Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Canada : Il y a 90 ans, l’émeute antisémite du parc de Christie Pits

Un rassemblement contre l’antisémitisme a été organisé dans ce parc de Toronto, en commémoration de l’émeute antisémite qui a eu lieu au même endroit en 1933

La seule photographie connue de l'émeute de Christie Pits, à Toronto, le 16 août 1933. (Crédit : Globe and Mail / Archives de la ville de Toronto / Domaine public)
La seule photographie connue de l'émeute de Christie Pits, à Toronto, le 16 août 1933. (Crédit : Globe and Mail / Archives de la ville de Toronto / Domaine public)

La semaine dernière, un rassemblement contre l’antisémitisme a été organisé au parc Christie Pits, à Toronto, en commémoration des 90 ans de l’émeute antisémite du parc de Christie Pits, en 1933.

L’évènement peut aujourd’hui être considéré comme l’un des pires épisodes de violence à motivation ethnique ou religieuse de l’histoire de cette ville canadienne.

L’antisémitisme était alors un élément prégnant de la société canadienne : les entreprises refusaient d’embaucher des Juifs, les universités limitaient leurs inscriptions, des quartiers entiers leur interdisaient la vente ou la location de logements…

L’arrivée des nazis au pouvoir en Allemagne a conduit à l’émergence des « Swastika Clubs » (clubs de la croix gammée) au Canada, qui avaient pour but d’harceler les Juifs, d’exacerber et de répandre le phénomène de l’antisémitisme au sein de la population. Mécontents de voir des Juifs profiter – comme les autres Canadiens – des plages publiques et des zones de loisirs pendant l’été, ces pro-nazis ont tenté de les repousser, et les tensions des plages de l’est de Toronto se sont rapidement propagées au reste de la ville.

Le 14 août 1933, l’équipe de softball de Harbord Playground, majoritairement juive, jouait sur le terrain du parc de Christie Pits contre ses rivaux locaux, les St. Peter’s. Des individus non liés à l’une ou l’autre des équipes ont alors pris d’assaut le terrain et brandit une croix gammée improvisée. Ils ont également peint la croix gammée et les mots « Heil Hitler » (gloire à Hitler) sur le toit du pavillon, avant d’indiquer au Toronto Daily Star que leur but était d’ « expulser les Juifs du parc ».

Deux jours plus tard, le 16 août, en réaction et dans le cadre du match suivant de la série, des Juifs sont venus s’opposer à ces militants nazis, qui ont à nouveau brandi une bannière à croix gammée qu’ils avaient fabriquée en scandant « Heil Hitler ». Par miracle, personne n’a été tué dans la bagarre générale qui a impliqué des milliers de personnes – plus de 10 000 selon le Toronto Daily Star – et qui a largement débordé dans les quartiers environnants au parc. Des dizaines de personnes ont néanmoins été blessées pendant ces six heures d’affrontements, difficilement réprimés par une police en sous-effectif.

« Plusieurs individus ont subi des lésions à la tête, beaucoup ont eu un œil au beurre noir ou le corps meurtri. Des dizaines de personnes de tous âges, dont de nombreux observateurs non impliqués dans le conflit, ont été blessées plus ou moins gravement par une variété d’armes improvisées aux mains de jeunes fous furieux irresponsables, tant juifs que non-juifs », écrivait alors le Toronto Daily Star.

Des jeunes d’origine italienne et ukrainienne, eux aussi victimes de discriminations de la part de la majorité anglophone canadienne, ont soutenu ces Juifs, se battant à leurs côtés dans cette rébellion anti-raciste.

Seules quelques arrestations ont eu lieu, et un seul individu a été condamné : Jack Roxborough, qui aurait brandi une matraque au-dessus d’un homme couché au sol. Il a été condamné à deux mois de prison et à une amende de 50 dollars.

Suite à ces émeutes, le maire de Toronto, William James Stewart, s’est engagé à punir toute propagande future mettant en avant la croix gammée – l’une des premières politiques canadiennes interdisant les propos de haine.

Une plaque a été inaugurée en 2008 au parc de Christie Pits en mémoire de ces violences.

Sam Rosenthal, dont le grand-père possédait une pharmacie près du parc Christie Pits en 1933, a créé une pièce de théâtre pour sensibiliser les groupes scolaires aux émeutes et à l’antisémitisme à cette époque. Celle-ci, financée par le Conseil scolaire de Toronto, devrait être jouée à nouveau au parc Christie Pits l’année prochaine.

L’antisémitisme reste bien présent au Canada aujourd’hui, comme dans la plupart des sociétés occidentales.

Statistique Canada, l’agence du gouvernement fédéral canadien qui collecte et compile des statistiques sur le Canada et ses habitants, a publié à la fin du mois dernier ses données sur les crimes de haine déclarés par la police pour 2022, révélant que ceux ciblant les populations juive et noire restaient les plus fréquemment signalés à la police, représentant respectivement 14 et 23 % de tous les crimes haineux.

Alors que le nombre total de crimes de haine signalés à la police a augmenté de 7 %, ces deux groupes de population ont connu des augmentations disproportionnées par rapport à d’autres groupes identifiés par la race, l’ethnicité ou la religion. Selon les chiffres de Statistique Canada concernant la communauté juive, celle-ci a été la cible de 502 crimes de haine signalés en 2022, soit plus de 9 incidents par semaine ou 41 incidents par mois. Il y a eu 750 crimes de haine motivés par la religion et 3 576 incidents signalés au total.

Alors que la communauté juive ne représente seulement qu’1 % de la population canadienne, elle a été ciblée de manière disproportionnée avec 14 % de tous les crimes de haine signalés. Aussi, la communauté juive était la minorité religieuse la plus visée, représentant 67 % des crimes haineux motivés par la religion. Et si les crimes de haine à motivation religieuse sont en baisse de 15 % d’une année sur l’autre, les crimes de haine visant la communauté juive ont augmenté de 2 % entre 2021 et 2022, et de 52 % depuis 2020.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.