kila, où l’armée a découvert mardi un premier tunnel, a indiqué l’armée. Tsahal n’a pas officiellement reconnu ce fait, et de nombreux aspects de l’opération Bouclier du Nord restent soumis à la censure de l’armée israélienne.

Outre la région située à l’est de Kafr Kila, le Hezbollah a également pris et partagé des photographies des opérations de l’armée à Ramiya, au nord de la localité israélienne de Zarit, et Meiss al-Jabal à l’ouest de de la ville de Kfar Blum.

Des soldats israéliens utilisent des machineries lourdes près de la ville de Ramya, dans le sud du Liban, le 5 décembre 2018, selon l’organisation terroriste du Hezbollah. (Médias militaires du Hezbollah)

La chaîne d’information Hadashot TV a déclaré mercredi que Tsahal a commencé par s’attaquer au tunnel depuis Kafr Kila, qui se dirigeait vers la ville israélienne de Metulla, car il était en cours de creusement vers un quartier résidentiel.

L’armée a indiqué que ce tunnel, et tous les autres, était à plusieurs mois d’être opérationnel et ne représentait pas une menace immédiate pour les habitants de la région.

L’intérieur d’un tunnel d’attaque transfrontalier creusé par le Hezbollah depuis le village de Kafr Kila vers le territoire israélien, le 4 décembre 2018. (Crédit : Armée israélienne)

« Aucun des tunnels n’était prêt pour la guerre demain. Dans certains cas, c’était une question de mois et dans d’autres, c’était une question d’années avant qu’ils soient prêts sur le plan opérationnel », a déclaré mercredi un officier supérieur du Commandement Nord, parlant sous couvert d’anonymat.

Et Tsahal espère ne pas avoir de surprises.

Alors que l’armée israélienne estime avoir entièrement cartographié l’infrastructure des tunnels du Hezbollah, l’officier supérieur a laissé entrevoir d’éventuelles « surprises », mais a déclaré que les risques étaient faibles à cet égard.

« Il y a des endroits que nous connaissons mieux et d’autres que nous connaissons moins. Mais nous avons les moyens de mener l’opération jusqu’au bout – de tous les trouver et de les détruire », a ajouté l’officier supérieur.

L’officier a indiqué que les tunnels ont été découverts à l’aide de capteurs sismiques, qui ont été enterrés dans le sous-sol.

« Grâce à des systèmes audio, les soldats sont capables de capter les bruits du sol et d’identifier les activités suspectes », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...