Rechercher

Boycott des implantations: L’Illinois désinvestit dans les fonds de pension Unilever

L'État suit plusieurs autres qui ont cessé de financer la compagnie parente de Ben & Jerry's, qui avait décidé le boycott ; l'initiative a été saluée par les groupes pro-Israël

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

La crème glacée 'Pecan Resist' de Ben & Jerry's a été lancée en octobre 2018. (Crédit : Ben & Jerry's)
La crème glacée 'Pecan Resist' de Ben & Jerry's a été lancée en octobre 2018. (Crédit : Ben & Jerry's)

Les autorités de l’Illinois ont voté, mercredi, la fin du financement des fonds de pension d’Unilever, compagnie parente de Ben & Jerry’s. Le géant des glaces avait annoncé, cette année, qu’il ne vendrait plus ses produits en Cisjordanie.

L’Illinois a ainsi rejoint un certain nombre d’autres États qui ont pris, eux aussi, la même décision grâce à une législation qui a été adoptée dans la plus grande partie des États-Unis et qui sanctionne les firmes boycottant Israël ou les implantations en Cisjordanie. L’Arizona, la Floride, le New Jersey et New York avaient ainsi devancé l’Illinois en prenant cette décision.

Au moins trois autres États examinent actuellement la possibilité pour eux de désinvestir de ces fonds de pension.

Le Bureau de la politique d’investissement de l’Illinois a pris cette décision lors d’un vote à l’unanimité, avec sept membres qui ont voté « pour » et zéro « contre ». La valeur totale du montant de l’État dans le fonds de pension reste indéterminée.

Plusieurs organisations juives et le consulat de Chicago ont fait part de leur satisfaction.

« Israël a toujours affirmé qu’une solution au conflit israélo-palestinien devait être trouvée par le biais de négociations bilatérales directes entre les deux parties », a commenté le chef de la mission, Yinam Cohen. « Toute tentative d’un tiers de prédéterminer les paramètres d’un éventuel accord de statut final est contreproductif » dans la nécessité de résoudre le conflit, a-t-il ajouté.

Avant le vote, 21 activistes de l’Illinois – appartenant notamment aux conseils d’administration du groupe pacifiste J-Street et de La Paix maintenant – avaient écrit une lettre au panel lui recommandant de maintenir ses investissements, a noté le Forward.

Ils avaient expliqué, dans ce courrier, que la loi anti-boycott de l’Illinois faisait à tort l’amalgame entre les implantations et Israël, ce qui était contradictoire avec la politique fédérale américaine.

Au mois de juillet, Ben & Jerry’s avait annoncé que l’entreprise cesserait de distribuer ses produits dans « les territoires palestiniens occupés » – apparemment en référence aux implantations de Cisjordanie et à Jérusalem-Est. La politique de boycott de Ben & Jerry’s rentrera en vigueur lorsque ses accords de fabrication et de distribution locaux expireront à la fin de l’année 2022.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...