Coronavirus: fermeture du Saint-Sépulcre à Jérusalem, premier décès palestinien
Rechercher

Coronavirus: fermeture du Saint-Sépulcre à Jérusalem, premier décès palestinien

Le nombre de visiteurs avait drastiquement baissé ces dernières semaines, les autorités ayant limité l'accès des voyageurs face à la propagation de la pandémie

L'entrée à l'église du Saint-Sépulcre (Crédit : Shmuel Bar-Am)
L'entrée à l'église du Saint-Sépulcre (Crédit : Shmuel Bar-Am)

L’église du Saint-Sépulcre à Jérusalem a été fermée mercredi dans le cadre de nouvelles mesures visant à juguler l’épidémie de nouveau coronavirus en Israël et dans les Territoires palestiniens, où un premier décès a été constaté.

Selon la tradition chrétienne, le Saint-Sépulcre est l’endroit où Jésus a été crucifié et mis au tombeau. Le site se trouve à Jérusalem-Est.

Le nombre de visiteurs avait drastiquement baissé ces dernières semaines, les autorités ayant limité l’accès des voyageurs étrangers dans le cadre des mesures adoptées face à la propagation de la pandémie.

« Nous avons été informés de cette fermeture. Il s’agirait d’une fermeture pour une semaine. Nous espérons une réouverture le plus tôt possible », a déclaré à l’AFP Wadie Abunassar, un porte-parole des autorités chrétiennes à Jérusalem.

La fermeture intervient peu avant les fêtes de Pâques, prévues cette année pour le deuxième weekend d’avril.

Le Mur occidental et le Mont du Temple, vus du quartier juif de la Vieille Ville, à Jérusalem, le 13 mars 2020. (Crédit : LH / Times of Israel)

Selon des responsables israéliens, 2 495 cas de coronavirus ont été confirmés incluant cinq décès en Israël, où une nouvelle série mesures entrées en vigueur mercredi interdisent aux citoyens de sortir de chez eux hormis pour des raisons essentielles comme acheter des vivres, des médicaments, recevoir des soins de santé, ou dans certains cas travailler.

Les lieux de culte, incluant dorénavant les synagogues, ont aussi été fermés mais des cérémonies restent possibles à l’extérieur sans toutefois réunir plus de dix personnes.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu tient une conférence de presse au Bureau du Premier ministre, le 12 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

« Violer ces mesures constituera un acte criminel », a averti le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu, affirmant que la police avait reçu l’ordre de faire respecter ces nouvelles mesures valides pour une semaine.

En Cisjordanie, l’Autorité palestinienne a interdit depuis dimanche les déplacements non essentiels, les responsables de la santé dénombrent une soixantaine de cas.

L’Autorité palestinienne a annoncé mercredi qu’une femme du village de Biddou, dans le centre de la Cisjordanie, était morte après avoir été contaminée par le nouveau coronavirus très infectieux.

La femme, qui était était âgée d’une soixantaine d’années selon le porte-parole de l’AP Ibrahim Milhem, est la première victime palestinienne du Covid-19.

Jusqu’à présent, les autorités palestiniennes ont rapporté 64 cas de contamination en Cisjordanie et à Gaza, dont 16 qui s’en sont rétablis. La plupart des cas se trouvent en Cisjordanie.

La femme avait été testée positive au Covid-19 et transférée vers un hôpital au nord de Ramallah, a déclaré Ibrahim Milhem mercredi matin.

Il a également indiqué que sa fille et son beau-fils ont été diagnostiqués de la maladie.

Le porte-parole a fait savoir qu’il semblerait que la femme avait été infectée par des Palestiniens travaillant en Israël. Elle aurait des enfants qui sont employés dans l’État juif.

Le Premier ministre de l’AP Mohammed Shtayyeh avait annoncé dimanche la fermeture des écoles et des universités, l’annulation de toutes les réservations d’hôtels et des conférences, la fermeture des sites touristiques et religieux, l’interdiction des rassemblement publics et des manifestations, entre autres mesures.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...