Israël en guerre - Jour 190

Rechercher

Décès de Berlusconi : Netanyahu présente ses condoléances à « un grand ami d’Israël »

La mort de l'ancien Premier ministre italien, qui inspirait l'admiration et la haine, est survenue quelques jours après son admission à l'hôpital

Silvio Berlusconi quitte un bureau de vote après avoir déposé un bulletin dans l'urne à Milan, le 26 mai 2019. (Crédit : Miguel Medina/AFP)
Silvio Berlusconi quitte un bureau de vote après avoir déposé un bulletin dans l'urne à Milan, le 26 mai 2019. (Crédit : Miguel Medina/AFP)

L’ancien chef de gouvernement italien Silvio Berlusconi, sulfureux milliardaire dont les démêlés judiciaires et les frasques sexuelles ont défrayé la chronique, est mort à l’âge de 86 ans.

« J’ai été profondément attristé par le décès de Silvio Berlusconi, l’ancien Premier ministre italien. Je présente mes sincères condoléances à sa famille et au peuple italien », a écrit le Premier ministre Benjamin Netanyahu. « Silvio était un grand ami d’Israël et nous a toujours soutenus. Repose en paix, mon ami. »

Soigné à l’hôpital San Raffaele de Milan pour une leucémie, il y était entré vendredi après y avoir déjà effectué de multiples séjours. Selon les médias italiens, il ne répondait plus ces derniers temps au traitement anti-cancéreux.

Le parcours de cet éternel revenant, dont la mort politique fut maintes fois annoncée à tort et encore élu sénateur en 2022, se confond avec l’histoire italienne des 30 dernières années.

C’était l’un des hommes les plus riches de la péninsule, avec une fortune évaluée début avril par Forbes à 6,4 milliards d’euros.

Adoré ou détesté, l’amateur assumé de femmes beaucoup plus jeunes que lui, y compris des call-girls, s’était retrouvé empêtré dans une myriade de procès liés à ses tristement célèbres et sulfureuses soirées « Bunga Bunga ».

A l’étranger, Berlusconi, habitué à promettre tout et son contraire, est surtout connu pour la ribambelle de scandales dans lesquels il a été impliqué, ses gaffes devenues légendaires, ses procès à répétition et ses coups d’éclat diplomatiques.

Benjamin Netanyahu, (à droite), rencontre le Premier ministre italien de l’époque, Silvio Berlusconi, à Rome le 13 juin 2011. (Amos Ben Gershom / GPO/FLASH90)

Il entraîne la colère après les attentats terroristes du 11 septembre 2001 aux États-Unis en affirmant que la civilisation occidentale est supérieure à l’islam.

Critiqué au parlement européen par un député allemand en 2013, Berlusconi compare son adversaire à un garde de camp de concentration. Il suscite par ailleurs l’indignation, une décennie plus tard, lorsqu’il dit que les déboires judiciaires essuyés par sa famille sont similaires à ce que les Juifs ont traversé dans l’Allemagne nazie.

Un an plus tard, il fait encore une fois polémique en affirmant que l’Allemagne nie l’existence des camps de concentration nazis, insistant ultérieurement sur le fait qu’il est « un ami » des Juifs et de l’Allemagne.

Allié encombrant de la cheffe du gouvernement d’extrême droite Giorgia Meloni, son héritière néo-fasciste, il l’a plusieurs fois mise dans l’embarras avec ses déclarations russophiles après l’invasion de l’Ukraine. Ami personnel de Vladimir Poutine, qu’il a reçu dans sa méga-villa en Sardaigne, il a rejeté plusieurs fois sur Kiev la responsabilité du conflit.

Le président russe Vladimir Poutine, à droite, et l’ancien Premier ministre italien Silvio Berlusconi visitent un monument à la mémoire des soldats de Sardaigne tués pendant la guerre de Crimée, aux abords du mont Gasfort, près de Sébastopol, en Crimée, le 11 septembre 2015. (Crédit : Alexei Druzhinin/RIA-Novosti, Kremlin Pool Photo via AP, File)

Berlusconi se considérait comme le sauveur de l’Italie face à ce qu’il appelait « la menace communiste » – des années après la chute du mur de Berlin. Dès le début de sa carrière politique, en 1994, il se présente comme étant la cible d’un système judiciaire « gangréné » par « des sympathisants gauchistes ».

Si lui restait populaire chez une partie des Italiens, son parti Forza Italia, une machine à gagner les élections qu’il avait fondée en 1994, a suivi son lent déclin, passant de presque 30 % des voix aux législatives de 2001 à 8 % en 2022.

Après avoir débuté son ascension à Milan (nord) dans le BTP, l’entrepreneur doté d’un bagout à toute épreuve s’était lancé avec succès dans la télévision, inventant la TV paillettes des années 1980 qui fera sa fortune, lui permettant entre autres d’investir dans des clubs de foot, d’abord l’AC Milan puis l’AC Monza.

Côté scandales, Berlusconi devait encore répondre d’accusations dans le procès dit du « Rubygate », du nom d’une mineure invitée aux soirées « Bunga Bunga » et d’abord présentée faussement comme une nièce du président égyptien Hosni Moubarak. Berlusconi, acquitté pour prostitution de mineure, était encore en procès pour subornation de témoin dans un volet de cette affaire.

L’octogénaire, dont la dernière compagne Marta Fascina était de 53 ans sa cadette, avait encore fait scandale en décembre 2022 quand il avait promis à ses joueurs du Monza d’amener « dans le vestiaire » un « car de putes » en cas de victoire.

Au fil des ans, le sourire carnassier du « caïman », l’un de ses nombreux surnoms, s’était toutefois figé sur son visage lifté au maquillage « épais comme le parquet », expression cruelle ciselée par un éditorialiste.

Né le 29 septembre 1936, Berlusconi, fils d’un employé de banque milanais, commence à travailler comme animateur sur des bateaux de croisière, où il chantait et racontait des histoires drôles.

Le leader de Forza Italia, Silvio Berlusconi, s’exprimant lors d’un rassemblement commun des partis de droite italiens Fratelli d’Italia (FdI), Ligue (Lega) et Forza Italia, en vue des élections générales du 25 septembre, sur la Piazza del Popolo, à Rome, le 22 septembre 2022. (Crédit : Alberto Pizzoli/AFP)

Armé d’une licence de droit, il se lance dans les affaires, entamant une irrésistible ascension qui soulève des interrogations quant à l’origine de sa fortune, sur laquelle il est toujours resté flou.

Mais c’est surtout dans le secteur de la télévision que s’exprime son génie créatif de grand communicant, qui saupoudre ses programmes de femmes dénudées pour plaire au grand public.

La holding de la famille Berlusconi, Fininvest, compte trois chaînes de télévision, des journaux, les éditions Mondadori et bien d’autres participations.

Fan de football, Silvio Berlusconi a présidé pendant 31 ans l’AC Milan, qui a remporté cinq fois la Ligue des champions sous son ère, avant de vendre en avril 2017 à des investisseurs chinois.

Le Premier ministre italien Silvio Berlusconi fait signe de la main depuis sa voiture alors qu’il quitte l’audience de son procès à Milan, le lundi 19 septembre 2011. (AP Photo/Luca Bruno)

En 1994, il crée Forza Italia, et à l’issue d’une campagne-éclair relayée par son empire médiatique, il devient chef du gouvernement avant d’être lâché par ses alliés sept mois plus tard.

Il revient au pouvoir en 2001 pour cinq ans, un record depuis l’après-guerre. Battu d’un cheveu en 2006, il prend sa revanche deux ans plus tard, s’installant aux commandes pour la troisième fois. Mais en novembre 2011, il doit céder sous les huées les rênes d’une Italie en proie à une grave crise financière.

Toujours sans héritier politique, il ressurgit en 2013 sur la scène politique en raflant près d’un tiers des voix aux législatives.

Quelques mois plus tard, la longue litanie de ses déboires judiciaires aboutit à une première condamnation définitive, pour fraude fiscale : un an de prison – effectué sous forme de travaux d’intérêt général dans une maison pour personnes âgées – six ans d’inéligibilité et l’expulsion du Sénat.

Illustration: Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et son homologue italien Silvio Berlusconi lèvent leurs verres lors d’un dîner d’État à l’hôtel King David à Jérusalem le 1er février 2010 (Crédit : Avi Ohayon / Gpo / Flash )

Ses procès portant sur des faits commis lorsqu’il était Premier ministre et entre deux mandats sont comparés à la situation politique connue par Netanyahu et par le président américain Donald Trump, qui se débattent tous les deux contre des accusations criminelles.

Berlusconi a d’ailleurs fait une apparition dans l’actuel procès pour corruption de Netanyahu : un aide du leader israélien a fait savoir aux enquêteurs qu’il avait été renvoyé pour ne pas avoir permis à Netanyahu de conserver une montre de luxe qui lui avait été offerte par le Premier ministre italien.

A LIRE : Des notes secrètes d’Arafat confirment le pacte de l’OLP avec l’Italie

Dans le cadre de sa condamnation pour fraude fiscale, Berlusconi doit alors renoncer au titre de « chevalier de l’ordre du travail » qui lui avait valu d’être appelé « Il Cavaliere ».

Père de cinq enfants issus de deux mariages, il était plusieurs fois grand-père.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.