Dan Shechtman : Israël a besoin de plus d’étudiants en science
Rechercher

Dan Shechtman : Israël a besoin de plus d’étudiants en science

Le lauréat du prix Nobel développe un programme pour enseigner ‘l’innovation’ dans les lycées professionnels ORT

Dan Shechtman, lauréat du Prix Nobel de Chimie 2011 (Crédit  : Flash90)
Dan Shechtman, lauréat du Prix Nobel de Chimie 2011 (Crédit : Flash90)

Le professeur Dan Shechtman, le lauréat du Prix Nobel de la science, a déclaré qu’Israël devait faire davantage pour promouvoir l’étude des sciences afin de s’assurer qu’elle puisse garder son avantage technologique.

« Le gouvernement doit encourager les études scientifiques et d’ingénierie dès le plus jeune âge », a déclaré Shechtman lors d’un appel téléphonique la semaine dernière.

« Tous les enfants doivent étudier le programme de base et le gouvernement doit relever le niveau de certains des enseignants ».

Alors même qu’Israël a plus de start-ups par habitant que n’importe quel autre pays dans le monde, la nation Startup est confrontée à une pénurie aiguë de travailleurs qualifiés car les étudiants hésitent à poursuivre des études en informatique, mathématiques et statistiques.

Il manquera à l’industrie de la haute technologie d’Israël plus de 10 000 ingénieurs et programmeurs au cours des dix prochaines années si le gouvernement ne prend pas des mesures immédiates pour préparer les étudiants à combler ce déficit, a mis en garde le directeur scientifique du ministère de l’Économie et de l’Industrie.

La pénurie d’ingénieurs résulte d’une baisse de la part des Israéliens diplômés en sciences, qui est passée de 13 % en 2004 à 8,7 % en 2014.

Des étudiants israéliens le premier jour de la nouvelle année scolaire, le 21 octobre 2012 (Crédit : Miriam Alster / FLASh90)
Des étudiants israéliens le premier jour de la nouvelle année scolaire, le 21 octobre 2012 (Crédit : Miriam Alster / FLASh90)

Shechtman, qui dirige depuis 30 ans un cours sur l’entrepreneuriat technologique au Technion-Israel Institute of Technology, a élaboré un plan d’études sur l’innovation pour les écoles Ort Israel, un réseau d’écoles professionnelles. Le programme est mis en œuvre dans huit écoles en Israël et l’organisation espère mettre en place cet enseignement globalement.

Le but, a déclaré Shechtman, est d’encourager les étudiants à opter pour l’étude des sciences et à les aider, par le biais de cours intensifs, obtenir les connaissances théoriques et pratiques dont ils ont besoin à l’avenir pour lancer une start-up. « Je soutiens cela – plus il y a de gens avec des connaissances pratiques et des connaissances théoriques sur la façon de mettre en place une start-up réussie, cela est bon pour eux et bon pour Israël ».

Le programme d’études combine des études sur les arts et l’innovation – bien que Shechtman ait été impliqué dans le développement seulement de la partie scientifique des études.

Le programme permet à des étudiants de travailler sur des projets dans lesquels une question de recherche est posée sur les besoins de la communauté et les équipes étudient le sujet avec les instituts de recherche. Lorsque des solutions sont trouvées – à la fin du programme d’études, qui dure une année scolaire complète, les étudiants peuvent déposer un brevet ou mettre en place une start-up, a précisé Ort. Les études sont destinées aux élèves de 9e et 10e années et l’ORT cherche à élargir le programme aux élèves de 7e à la 12e année.

« Une partie importante de l’industrie de la haute technologie d’Israël est son capital humain, voilà ce que nous avons », a déclaré Aaron Mankovski, l’associé directeur de Pitango Venture Capital et le président de Friends of ORT Israel. Mankovski coprésidera une conférence le mardi 29 novembre avec Shechtman sur les défis de l’éducation moderne.

La conférence internationale, organisée par les Écoles de Sciences et de Technologie d’Israël, réunira des entreprises internationales, des responsables de la haute technologie et de l’éducation et s’attachera à corriger les lacunes mondiales en matière d’éducation scientifique, technologique, technique et mathématique.

« Au fil des ans, le nombre d’ingénieurs diplômés chaque année est en déclin, et le problème s’enracine dans notre système scolaire », a fait valoir Mankovski, un diplômé des écoles israéliennes spécialisées en science et en technologie.

« Les étudiants sont à la recherche de la solution facile et ne s’engagent pas dans les études de haut niveau en mathématiques et en physique qu’ils ont besoin de suivre pour obtenir un diplôme d’ingénieur ou de technologie. Ainsi, au lieu d’aller étudier les métiers de la technologie, les étudiants affluent vers des domaines où il n’y a pas de demande de travail et beaucoup d’offre de travailleurs ».

L’objectif de la conférence est d’étendre l’enseignement des sciences à l’enseignement des bases des mathématiques et de la science pour inclure aussi l’art, le design et l’innovation.

« Pour vraiment innover, vous devez sortir des sentiers battus, et ne pas prendre le chemin prévu pour vous par les autres », a déclaré Mankovski.

« Vous devez prendre des directions à laquelle personne n’a jamais pensé avant. L’idée du système que nous créons ici est d’éduquer pour la créativité. Les mathématiques est une science très structurée, donc si vous le combinez avec l’art, qui n’a pas de limites créatives, vous créez un environnement qui peut favoriser la créativité ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...