Condamnation d’un Écossais qui a appris à son chien à faire le salut nazi
Rechercher

Condamnation d’un Écossais qui a appris à son chien à faire le salut nazi

Le chien levait systématiquement la patte quand des expressions comme « Heil Hitler » ou « gazer les Juifs » étaient prononcées

Bouddha, un chien écossais dont le propriétaire lui a appris à lever sa patte droite au son de l'expression « Sieg Heil » (capture d'écran YouTube)
Bouddha, un chien écossais dont le propriétaire lui a appris à lever sa patte droite au son de l'expression « Sieg Heil » (capture d'écran YouTube)

Un homme écossais qui a appris au chien de sa petite amie à faire le salut nazi a été reconnu coupable de crime de haine.

Mark Meechan, 29 ans, a été condamné mardi par le tribunal d’Airdrie Sheriff en Ecosse et se trouve en liberté sous caution jusqu’à sa condamnation le mois prochain, a rapporté le Jewish Chronicle, basé à Londres.

Il a appris au carlin nommé Bouddha à lever la pâte et faire un salut nazi quand des expressions telles que « Heil Hitler » ou « gazer les Juifs » étaient prononcées. Meechan avait posté des vidéos du chien sur YouTube.

La vidéo originale, publiée en septembre 2016 sur sa chaîne YouTube, Count Dankula, a été visionnée plus de 2,8 millions de fois avant d’être retirée pour violation de la politique de YouTube sur les discours de haine. Meechan a déclaré sur la vidéo qu’il avait entraîné le chien afin d’embêter sa petite amie.

« Ma copine est toujours à répéter à quel point son chien est mignon et adorable, alors j’ai pensé que je pourrais le transformer en la chose la moins mignonne à laquelle j’ai pensé, à savoir un nazi », a-t-il dit.

Meechan a posté plus tard une vidéo dans laquelle il s’excusait pour les vidéos du chien, affirmant qu’il s’agissait d’une blague et qu’il n’avait pas de telles tendances politiques.

« Je suis tellement désolé vis-à-vis de la communauté juive pour toute offense que je leur ai causé. Cela n’a jamais été mon intention et je m’en excuse », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...