Castaner ne prévoit pas d’interdire les manifestations pour le boycott d’Israël
Rechercher

Castaner ne prévoit pas d’interdire les manifestations pour le boycott d’Israël

Dans une lettre au député Meyer Habib, le ministre de l’Intérieur a affirmé que "les mesures portant interdiction générale et absolue" ne pouvaient "être prises en l’espèce"

Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, ancien ministre des Relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement, à l'Elysée, le 24 mai 2017. (Crédit : Stéphane de Sakutin/AFP)
Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, ancien ministre des Relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement, à l'Elysée, le 24 mai 2017. (Crédit : Stéphane de Sakutin/AFP)

Sur Facebook, Meyer Habib, député de la 8e circonscription des Français de l’étranger, a publié une lettre de Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, qui lui était adressée.

Dans sa lettre, concernant les manifestations du mouvement Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS), le ministre français explique que « le droit de se rassembler et de manifester » reste une « liberté fondamentale constitutionnellement protégée ».

Ainsi, « les mesures portant interdiction générale et absolue » concernant ces manifestations ne peuvent « être prises en l’espèce, les services de la préfecture de police [déployant] un dispositif propre à prévenir tout débordement ».

Il ajoute néanmoins que ses « services et ceux de la préfecture de police sont particulièrement fermes et vigilants concernant les faits pouvant s’apparenter à des actes d’antisémitisme ».

INTERDIRE LES MANIFESTATIONS BDS : LETTRE AU PRÉFET – RÉPONSE DU MINISTRE DE L’INTÉRIEUR Le 13 mai, j’ai écrit au…

פורסם על ידי ‏‎Meyer Habib‎‏ ב- יום רביעי, 24 ביולי 2019

Castaner explique également que, suite à la manifestation de soutien à Georges Ibrahim Abdallah le 22 juin dernier, « le préfet de police a informé le parquet de Paris des propos anti-sionistes scandés par ses sympathisants ».

La lettre du ministre répondait à une missive de Meyer Habib envoyée au Préfet de Police de Paris – avec en copie le ministre de l’Intérieur – en mai. Le député demandait la fin des « manifestations du mouvement illégal BDS » organisées à Paris « chaque semaine depuis dix ans ».

« L’appel au boycott est totalement illicite en droit français, explique Habib sur Facebook. Pire, ces rassemblements alimentent jour après jour un climat de haine d’Israël et des Français juifs. »

« Hélas, la réponse du ministre est courtoise mais se borne à rappeler les principes de la liberté de manifestation, a-t-il regretté. Depuis des années, je me bats sans concession contre le BDS et je continuerai de le faire. »

« Quand il s’agit de boycott d’Israël, la loi reste lettre morte dans l’indifférence générale, a-t-il affirmé. Quel contraste avec l’Allemagne, où le Bundestag a voté le 17 mai dernier à la quasi-unanimité une résolution assimilant l’appel au boycott d’Israël à l’antisémitisme ! »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...