Rechercher

Californie : La boulangerie israélienne qui offre une chance à d’anciens détenus

Quand Isaac Yosef a donné sa chance à un ex-détenu qui avait appris l'hébreu pour étudier la Bible, il a ouvert la porte et donné une place à ceux qui ne trouvaient pas d’emploi

Isaac Yosef a ouvert la Boulangerie et café casher Frena en 2016. (Autorisation :  Yosef/ via JTA)
Isaac Yosef a ouvert la Boulangerie et café casher Frena en 2016. (Autorisation : Yosef/ via JTA)

SAN FRANCISCO (JTA) — Frena Bakery and Cafe a ouvert ses portes dans la « cité sur la baie » il y a plus de quatre ans, et s’est rapidement fait connaître pour ses savoureux mets farcis tels que les bourekas, les sambusak, les pains de la challah à la pita en passant par les bagels de Jérusalem, et les desserts comme le rugelach et la babka.

Grâce à un podcast populaire sur la vie en prison intitulé « Ear Hustle », la boulangerie casher est désormais connue pour une autre raison : ses employés précédemment incarcérés.

Frena n’était ouverte que depuis quelques mois lorsque Carlos Flores, récemment libéré de prison, y était venu chercher un emploi, utilisant l’hébreu qu’il avait appris durant son incarcération pour lire l’Ancien Testament. Il n’avait aucune expérience dans la boulangerie et peu d’antécédents professionnels après avoir purgé 23 ans de prison – il avait 16 ans quand il est entré, 39 quand il est sorti – pour meurtre et vol.

Compte tenu de la centralité de la techouva, ou de la repentance, dans le judaïsme, le propriétaire de Frena, Isaac Yosef, a déclaré qu’il n’y avait pas réfléchi à deux fois. Il a dit à Flores de se présenter au travail le dimanche suivant.

« Son honnêteté m’a impressionné », a déclaré Yosef. « Je pouvais voir sur son visage que si je lui donnais une chance, il ferait tout ce qui est en son pouvoir pour faire ses preuves. Il voulait réussir, et si je ne lui donnais pas de chance, il est probable que personne ne le ferait. »

Yosef ne savait pas qu’en prenant cette décision en une fraction de seconde, il ouvrait la porte à de nombreux autres ex-détenus. Il s’est avéré que Flores vivait dans une maison de réhabilitation à quelques pâtés de maisons.

Une fois qu’il a été embauché, le message s’est rapidement répandu dans toute la communauté des « condamnés à perpétuité [Lifers] » – ceux qui purgent des peines pour meurtre, allant généralement de 25 ans à la perpétuité – que la boulangerie était prête à leur donner un emploi. Les anciens détenus s’attendent à ce que la recherche d’emploi se présente comme un défi, car de nombreux employeurs ne veulent pas prendre le risque d’embaucher un criminel.

Au cours des quatre dernières années, Frena s’est bâtie une réputation au sein de la communauté des condamnés à perpétuité en tant qu’employeur fiable d’anciens détenus, ayant embauché plus de 20 résidents de la maison de réhabilitation située à proximité.

Le turn-over est rapide : les résidents ne sont tenus de vivre dans des logements de réhabilitation que pendant six mois.

En avril, « Ear Hustle » a consacré un épisode entier à Frena, surnommant l’endroit « Lifer Bakery » [la boulangerie des condamnés à perpétuité]. Les nombreux anciens employés interrogés ont exprimé leur gratitude envers la boulangerie pour leur avoir accordé une chance alors que peu de personnes le faisaient. Dans l’épisode, Yosef explique également comment le mot « casher » ne signifie pas seulement une façon de manger – que pour lui, c’est un mode de vie exprimé dans la façon dont vous traitez les autres, y compris vos employés.

Yosef, au premier plan, avec son personnel. Il dit que « l’éthique de travail est très élevée » chez les anciens détenus qu’il embauche. (Autorisation : Yosef/ via JTA)

Frena est située dans le quartier South of Market de San Francisco, sur un block à la réputation difficile que la section locale du mouvement hassidique Habad-Loubavitch s’efforce de réinventer en tant que « couloir juif ». Les voisins de la boulangerie comprennent un shawarma et falafel casher qui a ouvert ses portes en 2020 et, naturellement, un centre Habad. Le Habad et Frena se sont associés pour distribuer de la nourriture aux nombreuses personnes nécessiteuses du quartier.

Yosef a déclaré qu’être un chef d’entreprise juif comporte une certaine dose de responsabilité. Il est toujours attentif à la façon dont il traite les habitants du quartier, donnant de la nourriture à ceux qui en ont besoin, « d’autant plus qu’il y a un grand panneau casher ».

« Tout le monde sait que nous sommes juifs », dit-il, « et nous devons nous assurer de maintenir une bonne réputation. »

Yosef, 36 ans, est originaire de Beer Sheva, en Israël, et n’a pas grandi dans le monde religieux. Après avoir travaillé dans la construction et la vente au détail, il a ouvert Frena avec un associé qui s’est depuis retiré de l’affaire, et Yanni (ne se faisant appeler que par ce nom), maître-boulanger de quatrième génération. L’arrière-grand-père de Yanni était originaire d’Irak et possédait une boulangerie au marché Machane Yehuda de Jérusalem. Frena a ouvert ses portes fin 2016, fournissant de la nourriture casher à une ville pourvue d’une scène culinaire réputée mais ayant peu d’options casher.

C’est un bon match, a déclaré Yosef à propos de son établissement et de l’ancien détenu. Le travail de boulangerie est exigeant et ces employés sont à la hauteur de la tâche. Et étant donné qu’ils ont eu une seconde chance, ils sont très motivés pour bien faire.

« Leur éthique de travail est très élevée », a déclaré Yosef, notant qu’ils sont habitués à une atmosphère bruyante avec beaucoup de cris. « Ils se sentent chez eux. »

Flores a travaillé à Frena par périodes durant environ trois ans avant de passer à autre chose; aujourd’hui, il a sa propre entreprise de nettoyage de tapis dans l’État de Washington. Avoir un travail aussi exigeant, en particulier celui où il devait apprendre les lois de la casheroute, « m’a aidé de bien des façons dans mon quotidien », a-t-il déclaré.

Frena Bakery and Cafe are coming to you ,Friday 04.30: Oakland, Albany, Berkeley, Pleasanton, Danville, Lafayet ,…

Posted by Frena Bakery and Cafe on Thursday, April 29, 2021

Brandie Talavera est également venue à Frena après avoir purgé une peine de trois ans de prison pour trafic de drogue. Elle a été embauchée comme caissière, mais Yosef a rapidement constaté sa motivation et l’a promue au rang d’assistante, lui apprenant la facturation, la comptabilité et la gestion des ventes. Talavera était en charge de l’activité traiteur de la boulangerie, et les ventes ont augmenté de façon exponentielle lorsqu’elle en était responsable.

« Je n’avais pas travaillé depuis plus de 10 ans, puis j’ai été incarcérée », a-t-elle déclaré. « Cet emploi m’a permis de retrouver mon éthique de travail, et tout a découlé de là. »

L’un des employés présentés dans le podcast devait porter un moniteur de cheville pour obtenir sa libération conditionnelle, et il a passé les premières et dernières heures de chaque journée de travail branché à une prise électrique pour s’assurer que son bracelet reste chargé tout au long de la journée.

Yosef parle aux agents de libération conditionnelle de ses employés pour leur obtenir des autorisations spéciales pour travailler la nuit, les libérations conditionnelles comprenant souvent des couvre-feux. Il a prêté sa voiture à Flores pour qu’il puisse passer un examen de conduite. Il leur prête aussi parfois de l’argent lorsque leurs factures s’accumulent, et c’est lui qui a informé Flores d’une loterie pour les logements sociaux qui lui a finalement permis d’emménager dans son premier appartement après la maison de réhabilitation.

Happy Hanukkah!!!! Frena Hunukkah Schedule is continuing, place your order now : https://bit.ly/3iWs3Noand come pick…

Posted by Frena Bakery and Cafe on Sunday, December 13, 2020

« Tout ce qu’Isaac veut faire, c’est aider », a déclaré Talavera. « Il m’a tellement appris. Chaque jour, j’allais travailler décidée à faire mieux pour lui. Ils nous ont traités comme leur famille. »

Il n’est jamais venu à l’esprit de Yosef que sa formation de Tsahal lui serait utile dans l’industrie alimentaire.

« Un bon commandant n’a pas besoin d’être le plus rapide, le plus fort ou le plus courageux, il doit juste donner le bon exemple », explique Yosef. « Si vous faites cela, tout le monde suivra. »

Comme presque toutes les entreprises alimentaires, Frena a souffert pendant la pandémie. Avec la perte de la restauration, la boulangerie a commencé à proposer des livraisons, installant sa camionnette à l’extérieur des synagogues et des centres communautaires juifs dans toute la zone de la baie pour faire parvenir ses produits à un plus large public.

Réduit à une équipe restreinte à présent, Yosef a déclaré qu’aucun ancien détenu ne travaillait pour lui actuellement, mais que dès qu’il pourra réembaucher des employés, il se tournerait de nouveau vers eux.

Mais maintenant, grâce au podcast et à ses millions d’auditeurs, Frena a trouvé une nouvelle popularité. « Nous avons des gens du monde entier qui nous écrivent et qui veulent nous soutenir », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...