Rechercher

« C’est un asile de fous » : Ben Gurion signale un trafic chargé avant Pessah

Environ 73 000 passagers devraient transiter par l'aéroport ce jeudi, alors que de nombreux Israéliens s'apprêtent à voyager ; le Sinaï attend également une foule de touristes

Voyageurs à l'aéroport international Ben Gourion, le 2 mars 2022. (Crédit: Yossi Aloni/Flash90)
Voyageurs à l'aéroport international Ben Gourion, le 2 mars 2022. (Crédit: Yossi Aloni/Flash90)

L’Autorité des aéroports d’Israël (IAA) a mis en garde contre les retards des vols pendant les vacances de Pessah, car des dizaines de milliers de passagers devraient transiter quotidiennement par l’aéroport de Ben Gurion.

Selon des informations, environ 73 000 Israéliens devraient passer par l’aéroport jeudi, alors que la cinquième vague décroissante de la pandémie et la fête juive offrent à de nombreux Israéliens la possibilité de voyager pour la première fois en près de deux ans. La charge de voyageurs attendue à Ben Gurion jeudi sera la plus élevée en deux ans, depuis l’épidémie de COVID-19, selon les médias israéliens.

Pinchas Idan, président du comité des travailleurs de l’Autorité aéroportuaire d’Israël, a déclaré que les longues files d’attente et les retards à l’aéroport étaient dus à un manque de ressources en termes de personnels et de structures à Ben Gurion.

« C’est un asile de fous, il y a des lignes de fous. Côté sécurité, on a réussi à gérer la situation, le problème ce sont les accueils. Il n’y a pas assez de stewards – nous sommes incapables de recruter des gens », a-t-il déclaré dans une interview à la radio de l’armée jeudi matin.

Shmuel Zakai, directeur de l’aéroport Ben Gurion, a déclaré il y a deux semaines dans une interview à la radio 103FM que l’aéroport « manquait de centaines d’employés » et a déclaré que les lignes ne feraient que s’allonger pendant les vacances à venir.

« Si avant le COVID un passager passait en moyenne deux minutes à faire la queue, aujourd’hui c’est huit minutes et demie… Il manque trois bureaux d’enregistrement au terminal 3 », a déclaré Zakai, notant qu’ « Israël est l’un des quatre seuls pays au monde qui obligent chaque passager à l’arrivée à passer un test PCR ».

Il a déclaré que « certains problèmes de la vie nécessitent une solution compliquée », notant que « ce n’est pas que nous soyons négligents ».

Zakai a suggéré aux gens de s’enregistrer en ligne avant d’arriver à l’aéroport, ce qui, selon lui, réduirait le temps passé à faire la queue.

L’aéroport Ben Gurion n’est pas le seul endroit censé accueillir des foules d’Israéliens cherchant à partir en vacances, certains préférant une option beaucoup plus proche de chez eux.

Avant Pessah, la péninsule du Sinaï se prépare à accueillir ce qui pourrait être le plus grand nombre de visiteurs israéliens dans la zone depuis la scission de la mer Rouge !

Cette augmentation attendue du nombre de touristes est entraînée par une nouvelle liaison aérienne qui va dorénavant relier Tel Aviv à Sharm el Sheikh – une ligne qui a été mise en place par Arkia, le transporteur israélien low-cost, et qui devrait faire ses premiers vols pendant Pessah.

Des ouvriers finissent de construire des cabanes rénovées sur la plage de Ras Shaitan, dans le Sinaï, le 5 novembre 2021. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israel)

C’est également la première saison de Pessah depuis que le Conseil national de sécurité a revu à la baisse le niveau de ses mises en garde aux voyageurs concernant certaines parties du Sinaï – une première depuis plus d’une décennie. Après presque deux ans de pandémie, de confinements, d’annulations diverses de déplacement au gré des vagues de COVID-19, nombreux sont les Israéliens qui sont aujourd’hui impatients de pouvoir quitter le pays.

Les projections suggèrent que les voyages et le tourisme devraient rapporter 10,25 milliards de shekels (2,930 milliards d’euros) à l’économie israélienne en 2022. Les prévisions tablent sur une croissance annuelle d’un peu moins de 11 % par an jusqu’en 2026. Les hôtels israéliens devraient gagner 5,4 milliards de shekels (1,5 milliard d’euros) en 2022.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...