Comparaison nazie : Le président de la Fédération allemande de football s’excuse
Rechercher

Comparaison nazie : Le président de la Fédération allemande de football s’excuse

Fritz Keller avait accusé son vice-président de se comporter comme "un Freisler", en référence à Roland Freisler, ancien président du principal tribunal nazi

Rainer Koch (à gauche), vice-président de la Fédération allemande de football (DFB), félicite Fritz Keller, alors nouveau président de la Fédération, après avoir été élu lors du Congrès annuel de la DFB à Francfort-sur-le-Main, dans l'ouest de l'Allemagne, le 27 septembre 2019. (Crédit : Daniel ROLAND / AFP)
Rainer Koch (à gauche), vice-président de la Fédération allemande de football (DFB), félicite Fritz Keller, alors nouveau président de la Fédération, après avoir été élu lors du Congrès annuel de la DFB à Francfort-sur-le-Main, dans l'ouest de l'Allemagne, le 27 septembre 2019. (Crédit : Daniel ROLAND / AFP)

Le président de la fédération allemande de football a dû présenter lundi ses excuses après avoir comparé un de ses collègues à un ancien juge nazi notoire, alors que l’organisation est ébranlée depuis des mois par des rivalités internes.

« Parfois lors de controverses des mots sont employés qui ne devraient pas l’être », a indiqué Fritz Keller dans un communiqué diffusé à plusieurs médias, dont Der Spiegel et le quotidien Bild, suite à un accrochage avec son vice-président Rainer Koch lors d’une réunion vendredi dernier.

« J’ai présenté mes excuses personnellement et par écrit à Rainer Koch, qui a eu la bonté de les accepter, ma comparaison était totalement inappropriée notamment à l’égard des victimes du national-socialisme, ce que je regrette profondément », a ajouté le président de la fédération DFB, qui chapeaute notamment l’équipe nationale.

En cause : M. Keller avait accusé lors d’échanges houleux son vice-président de se comporter comme « un Freisler », en référence à Roland Freisler, ancien président du principal tribunal nazi de 1942 à 1945 et à ce titre responsable de 2 600 condamnations à mort arbitraires.

À ce poste, le juge nazi a notamment condamné des résistants ou opposants au régime à la peine capitale et participa à la conférence dite de Wannsee, au cours de laquelle les nazis préparèrent l’extermination des Juifs d’Europe.

Les propos de M. Keller ont fait d’autant plus polémique que la personne à laquelle ils étaient destinés est magistrat de profession en dehors de ses responsabilités pour la fédération.

Les choses pourraient ne pas en rester là car un autre dirigeant de la fédération de football, son secrétaire général Friedrich Curtius a, selon les médias allemands, porté l’affaire devant le comité d’éthique de l’organisation.

Cet accrochage est le dernier épisode de conflits internes et rivalités de pouvoir incessants au sein de la direction de la DFB depuis des mois.

Le sélectionneur national Joachim Löw a récemment annoncé qu’il quitterait son poste après l’Euro de football cet été. Il devrait être remplacé par l’entraîneur actuel du Bayern Munich Hansi Flick.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...