Comment une fausse épidémie de typhus a sauvé 8 000 Polonais du joug nazi
Rechercher

Comment une fausse épidémie de typhus a sauvé 8 000 Polonais du joug nazi

Eugène Lazowski est appelé le "Schindler polonais" car il a sauvé 12 villages pour raisons médicales, mais sa "quarantaine" est arrivée trop tard pour certains Juifs de la région

Le médecin polonais Eugène Lazowski et l'affiche nazie sur les Juifs porteurs du typhus. (Domaine public)
Le médecin polonais Eugène Lazowski et l'affiche nazie sur les Juifs porteurs du typhus. (Domaine public)

Dans une petite région de la Pologne occupée par les nazis, une fausse épidémie de typhus a permis de sauver des milliers de personnes du travail forcé ou de la mort.

L' »épidémie » a été déclarée par le médecin Eugène Lazowski dans la ville de Rozwadow et ses environs, à 240 kilomètres au sud de Varsovie. En forçant les nazis à mettre en quarantaine une douzaine de villages environnants, la fausse peste a permis à 8 000 villageois – dont un petit nombre de Juifs cachés – de rester relativement en sécurité pendant plus de deux ans.

Lazowski avait 26 ans lorsque l’Allemagne a envahi la Pologne, et était sous-lieutenant dans l’armée de son pays. Après avoir été capturé par les nazis, le médecin formé à la guerre a été emprisonné dans un camp de prisonniers de guerre, d’où il s’est échappé.

Après son évasion, Lazowski s’est installé à Rozwadow pour travailler pour la Croix-Rouge polonaise. A cette époque, des ghettos juifs avaient été créés dans toute la Pologne, dont un ghetto de 400 juifs qui jouxtait l’arrière-cour de Lazowski. Le catholique pratiquant occupait sa maison avec sa femme et sa petite fille.

Pendant les derniers mois de l’existence du ghetto, Lazowski a secrètement soigné les Juifs et fourni des fournitures médicales. Des chiffons blancs attachés à la clôture de sa cour ont été utilisés pour communiquer. Il était également actif dans l’Armée de l’Intérieur [Armia Krajowa], le mouvement de résistance polonais.

Soldats allemands à Rozwadow, Pologne, 1939. (Domaine public)

En juillet 1942, le ghetto de Rozwadow est liquidé par les Allemands. De nombreux Juifs ont été tués sur la place principale et d’autres ont été assassinés dans les forêts environnantes. Certains ont été emmenés aux travaux forcés, avec un camp de concentration installé en ville.

La « thérapie de stimulation des protéines ».

Au moment de la liquidation du ghetto, un ami d’école de médecine de Lazowski – le médecin Stanislaw Matulewicz – a trouvé un moyen de rendre quelqu’un positif au test du typhus sans avoir la maladie.

Une souche de la bactérie Proteus – le typhus épidémique mort – a été injectée au patient, qui sera dorénavant testé positif. Lazowski et Matulewicz ont immédiatement compris qu’ils étaient sur une piste importante.

Les Allemands étaient terrifiés par le typhus, une maladie transmissible par le sang, connue pour décimer les régiments de l’armée en temps de guerre. La peste n’avait pas été vue en Allemagne depuis 25 ans, les soldats n’avaient donc pas d’immunité naturelle. La propagande anti-juive diffusée par l’Allemagne présentait les Juifs comme des porteurs de poux infectés par le typhus.

Stanislaw Matulewicz (à gauche) et Eugene Lazowski. (Domaine public)

En 1942, on estime que 750 Polonais mouraient chaque jour du typhus. Tout juif dont le test de dépistage du typhus était positif était abattu sur place et sa maison incendiée. Les Polonais dont le test était positif étaient mis en quarantaine.

Pendant leurs deux premiers mois d’activité clandestine, Lazowski et Matulewicz ont injecté à de nombreux villageois leur faux typhus, disant aux patients atteints de la grippe que c’était une « thérapie de stimulation des protéines » pour leur maladie.

Après avoir reçu l’injection, certains patients étaient envoyés chez des médecins dans d’autres villages, où ils étaient inévitablement testés positifs pour le typhus. Les co-conspirateurs ont pris soin d’imiter le rythme d’une véritable épidémie. Pendant cette période de tension, Lazowski portait sur lui une pilule de cyanure, a-t-il déclaré plus tard.

Carte postale d’une scène de rue juive à Rozwadow, Pologne, avant-guerre. (Domaine public)

La prévalence des cas de typhus confirmés par les laboratoires allemands fut alarmante. Après deux mois, une zone de quarantaine autour de Rozwadow et de 12 villages environnants a été déclarée, mettant ainsi 8 000 habitants à l’abri de toute arrestation ou déportation.

Un combat très serré avec la Gestapo

Bien que la zone de quarantaine soit restée en place jusqu’à la Libération, l’opération secrète a failli s’effondrer vers la fin de 1943.

Le nombre de décès dans la région ne correspondant pas au nombre de cas de typhus, la Gestapo a envoyé une commission d’enquête pour contrôler les médecins. Lazowski a utilisé des tactiques semblables à celles d’Oskar Schindler pour les déstabiliser, en faisant couler à flot la vodka, avec de la kiełbasa et de la musique pendant leur visite.

Profitant de la fête, les membres de la commission ont envoyé des médecins plus jeunes pour prélever des échantillons de sang sur des patients à l’air malade, qui avaient tous reçu la souche bactérienne qui imitait le typhus. Les médecins allemands ne cherchèrent aucun symptôme chez les patients, terrifiés à l’idée de contracter la maladie.

Kit de dépistage du typhus. (Domaine public)

Vers la fin de l’occupation de la Pologne, un soldat allemand a averti Lazowski qu’il était sur le point d’être arrêté par la Gestapo. Selon le soldat, Lazowski avait été repéré en train de soigner des membres de l’Armée de l’Intérieur.

Avec l’armée russe en face de la ville, les nazis ont pris leur revanche finale sur le peuple polonais. Lazowski avait été jusqu’à présent épargné en raison de ses travaux sur le typhus, mais – a prévenu le soldat – son arrestation était imminente. La famille Lazowski a fui la ville juste avant l’arrivée de la Gestapo.

« J’ai trouvé un moyen d’effrayer les Allemands »

Pendant 13 ans, Lazowski a vécu dans la crainte que ses activités en temps de guerre ne soient découvertes, ce qui entraînerait des représailles de la part d’anciens collaborateurs nazis en Pologne. En 1958, Lazowski a émigré à Chicago avec sa femme et sa fille. Après dix ans d’études, il est devenu professeur en pédiatrie à l’université de l’Illinois. Continuant à pratiquer la médecine, il n’a jamais parlé à personne de son action secrète pendant la guerre.

De même, ce n’est qu’après la libération que Lazowski a appris que ses parents avaient caché deux familles juives dans leur propre maison.

Des Juifs de Rozwadow devant leur synagogue détruite, après la guerre. (Domaine public)

Ce n’est qu’en 1977 que Lazowski a écrit pour la première fois sur sa « guerre privée ». De manière caractéristique, il s’est concentré sur les aspects médicaux de l’opération de sauvetage pour le bulletin de la Société américaine de microbiologie, au lieu de chercher une publicité plus voyante.

En 1993, Lazowski a publié un mémoire intitulé « The Private War : Memoir of a Doctor Soldier ». Matulewicz était retourné en Pologne après avoir pratiqué la radiologie au Zaïre pendant de nombreuses années, et le livre a rendu les deux hommes célèbres dans leur pays.

Lazowski n’apparaît pas dans la base de données « Justes parmi les nations » [Righteous Among the Nations] de Yad Vashem ; il n’y a pas non plus d’entrée pour lui dans la bibliothèque du site web du United States Holocaust Memorial Museum.

Selon Yad Vashem, il y a eu une demande pour que Lazowski soit reconnu comme un « Juste parmi les Nations » à un moment donné, mais un manque de preuves de première main – à savoir le témoignage d’un témoin oculaire – a empêché qu’une nomination officielle soit soumise à la commission pour examen.

« En raison d’un manque de témoignages de survivants, l’affaire n’a pas abouti », a déclaré Simmy Allen, porte-parole de Yad Vashem.

Eugène Lazowski en Pologne lors du tournage d’un documentaire en 2000. (Clayton Entertainment)

De nombreux articles sur Lazowski contiennent des erreurs, notamment l’affirmation qu’il a sauvé « douze villages juifs ». Le chiffre 8 000, qui fait référence à la population de la zone de quarantaine, a été utilisé à tort pour déclarer – par exemple – « 8 000 juifs ont reçu une injection de typhus ». Des erreurs similaires apparaissent sur les sites web d’un musée israélien et d’une fondation américaine pour les « héros méconnus ».

Quelques années avant sa mort en 2006, Lazowski est retourné en Pologne pour le tournage d’un documentaire encore inédit. A Rozwadow, en compagnie de Matulewicz, les hommes ont été accueillis par des journées de festivités et des retrouvailles émouvantes.

Lazowski avait 87 ans, et il pouvait enfin être tranquille dans le pays pour lequel il s’était battu.

« Je n’étais pas capable de me battre avec un fusil ou une épée », a déclaré Lazowski. « Mais j’ai trouvé un moyen d’effrayer les Allemands ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...