Dan Shapiro : Israël n’a jamais voulu faire cesser le financement US de l’UNRWA
Rechercher

Dan Shapiro : Israël n’a jamais voulu faire cesser le financement US de l’UNRWA

L'ex-ambassadeur aux Etats-Unis a déclaré qu'Israël a toujours voulu réformer l'organe onusien sans pour autant arrêter son financement et évoque un changement de politique

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Dan Shapiro (Crédit : Raphael Ahren/Times of Israel)
Dan Shapiro (Crédit : Raphael Ahren/Times of Israel)

Durant les huit années qu’aura duré le mandat de Barack Obama, les responsables israéliens étaient opposé à toute démarche visant à couper les fonds de l’agence onusienne chargée des réfugiés palestiniens, a déclaré lundi l’ancien ambassadeur israélien aux Etats-Unis Dan Shapiro.

Les propos de Shapiro soulignent le changement drastique de politique de Jérusalem, après avoir salué la décision de l’administration américaine de cesser tous ses versements à l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés palestiniens.

Shapiro a déclaré que l’UNRWA était un sujet régulièrement abordé entre les Israéliens et les Américains, mais si Jérusalem souhaitait une réforme de l’organisation, elle n’a jamais demandé aux Etat-Unis de lui couper les vivres.

« Certains d’entre nous, au sein de l’administration, étions d’accord avec les doléances d’Israël sur la partialité de l’UNRWA et la nécessité d’une réforme », a déclaré Shapiro au Times of Israël durant une interview.

« Quelle que soit la direction que prenait le débat, que ce soit au sujet du besoin de réformer l’UNRWA, des plaintes – certaines très légitimes – sur la structure de l’UNRWA, sur ce qui se passe dans les écoles et la façon dont cela permet de perpétuer le mythe du retour de millions de réfugiés vers Israël. Mais la question de la fin du financement américain n’a jamais été soulevée par aucun responsable israélien », a-t-il dit.

Des hauts responsables du bureau du Premier ministre, des membres des services de sécurité, notamment de l’armée, du COGAT et d’autres agences de sécurité, se sont vivement opposées à une coupe budgétaire brusque, a ajouté Shapiro, actuellement universitaire invité à l’Institut des études stratégiques de l’université de Tel Aviv.

Il a précisé que même lorsqu’il demandait directement aux Israéliens s’ils souhaitaient que les Etats-Unis cessent leurs paiements, ils affirmaient clairement qu’ils ne le recommandaient pas.

« Ce qui était demandé, c’était une initiative pour réformer et améliorer l’UNRWA, évidemment d’utiliser le financement américain comme moyen de pression pour changer sa mission, sa conduite et sa structure, mais jamais de cesser de le financer », a-t-il dit.

Cependant, certains responsables israéliens ont envisagé une réduction du financement de l’UNRWA dans le cadre d’une phase de la réforme de l’agence, a fait remarquer Shapiro.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu se serait plaint de l’UNRWA, particulièrement quand des roquettes du Hamas ont été trouvées dans des écoles de Gaza, administrées par l’agence onusienne, « mais à ma connaissance, il n’a jamais fait comprendre qu’il était favorable à une cessation totale des versements américains », a déclaré Shapiro, qui a été ambassadeur d’Israël sous Obama entre août 2011 et janvier 2017.

Cette position diffère drastiquement des réactions de Jérusalem vendredi après l’annonce de la cessation du financement par le département d’Etat américain.

« Cette décision est importante et nous la soutenons », a affirmé Benjamin Netanyahu.

La Dixième chaîne israélienne a rapporté dimanche que Netanyahu avait drastiquement retourné sa veste ces dernières semaines en soutenant une cessation totale des versements américains à l’UNRWA, sans consulter le cabinet de sécurité et d’autres organes de conseil.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...