Craignant une pénurie de respirateurs, Bar Siman-Tov se dit « pas optimiste »
Rechercher

Craignant une pénurie de respirateurs, Bar Siman-Tov se dit « pas optimiste »

La commission sur le coronavirus affirme qu'il n'y a que 1 437 respirateurs disponibles ; le ministère de la Santé affirme disposer d'appareils en réserve, notamment à l'armée

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Illustration : le personnel et l'hôpital Ichilov de Tel-Aviv déplacent un patient dans un nouveau service, le 22 mars 2020. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)
Illustration : le personnel et l'hôpital Ichilov de Tel-Aviv déplacent un patient dans un nouveau service, le 22 mars 2020. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Le directeur général du ministère de la Santé a déclaré jeudi qu’il n’était « pas optimiste » quant a la capacité du système de santé à gérer de manière adéquate l’ampleur de la pandémie de coronavirus sur la durée.

« Je ne peux pas dire que je sois optimiste quant à la possibilité de soigner tous ceux qui en ont besoin », a confié Moshe Bar Siman-Tov à la radio militaire. « Les chiffres pourraient flamber. C’est pour cela que nous faisons pression sur l’entrée en vigueur de mesures drastiques ».

Il a souligné que le nombre total de patients dans le pays doublait tous les trois jours, et que l’on ignore encore beaucoup de choses sur le Covid-19.

Jeudi également, la Knesset a indiqué qu’Israël disposait de 2 173 respirateurs artificiels, dont 1 437 ne sont pas encore exploités et sont disponibles pour de futurs patients.

Le directeur général du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman Tov, lors d’une conférence de presse au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 11 mars 2020. (Flash90)

Au total, sur 2 173 machines réparties dans les centres médicaux, 708 sont actuellement utilisées et 28 sont hors-service, selon un rapport du Centre de recherche et d’information de la Knesset pour la commission parlementaire.

Le rapport a été publié alors que le nombre de cas de coronavirus diagnostiqués dans le pays continue d’augmenter et que l’on craint qu’il n’y ait pas assez de ventilateurs pour traiter tous les malades les plus graves, laissant aux médecins le soin de décider qui doit rester en vie.

Jeudi midi, 2 666 personnes étaient contaminées par le nouveau coronavirus, dont 41 se trouvent dans un état grave, selon le ministère de la Santé, qui n’a pas précisé combien de patients étaient reliés à des respirateurs.

Interrogé sur un éventuel manque d’équipements, Moshe Bar Siman-Tov a répondu au président de la commission, le député Ofer Shelah, qu’il y avait des machines supplémentaires en stock, et d’autres appartenant à l’armée et au secteur privé.

Illustration : Un ambulancier du Magen David Adom effectue un test de coronavirus sur un bénévole au centre national d’opérations du coronavirus à Kiryat Ono, le 26 février 2020. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Le responsable de la santé a indiqué qu’il y en avait en réserve, et que l’armée en possédait entre 800 et 900 autres, que le ministère espère mettre à disposition des hôpitaux.

De plus, les autorités œuvrent à l’achat de milliers de machines supplémentaires, mais Moshe Bar Siman-Tov a souligné que « nous ne savons pas quand elles arriveront ».

De plus, le ministère envisage de fabriquer localement quelques centaines de respirateurs.

Moshe Bar Siman-Tov a souligné que la statistique clé à surveiller est le nombre de patients atteints de la maladie et le taux de croissance de celui-ci.

« J’estime que d’ici une semaine, nous aurons 200 patients dans un état grave, et nous orientons la préparation stratégique vers une capacité à traiter les patients graves », a-t-il expliqué. Jusqu’à présent, huit personnes sont mortes de la maladie en Israël.

A l’approche de la fête juive de Pessah et de la période musulmane du Ramadan le mois prochain, Moshe Bar Siman-Tov a averti que « les deux prochaines semaines sont très critiques pour notre succès dans la lutte contre le taux de mortalité ».

Le ministère de la Santé a déclaré mercredi que les Israéliens ne pourront pas célébrer Pessah avec des membres de leur famille autres que ceux qui vivent sous le même toit.

Capture d’écran de la vidéo du député Ofer Shelah (à gauche) et du directeur général du ministère de la santé, Moshe Bar Siman-Tov, lors d’une réunion de la commission de la Knesset pour discuter des efforts visant à endiguer l’épidémie de coronavirus, le 26 mars 2020. (Crédit : porte-parole de la Knesset)

Le président de la commission parlementaire, Ofer Shelah, a fait savoir à Bar Siman-Tov qu’après la semaine de Pessah, qui commence le 8 avril, le ministère devra présenter à la commission « votre stratégie pour faire face à la situation ». « Nous aimerions voir une stratégie qui montre comment Israël traite et sort de la situation, en référence aux questions soulevées
ici : respirateurs, populations spéciales et autres ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait déclaré aux ministres du gouvernement lors d’une réunion du cabinet dans la nuit de mardi à mercredi que si le rythme actuel des nouvelles infections se poursuit, Israël devra décider à qui administrer la respiration artificielle, a rapporté la Douzième chaîne.

« Si le rythme actuel de contaminations se poursuit pendant encore 15 jours [c’est-à-dire avec un nombre de cas doublant tous les trois jours], nous nous retrouverons dans une situation où nous devrons décider qui doit être mis sous respirateur et qui ne doit pas l’être », aurait-il annoncé selon le reportage de mercredi, parce qu’il n’y aura pas assez de respirateurs pour tous ceux qui en auront besoin.

Netanyahu a déclaré dans un discours retransmis en direct à la télévision mercredi qu’Israël faisait des efforts importants pour acquérir du matériel médical supplémentaire, dans un contexte de pénurie de ventilateurs.

La police a mis en place des « points de contrôle » temporaires à l’entrée de Jérusalem pour vérifier que les gens se conforment au confinement, le 26 mars 2020 (Crédit : Olivier Fitoussi/FLASH90)

Mercredi soir, Israël a introduit des mesures encore plus strictes pour freiner la propagation de la maladie, ordonnant un confinement presque total de la population, similaire aux restrictions appliquées en Italie qui ont été saluées, car elles auraient finalement entraîné un ralentissement du taux d’infection dans ce pays, où plus de 7 000 personnes ont succombé à l’épidémie.

Le ministère de la Santé a fait état jeudi matin de 2 666 personnes ont atteintes du Covid-19, la maladie causée par le virus et que 41 sont dans un état grave.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...