COVID: Les anticorps disparaissent vite, mais pas de réinfection de masse en vue
Rechercher

COVID: Les anticorps disparaissent vite, mais pas de réinfection de masse en vue

Les experts affirment que la disparition des anticorps ne signifie pas la fin de l'immunité, selon une étude britannique apparemment alarmante

Un service de lutte contre le coronavirus au Galilee Medical Center. (Ancho Gosh Jini Photo Agency via Galilee Medical Center)
Un service de lutte contre le coronavirus au Galilee Medical Center. (Ancho Gosh Jini Photo Agency via Galilee Medical Center)

Les résultats de l’une des plus grandes études COVID au monde génèrent des ondes de choc chez les patients guéris, suscitant la crainte d’un affaiblissement rapide de l’immunité. Mais les experts affirment qu’il ne faut pas tirer de conclusions hâtives.

Des chercheurs anglais ont fait le bilan de trois mois de tests intensifs de dépistage des anticorps et ont détecté une baisse de 26,5 % dans le temps de la proportion de personnes ayant des anticorps COVID-19.

« Cette très vaste étude a montré que la proportion de personnes ayant des anticorps détectables diminue au fil du temps », a déclaré Mme Helen Ward, professeure en maladies infectieuses et co-auteur de l’étude, qui s’est déroulée de juin à septembre, une période plutôt calme entre la première et la deuxième vague de la pandémie au Royaume-Uni.

Les déclarations officielles de l’Imperial College de Londres, qui a mené la recherche, et du gouvernement britannique, qui l’a soutenue, étaient prudentes quant à la discussion sur la réinfection.

Mais Mme Ward a écrit sur Twitter que les résultats « suggèrent la possibilité d’une diminution de l’immunité de la population, et peuvent indiquer un risque accru de réinfection à mesure que les anticorps détectables diminuent dans la population ».

Le personnel hospitalier traite un patient dans le service du coronavirus du centre médical Shaare Zedek à Jérusalem, le 1er octobre 2020. (Nati Shohat/Flash90)

De nombreux patients en convalescence n’ont pas prêté attention à la nature hésitante de son langage et ont entendu des signaux d’alarme, d’autant plus que les recherches se déroulent au milieu d’une vague d’articles sur des personnes réinfectées. Il est largement admis que la disparition des anticorps doit signifier une diminution de l’immunité et une inévitable vague de réinfections à croissance rapide.

Mordechai Gerlic (à gauche) et Ariel Munitz du Centre de lutte contre les pandémies de l’Université de Tel Aviv. (Avec l’aimable autorisation de l’Université de Tel Aviv)

Mordechai Gerlic, immunologiste de l’université de Tel Aviv, a déclaré qu’il n’était pas du tout surpris que les chercheurs britanniques aient constaté la disparition des anticorps.

« C’est leur nature », a-t-il déclaré au Times of Israel. « Parfois ils durent plus longtemps, mais l’importance est la mémoire. »

Commentant les résultats de Londres, il a déclaré « Je ne vois rien de nouveau. »

Gabi Frank, un biophysicien de l’université Ben Gurion du Néguev, est d’accord.

« Cela ne signifie pas la fin de l’immunité », a-t-il déclaré au Times of Israel.

Il a développé : « Les anticorps sont une réponse à un défi, et lorsqu’il n’y en a plus, le nombre d’anticorps va chuter, et c’est naturel et normal, tant que la mémoire reste dans le corps, ce qui arrive normalement. »

A LIRE : Israël pourrait connaître un 3e et 4e bouclage – épidémiologiste britannique

Selon l’éminent épidémiologiste Michael Edelstein, si les nouvelles recherches avaient vraiment fait l’effet d’une bombe sur la question de l’immunité, un grand nombre de personnes auraient déjà été réinfectées – mais ce n’est pas le cas, et les cas de réinfection sont encore rares et dignes d’intérêt.

Il a déclaré que la recherche londonienne, loin de suggérer que l’immunité disparaît, indique en fait que même lorsqu’il y a une baisse des anticorps, les patients COVID guéris sont protégés de la réinfection par diverses capacités de leur système immunitaire.

L’épidémiologiste Michael Edelstein. (Avec l’aimable autorisation de Michael Edelstein)

« Il y a eu beaucoup de personnes infectées en mars et avril, et nous sommes maintenant des mois plus tard et il n’y a pas de phénomène de masse d’infection massive », a noté Edelstein, qui est récemment devenu professeur à la faculté de médecine de l’université Bar Ilan après avoir été longtemps un haut fonctionnaire de l’organisation de santé publique anglaise. « Cela suggérerait que des niveaux élevés de cet anticorps ne sont pas la seule chose qui donne des protections, et que d’autres moyens donnent une protection au-delà des quatre mois pendant lesquels ces niveaux sont élevés ».

Pour cette étude, quelque 365 000 adultes sélectionnés au hasard se sont soumis à un test à domicile par piqûre du doigt entre le 20 juin et le 28 septembre et ont envoyé leur échantillon pour analyse.

Un kit de dépistage du coronavirus par piqûre d’épingle. (Tiziana FABI / AFP)

Les chercheurs ont rapporté que la première vague de la pandémie en Angleterre s’est produite sur une période relativement courte en mars et avril, et qu’à partir de début avril, il y a eu une forte diminution de la proportion de personnes qui ont déclaré avoir des symptômes de COVID-19.

Les patients guéris qui tentent de comprendre la question des anticorps risquent de se retrouver dans une situation confuse, d’autant plus que les études sur la question sont contradictoires.

Alors que les chercheurs anglais ont souligné une baisse des anticorps, une équipe médicale new-yorkaise vient de rapporter, dans la revue à comité de lecture Nature, qu’ils constatent que les anticorps restent « de nombreux mois ».

« Alors que certains rapports affirment que les anticorps contre ce virus disparaissent rapidement, nous avons constaté exactement le contraire », a déclaré Mme Florian Krammer, professeur de vaccinologie à l’Icahn School of Medicine de l’hôpital Mount Sinai à New York.

Elle a indiqué que plus de 90 % des personnes légèrement ou modérément malades « produisent une réponse d’anticorps suffisamment forte pour neutraliser le virus, et cette réponse se maintient pendant de nombreux mois ».

Les résultats de New York sont basés sur un ensemble de données concernant 30 082 personnes qui ont été dépistées dans le cadre du système de santé du Mount Sinai entre mars et octobre 2020.

Une employée de laboratoire en Israël est photographiée alors qu’elle effectue des tests de détection du coronavirus au laboratoire des services de santé Leumit à Or Yehuda, près de Tel-Aviv, le 29 juin 2020. (GIL COHEN-MAGEN / AFP)

Selon M. Edelstein, la divergence entre les conclusions souligne que les médecins commencent seulement à comprendre les réponses immunitaires à la maladie, et il est normal d’avoir des résultats différents lorsqu’un nouveau domaine de recherche démarre.

Il a ajouté : « Lorsqu’un nouveau problème se pose, il est assez courant que différentes équipes obtiennent des résultats différents, et c’est pourquoi il est important que plusieurs personnes travaillent sur le même problème ». Les détails de l’immunité COVID-19, a-t-il dit, sont encore peu connus.

Il a souligné que si ces recherches sont importantes pour les développeurs de vaccins et autres personnes qui ont besoin de données complexes sur la façon dont le corps réagit au coronavirus, il est important de comprendre qu’aucune des deux études ne montre réellement que quelqu’un a été privé d’anticorps.

« Lorsqu’un virus pénètre dans l’organisme, il réagit en créant différents types d’anticorps », a-t-il déclaré. « Le système immunitaire va générer des anticorps contre différentes parties du virus, par exemple la membrane ou le pic ».

Illustration : des globules rouges et des anticorps dans une artère. (Crédit : urfinguss; iStock by Getty Images)

Dans les deux études, les chercheurs n’ont examiné que la présence ou l’absence d’un anticorps particulier – le même « anticorps à pic » dans les deux cas – plutôt que toute la gamme des anticorps du coronavirus. Cela signifie, a souligné M. Edelstein, que même chez certaines personnes dont les tests sont négatifs, d’autres pourraient bien être présents.

« C’est comme regarder une armée au combat, et ne compter que les fantassins et ignorer les autres parties de l’armée », a-t-il dit. « Cela ne vous dit pas si l’armée vous protège encore, car il y a encore d’autres parties de l’armée ».

M. Edelstein a également souligné que la perte d’anticorps est tout à fait normale au cours des maladies. Il a noté : « Pour la plupart des maladies, il y a une diminution du niveau d’anticorps présents. Avec ce virus, cela semble se produire assez rapidement, mais le fait de pouvoir constater que le nombre d’anticorps a diminué ne signifie pas qu’il y a une perte d’immunité ».

Il a déclaré que l’étendue et la durée de l’immunité COVID-19 ne sont tout simplement pas connues, mais selon lui, il est clair qu’aucune des nouvelles études ne remet en cause l’argument de l’immunité.

Comme Gerlic de l’université de Tel Aviv, Edelstein a souligné l’importance de la « mémoire » issue des anticorps. « Lorsque le corps rencontre un virus ou une bactérie, il génère des anticorps, et ceux-ci disparaissent lentement », a-t-il déclaré.

« Mais le corps mémorise à quoi ressemble le virus en utilisant des cellules de mémoire et ces cellules de mémoire peuvent protéger des attaques futures en générant de nouveaux anticorps quand ils sont nécessaires, ou en activant les cellules T qui sont déjà dans le corps ».

Les cellules T sont des globules blancs qui se développent dans la glande thymus et sont de plus en plus considérées par les scientifiques comme importantes dans la réponse immunitaire contre le coronavirus.

« L’essentiel est qu’une baisse du niveau d’anticorps n’équivaut pas nécessairement à une perte d’immunité », a-t-il conclu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...