Cruz critique la neutralité de Trump sur le conflit israélo-palestinien
Rechercher

Cruz critique la neutralité de Trump sur le conflit israélo-palestinien

A la conférence de l’AIPAC, le sénateur du Texas a promis de déchirer l’accord sur le nucléaire iranien et de bloquer les financements fédéraux pour les partisans du BDS

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Ted Cruz, sénateur du Texas et candidat républicain à la présidentielle américaine, pendant la conférence politique annuelle de l'AIPAC, à Washington, le 21 mars 2016. (Crédit : capture d'écran AIPAC/JLTV)
Ted Cruz, sénateur du Texas et candidat républicain à la présidentielle américaine, pendant la conférence politique annuelle de l'AIPAC, à Washington, le 21 mars 2016. (Crédit : capture d'écran AIPAC/JLTV)

WASHINGTON – Arrivant juste après le discours très anticipé du favori républicain Donald Trump à la conférence politique annuelle de l’AIPAC, le sénateur républicain du Texas Ted Cruz a utilisé son propre discours devant le public de 18 000 délégués pour réprimander l’homme d’affaires milliardaire sur ses propres propos passés soulignant sa position de rester « neutre » sur le conflit israélo-palestinien.

Alors que Trump n’a pas explicitement désavoué cette remarque lundi, il a proposé un ton différent à la conférence pro-israélienne : « Les Palestiniens doivent venir à la table en sachant que la relation entre les Etats-Unis et Israël est incassable », a-t-il déclaré.

Mais Cruz a pourchassé le controversé Trump sur son appel à la neutralité.

« Mon opposant républicain en tête dit qu’il sera neutre sur le conflit israélo-palestinien. Laissez-moi être très, très clair », a déclaré à la foule rassemblée au stade de basket-ball du centre Verizon de Washington le sénateur du Texas, « en tant que président je ne serai pas neutre. Les Etats-Unis se tiendront sans s’excuser aux côtés d’Israël. »

Il a continué à critiquer Trump pour son approche affirmée de gérer la menace nucléaire iranienne à la suite de l’accord nucléaire conclu l’été dernier entre l’Iran et six puissances mondiales.

« Bien que Donald ait dit qu’il renégocierait et obtiendrait un meilleur accord, je déchirerai ce catastrophique accord nucléaire iranien », a-t-il déclaré sous les applaudissements de la foule, peu après que le public a lui-même reçu chaleureusement le discours de Trump devant l’AIPAC.

Cruz a également promis d’arrêter tout test de missile mené par la République islamique. Parlant aux ayatollahs de Téhéran, il a déclaré : « soit vous fermez votre programme nucléaire, soit nous le fermerons pour vous. »

Cruz a ensuite jeté son dévolu sur le président Barack Obama, critiquant la gestion par ce dernier de la relation israélo-américaine.

Alors que l’AIPAC s’efforce de rester bipartisan, Cruz ne l’a catégoriquement pas été. Il a déclaré qu’aucun démocrate n’avait accepté d’assister à un panel de discussion avec le survivant de l’Holocauste et auteur lauréat du Nobel Elie Wiesel en mars 2015, pendant la visite du Premier ministre Benjamin Netanyahu qui cherchait à convaincre le Congrès de s’opposer à l’accord nucléaire iranien.

Cruz a attaqué à plusieurs reprises Obama pour l’accord nucléaire, disant que le président américain autorisait « un maniaque criminel à acquérir des outils pour assassiner des millions » de personnes. Il a promis aux délégués rassemblés au centre Verizon dans le centre de Washington que, s’il était élu, le « peuple américain s’unirait et dirait ‘plus jamais signifie plus jamais’. »

L’accord nucléaire, a-t-il déclaré, était similaire aux accords de Munich de 1938 avec le dirigeant nazi Adolf Hitler.

Cruz a continué en parlant du processus de paix israélo-palestinien, disant aux délégués de l’AIPAC que la célébration des terroristes par l’Autorité palestinienne restait l’obstacle principal sur la voie d’un accord négocié et d’une paix complète entre Israéliens et Palestiniens.

Il a promis d’apposer son véto à toute tentative par les dirigeants palestiniens de contourner les négociations et de chercher un accord de paix imposé aux Nations unies, promettant même de se rendre à New York lui-même, en tant que président, pour apposer lui-même son véto à toute résolution de ce type.

S’adressant aux quelques 4 000 étudiants présents, Cruz a parlé de la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre Israël. « Quiconque soutient le BDS devrait perdre tout accès à un financement fédéral », a-t-il promis.

Le soutien américain à Israël, a déclaré le sénateur, qui en est à son premier mandat, est dans le propre intérêt national des Etats-Unis. Son aide militaire à l’Etat juif « n’est pas de la charité », mais consolide plutôt la sécurité américaine, y compris via la coopération des renseignements dans la région. »

Cruz, qui possède actuellement la deuxième place en nombre de délégués pour les primaires républicaines, avait annoncé plus tôt ce jour-là qu’il avait obtenu le soutien du gouverneur de l’Utah Gary Herbert. Les électeurs de l’Utah voteront le mardi 22 mars.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...