Déblayé, l’aéroport de Sde Dov laisse la place à des immeubles de luxe
Rechercher

Déblayé, l’aéroport de Sde Dov laisse la place à des immeubles de luxe

L'ancien aéroport civil et base aérienne situé au nord de Tel Aviv a été fermé l'été dernier pour permettre des constructions, ce qui a provoqué protestations et colère

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le ministère de la Défense a achevé cette semaine la démolition et le nettoyage de l’aéroport de Sde Dov, au nord de Tel Aviv, ouvrant ainsi la voie à la construction de gratte-ciels de luxe.

L’aéroport, qui servait autrefois de base aérienne et de piste d’atterrissage civile, a été fermé en juillet 2019, malgré de vives critiques et protestations selon lesquelles cette fermeture nuirait au tourisme intérieur dans la ville méridionale d’Eilat.

Au cours des six derniers mois, le département de l’ingénierie et de la construction du ministère de la Défense a déblayé le site de 75 hectares, ne laissant derrière lui qu’une poignée de palmiers et la tour de contrôle de la piste d’atterrissage, qui restera intacte en tant que bâtiment historique préservé.

« Le département de l’ingénierie et de la construction a vidé, au total, plus d’un demi-million de mètres-carrés de bâtiments militaires, de hangars d’avions, de clôtures, d’asphalte, de béton et, bien sûr, d’une piste d’atterrissage de 1 741 mètres de long. En outre, 2 500 mètres de clôtures ont été enlevés », a rapporté le ministère de la Défense dans un communiqué.

Le projet Sde Dov fait partie d’un programme plus vaste, connu sous l’acronyme hébreu Shoham, visant à déplacer les anciennes bases militaires du centre d’Israël, où l’immobilier est convoité et où des unités de logement supplémentaires sont désespérément nécessaires, vers le désert du Néguev et d’autres lieux plus éloignés, où elles sont censées servir de tremplin à l’économie locale.

Les hangars et bâtiments qui ont été retirés de l’aéroport Sde Dov à Tel-Aviv pour faire place à de nouveaux appartements de luxe, en juillet 2019. (Crédit : Ministère de la défense)

« Le démantèlement de Sde Dov est un élément central dans la réalisation de la décision du gouvernement et du plan Shoham pour le retrait historique des bases de l’armée israélienne des villes centrales », a déclaré Nati Efrati du ministère de la Défense.

« Dans les années à venir, nous allons déblayer des milliers d’hectares de terrain supplémentaires afin d’y installer des dizaines de milliers d’unités de logement et des millions de mètres-carrés d’espaces commerciaux et industriels », a-t-il fait savoir.

En plus de la base aérienne de Sde Dov, le ministère va également supprimer la vaste base militaire de Tel Hashomer à Ramat Gan, la base de Tzrifin à l’est de Rishon Lezion, celle de Sirkin près de Petah Tikva, et d’autres installations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...