Centre Zahra anti-Israël : 6 mois de prison pour le trésorier
Rechercher

Centre Zahra anti-Israël : 6 mois de prison pour le trésorier

Le préfet du Nord a ordonné la fermeture de ce lieu de culte chiite pro-Hezbollah, l'accusant de contribuer à "la diffusion de l'islam radical chiite à l'échelle européenne"

L'entrée du "Centre Zahra France" après une vasste opération de police dans le cadre de la lutte anti-terrroriste, à Grande-Sytnhe, dans le nord de la France. (Crédit : Philippe HUGUEN / AFP)
L'entrée du "Centre Zahra France" après une vasste opération de police dans le cadre de la lutte anti-terrroriste, à Grande-Sytnhe, dans le nord de la France. (Crédit : Philippe HUGUEN / AFP)

Le trésorier du centre chiite pro-Hezbollah Zahra à Grande-Synthe (Nord), dont les locaux ont fait l’objet d’une vaste opération anti-terroriste, a été condamné mercredi à 18 mois de prison dont six ferme par le tribunal correctionnel de Dunkerque pour détention illégale d’armes.

Il a également été condamné à 15 ans d’interdiction de détenir et de porter une arme. Le tribunal n’a pas prononcé de maintien en détention.

Le procureur avait requis 18 mois de prison dont un an ferme et le maintien en détention.

Le 2 octobre, les locaux avaient fait l’objet d’une vaste opération anti-terroriste, à l’issue de laquelle trois personnes avaient été placées en garde à vue. Les perquisitions administratives avaient débouché sur la découverte d’armes à feu détenues illégalement.

Le lendemain, le trésorier de l’association, gérant d’une boulangerie à Grande-Synthe, avait été placé en détention provisoire en attendant son procès pour détention illégale de deux fusils retrouvés dans un coffre et pour lesquels il n’avait pas d’autorisation.

L’opération avait été lancée à la suite du « soutien marqué » à « plusieurs organisations terroristes » telles que le Hezbollah chiite libanais, des dirigeants de l’association, dont les avoirs ont été gelés.

Lors de son jugement en comparution immédiate mercredi, l’homme de 47 ans au casier judiciaire vierge, a expliqué qu’il détenait ses armes car selon lui le « centre » et la communauté chiite étaient « menacés » notamment après « l’attentat du Bataclan ».

« On est mal aimés, on a des ennemis, Al-Qaïda et l’État islamique, c’est pour cela que j’ai décidé de placer des armes dans le coffre au cas où quelqu’un voudrait nous faire du mal », a-t-il déclaré à la barre.

Dans un arrêté daté du 15 octobre, le préfet du Nord a ordonné la fermeture de ce lieu de culte chiite près de Dunkerque, l’accusant de contribuer à « la diffusion de l’islam radical chiite à l’échelle européenne ».

Le préfet Michel Lalande avait considéré notamment que « le lieu de culte hébergé dans le centre Zahra » diffusait « des messages légitimant ouvertement le jihad armé » et qu’il se livrait « en permanence à une propagande » incitant « à la haine, à la discrimination et à la violence ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...