Rechercher

Dans un ex-foyer néo-nazi, un collège jésuite se dote d’un « espace juif sacré »

Grâce à la rabbin Elizabeth Goldstein et à des étudiants, des juifs d'un campus de Washington ont leur propre lieu de rassemblement

Les étudiants et le corps enseignant juifs de l'université Gonzaga à Spokane, Washington, ont célébré le 1er octobre l'inauguration d'un "espace sacré juif" à l'école, ainsi que l'arrivée de sa toute première Torah. (Crédit : Chiana McInelly/ via JTA)
Les étudiants et le corps enseignant juifs de l'université Gonzaga à Spokane, Washington, ont célébré le 1er octobre l'inauguration d'un "espace sacré juif" à l'école, ainsi que l'arrivée de sa toute première Torah. (Crédit : Chiana McInelly/ via JTA)

SEATTLE (JTA) – L’est de l’État de Washington est une région qui, au cours du dernier demi-siècle, était bien plus connue pour ses groupes haineux que pour sa communauté juive.

Spokane et ses environs ont été un foyer de racisme tristement célèbre des années 1970 aux années 1990, une période qui a vu de multiples actes de vandalisme et d’intimidation néo-nazie à la synagogue conservatrice locale, Congregation Beth Shalom. À la périphérie de la communauté qui englobe Spokane et la station balnéaire de Coeur d’Alene, en Idaho, se trouvait le complexe d’environ 8 hectares des Nations aryennes à Hayden Lake, en Idaho. Jusqu’à ce qu’il soit fermé en 2000 à la suite d’une action en justice menée par l’organisation de défense des droits Southern Poverty Law Center, le complexe était une plaque tournante pour les groupes haineux du monde entier, y compris le Ku Klux Klan.

Et pourtant, c’est dans cette zone que l’université Gonzaga, une école privée jésuite de Spokane, a récemment célébré l’arrivée de son tout premier rouleau de la Torah et l’inauguration d’une zone que l’université a baptisée « espace sacré juif ».

« L’attitude envers les juifs est très ouverte et bienveillante. C’est incroyable », a déclaré Carla Peperzak, une survivante de la Shoah, âgée de 98 ans, originaire d’Amsterdam et militante pour la justice sociale, qui vit désormais à Spokane.

La rabbine Elizabeth Goldstein, professeure d’études religieuses à Gonzaga, a contribué à développer une présence juive sur le campus pour les 40 à 60 étudiants inscrits qui s’identifient comme juifs.

« Il n’y avait pas de Hillel, pas de véritable infrastructure pour que je puisse commencer à faire ce travail », dit-elle. « Mais avec le temps, j’ai trouvé les jeunes juifs, et ils m’ont trouvée ».

Goldstein a créé le Jewish Bulldogs Club, nommé d’après la mascotte de Gonzaga, et a mis en place des cours d’études juives, notamment l’hébreu moderne et les femmes dans la tradition juive. Elle donne également des cours sur la Bible hébraïque.

« Je pense qu’il est important d’étudier la Torah », a déclaré Mme Peperzak. « Et une université catholique qui permet à ses étudiants d’étudier la Torah, c’est très spécial ».

Carla Peperzak, survivante de la Shoah et militante pour la justice sociale basée à Spokane, s’est exprimée le 1er octobre lors de l’inauguration de l’espace sacré juif de l’université Gonzaga. (Crédit : Chiana McInelly/ via JTA)

Mais sans espace central, les étudiants juifs ont encore du mal à se réunir. Hannah Zeva Presken, en dernière année à Gonzaga et actuelle présidente des Jewish Bulldogs, a ressenti l’absence d’une communauté juive. Elle s’est donc efforcée d’en créer une.

« Les étudiants passent toute la journée en cours et n’ont généralement pas envie de venir aux offices du Shabbat à 19h30 un vendredi soir », a déclaré Presken. « J’ai remanié les Jewish Bulldogs pour en faire une communauté culturelle et sociale. Cela a changé toute la dynamique. »

L’augmentation du nombre d’études juives et la communauté naissante étaient attrayantes, mais les étudiants n’avaient toujours pas de moyen de se réunir pour les services ou les fêtes, ce qui, selon Mme Goldstein, faisait partie intégrante d’une vie juive complète sur le campus. Elle a donc décidé d’acquérir une Torah pour l’école.

Cette photo du 4 décembre 2006 montre une statue de Bing Crosby près du Crosby Student Center sur le campus de l’université Gonzaga, à Spokane, dans l’État de Washington. Crosby a été élevé à Spokane et a fréquenté Gonzaga, qui possède également la maison de son enfance. (Crédit : AP Photo/Amy Sinisterra, File)

J’ai placé la Torah au centre [de cet effort], puis j’ai pensé : « Où allons-nous mettre cette Torah ? » C’est de là qu’est née l’idée de l’Espace sacré
juif « , a déclaré Goldstein, qui est également l’aumônière juive du Bureau de la mission et du ministère de Gonzaga, ainsi que rabbine suppléante de la congrégation Beth Shalom et de la Congrégation Emanu-El, une communauté réformée de Spokane.

Goldstein a trouvé une chapelle non confessionnelle vide au troisième étage du College Hall, l’un des plus anciens bâtiments de Gonzaga, construit en 1898. L’espace se trouvait de l’autre côté du couloir, à côté d’un espace de prière musulman et derrière la chapelle catholique. Le couloir est maintenant appelé de manière informelle le couloir interconfessionnel.

La création de l’espace sacré a été un effort communautaire. Goldstein, Presken, d’autres professeurs juifs et un décorateur du Performing Arts Center de l’université ont conçu l’arche qui abriterait la Torah.

Le constructeur de décors du centre a fabriqué l’arche, une pièce rectangulaire en bois avec les lettres hébraïques « Eitz Hayyim » (arbre de vie) sur les portes. La pièce est longue et étroite, avec une étagère qui abrite un Talmud en plusieurs volumes et d’autres livres. Les fenêtres donnent sur le campus de Gonzaga, vert avec des arbres et des buissons entretenus.

Des bénévoles, comme les étudiants Presken et Isaiah Krigel, ont aidé à réunir environ 46 000 shekels de dons pour le rouleau de la Torah, selon un article de Gonzaga. Une cérémonie d’inauguration a eu lieu le 1er octobre après l’arrivée de la Torah de Sofer-on-Site, une organisation qui réhabilite les rouleaux de Torah endommagés et emploie des scribes pour en créer de nouveaux.

Certains participants ont tour à tour bercé le rouleau de Torah et l’ont porté sous un talith, ou châle de prière. Plusieurs personnes ont parlé de la signification de la Torah et de l’espace sacré, dont le rabbin Goldstein, Mme Peperzak, la rabbine de Beth Shalom Tamar Malino et le président de l’université Thayne McCulloh.

« Dans ma longue vie, je n’ai jamais eu le privilège de faire partie d’un événement aussi important. Le fait qu’une université catholique accueille une Torah est en effet un grand événement – mon cœur est joyeux », a déclaré Mme Peperzak lors de l’événement. « Cela me rappelle aussi l’époque, il y a tant d’années, où les Juifs des camps de concentration risquaient littéralement leur vie en lisant et en étudiant dans le plus grand secret. Pourquoi ? Cela les liait à leurs parents, conjoints, enfants et proches. Et cela leur donnait aussi de l’espoir, et l’espoir était tout ce qu’ils avaient. »

Krigel, qui est un junior et un membre des Jewish Bulldogs, pense que le nouvel espace et le rouleau inciteront d’autres Juifs à s’inscrire.

« Avec cette Torah, beaucoup plus de juifs viendront à Gonzaga parce que c’est une école très ouverte et qui accepte tout le monde », a-t-il dit.

Sur cette photo d’archive du 22 mai 2001, Norm Gissel sourit en parlant du démantèlement imminent de l’ancien siège des Nations aryennes à Hayden Lake, Idaho. Derrière Gisel se trouve un insigne nazi peint sur le toit de la cafétéria du complexe. (Crédit : AP Photo/Elaine Thompson, File)

Des offices de Shabbat sont organisés dans l’espace sacré, ainsi qu’un chant et une méditation juifs hebdomadaires. Lors d’un récent service du week-end familial d’automne, la mère de M. Presken a lu un passage du nouveau rouleau, ce qui a été un moment émouvant pour sa famille.

« C’était sa première fois. Lorsqu’elle a fait sa bat mitzva, elle n’était pas autorisée à lire la Torah parce qu’elle était une femme », a déclaré Mme Presken. « C’était vraiment, vraiment spécial que la première Torah qu’elle a pu lire soit la première Torah que j’ai aidé à apporter à Gonzaga. »

L’évolution de l’acceptation à Spokane et dans le nord de l’Idaho continue d’être un travail en cours. En février dernier, Raymond Bryant, membre du groupe néo-nazi 14First Foundation, a peint à la bombe des croix gammées sur Beth Shalom et a dégradé un mémorial de la Shoah – un écho de l’histoire récente de la région. En 2020, le Southern Poverty Law Center a recensé 22 groupes haineux dans l’État de Washington.

Dans le sillage de l’antisémitisme accru à l’échelle nationale, l’activisme juif de Spokane a augmenté. Beth Shalom, Emanu-El et le Chabad de Spokane ont accueilli des conférences de survivants de la Shoah au Spokane Convention Center en 2018. Ce mois-ci, Melle Presken a donné une conférence lors d’une retraite des étudiants de première année sur ses expériences en tant qu’étudiante juive à Gonzaga. Elle a déclaré que c’était la première fois qu’il y avait un récit sur ce qu’être juif à l’université signifie.

« J’avais l’impression de ne pas être juive quand j’étais ici, mais cela a complètement changé », a-t-elle déclaré. « Cela m’a donné une perspective entièrement différente sur ce que signifie être juif. Maintenant, quand je suis avec d’autres personnes juives, la connexion est immédiate. »

Même si Goldstein est à Gonzaga depuis 2010, c’est la première fois qu’elle s’est sentie « pleinement à sa place, corps et âme ». Cette Torah, cet espace juif… Je ne me suis jamais sentie aussi bien chez moi. Il y a un espace pour moi, et je pense que beaucoup d’enfants juifs ressentent cela. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...