Rechercher

Brooklyn : La police recherche la femme qui a mis le feu à un lycée juif

La police enquête sur l'incident qui n'a pas fait de blessé ; les enquêteurs n'ont pas identifié la femme ; une récompense est offerte pour son arrestation

Capture d'écran d'une vidéo d'une femme soupçonnée d'avoir allumé un feu aux abords du lycée d'une yeshiva de New-York, le 14 octobre 2021. (Capture d'écran/Twitter)
Capture d'écran d'une vidéo d'une femme soupçonnée d'avoir allumé un feu aux abords du lycée d'une yeshiva de New-York, le 14 octobre 2021. (Capture d'écran/Twitter)

Une femme a tenté de déclencher un incendie aux abords d’un lycée juif de Brooklyn dans la journée de jeudi. Les policiers en charge des crimes de haine de la ville de New York ont ouvert une enquête.

Les images diffusées par la police de New York montrent la suspecte, habillée en noir, passer devant les portes du lycée de la yeshiva de Flatbush Joel Braverman aux environs de 7h30 du matin. Alors qu’elle franchit le portail, elle déverse de l’essence contenue dans un bidon rouge.

Elle prend la fuite après avoir mis le feu à l’essence. Un gardien de la sécurité de l’école éteint alors les flammes avec de l’eau.

Cet incident n’a pas fait de blessé.

L’unité chargée des crimes de haine de la police de New York a publié sur Twitter une photo où elle apparaît clairement, tenant à la main un bidon rouge. Les enquêteurs ont demandé l’assistance du public pour les aider à l’identifier.

La police a aussi posté une vidéo montrant la suspecte en train d’acheter le bidon d’essence.

Le maire, Bill de Blasio, a pour sa part écrit sur le même réseau social qu’une attaque « commise contre l’une de nos yeshivot est une attaque contre tous les habitants de New York », promettant de traduire la responsable de « cet acte vil commis à l’encontre de nos frères et de nos sœurs juives » devant les juges.

La gouverneure de New York, Kathy Hochul, a fait savoir que l’unité des crimes de haine de l’État était prête à apporter sa contribution à l’enquête.

« Ces actes lâches n’ont pas leur place ici », a-t-elle écrit sur Twitter.

NBC New York a annoncé qu’une récompense de 3 500 dollars était offerte pour toute information permettant d’arrêter la femme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...