Israël en guerre - Jour 293

Rechercher
Nécrologie

Décès de l’israélo-américain Daniel Kahneman, prix Nobel d’économie comportementale

Le psychologue israélo-américain et survivant de la Shoah a prouvé l'irrationalité de la prise de décision, affirmant que les préjugés mentaux des gens les conduisent souvent à agir contre leurs propres intérêts

Le professeur Daniel Kahneman, lauréat du prix Nobel d'économie, s'exprimant lors d'une conférence, à Jérusalem, le 20 juin 2013. (Crédit : Miriam Alster/Flash90/Archives)
Le professeur Daniel Kahneman, lauréat du prix Nobel d'économie, s'exprimant lors d'une conférence, à Jérusalem, le 20 juin 2013. (Crédit : Miriam Alster/Flash90/Archives)

Daniel Kahneman, psychologue israélo-américain qui a fait œuvre de pionnier dans le domaine de l’économie comportementale et a bouleversé l’hypothèse courante en économie selon laquelle les êtres humains sont des décideurs rationnels, est décédé le 27 mars à l’âge de 90 ans.

L’auteur d’origine israélienne a reçu le prix Nobel de sciences économiques en 2002 pour ses recherches intégrant la psychologie et l’économie, qui remettaient en question l’idée selon laquelle les gens agissent de manière rationnelle. Selon lui, les préjugés mentaux des individus les conduisent souvent à prendre des décisions qui vont à l’encontre de leurs propres intérêts.

Le décès de Kahneman a été confirmé par sa compagne, Barbara Tversky, et sa belle-fille, Deborah Weisman, rédactrice au New Yorker. Il vivait à Manhattan au moment de sa mort.

Né en Palestine mandataire alors que sa mère rendait visite à des parents, Kahneman a grandi à Paris à l’aube de la Seconde Guerre mondiale et a passé son enfance sous le régime de Vichy et l’occupation nazie. Lorsque les nazis ont commencé à arrêter en masse les Juifs français, lui et sa famille ont trouvé refuge dans un poulailler à Cagnes-sur-Mer.

Le père de Kahneman, diabétique, n’a pas pu obtenir de médicaments pendant sa clandestinité et est mort six semaines avant la libération de la France par les Alliés.

Après avoir déménagé avec sa mère et sa sœur en Palestine sous mandat britannique après la guerre, Kahneman a passé son adolescence à Jérusalem au cours de la première décennie qui a suivi l’avènement du pays.

L’économiste et lauréat du prix Nobel Daniel Kahneman expliquant sa théorie dans « Les Nobelistes ». (Crédit : Ruth Diskin Films)

C’est au lycée que Kahneman a fait la connaissance du célèbre biochimiste et penseur Yeshayahu Leibowitz, dont il se souvient qu’il a eu une influence majeure sur son développement intellectuel et qu’il était « plus vrai que nature ».

Leibowitz était à la fois le père de son meilleur ami d’enfance et son professeur de chimie au lycée. Kahneman a continué à étudier sous sa direction à l’Université hébraïque, où il a obtenu une licence en psychologie et en mathématiques.

Après avoir obtenu son doctorat en psychologie à l’Université de Californie à Berkeley, Kahneman est retourné en Israël pour donner des cours à l’Université hébraïque, où il a rencontré le psychologue Amos Tversky.

Les deux sont rapidement devenus de proches amis et ont collaboré à des recherches intégrant la psychologie cognitive et l’économie. Leurs travaux communs ont valu à Kahneman un prix Nobel, mais seulement après la mort de Tversky, en 1996.

Lorsque Tversky et lui vivaient et enseignaient à Jérusalem, Kahneman se souvient d’avoir passé des heures avec son collègue à rédiger un document relativement bref, « Le jugement dans l’incertitude », prélude aux décennies suivantes de leurs recherches.

« Amos et moi avons écrit chaque mot ensemble, et nous avons passé beaucoup de temps sur chaque phrase. Et nous avons vraiment essayé de ne pas avoir de mot superflu. La prose ne coule pas parce que chaque mot a été choisi. Nous avons passé près d’un an à écrire ces cinq pages. Nous n’avons pas fait grand-chose d’autre », a-t-il déclaré.

En 2013, l’ancien président américain Barack Obama a décerné à Kahneman la médaille présidentielle de la liberté, la plus haute distinction civile du pays. Lors de la cérémonie, Obama a fait l’éloge de Kahneman en tant que spécialiste de la psychologie qui « a pratiquement inventé l’étude de la prise de décision humaine ».

Le célèbre psychologue n’a pas hésité à dire ce qu’il pensait de l’évolution de la situation politique en Israël. Il a signé des lettres contre les projets du gouvernement visant à politiser la Bibliothèque nationale et, plus récemment, il a participé à un plaidoyer écrit adressé aux organisations internationales pour qu’elles agissent en faveur du retour des otages détenus par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Le président américain Barack Obama décernant à Daniel Kahneman la médaille présidentielle de la liberté, lors d’une cérémonie, dans la salle Est de la Maison Blanche, à Washington, le 20 novembre 2013. (Crédit : Evan Vucci/AP Photo/Archives)

Au cours des dernières années de sa vie, Kahneman a pris publiquement position contre les efforts du gouvernement israélien – aujourd’hui en pause – visant à réformer en profondeur le système judiciaire. Dans une interview accordée l’année dernière à la Douzième chaîne, il a déclaré que les changements proposés par le gouvernement, s’ils se concrétisaient, signeraient « la fin du pays » tel qu’il le connaissait.

Kahneman a prédit que le moment où « l’autorité exécutive supplantera l’autorité judiciaire […] ce sera la fin de la démocratie ». « Cela ne fait aucun doute. »

Kahneman s’est marié deux fois, d’abord avec Irah Kahn, mariage qui s’est soldé par un divorce. Il a ensuite épousé Anne Treisman en 1978, une collègue psychologue de l’Université de Princeton. Lorsque Kahneman a rejoint Princeton en 1993, son amitié avec Tversky, qui donnait des cours à Stanford à l’époque, s’est éteinte.

Quelque temps après la mort de Treisman en 2018, Kahneman a entamé une relation avec la veuve de Tversky, Barbara Tversky. Les deux ont vécu ensemble pendant quatre ans jusqu’à la mort de Kahneman.

Kahneman laisse dans le deuil ses deux enfants Michael Kahneman et Lenore Shoham, ses beaux-enfants Jessica, Daniel, Stephen et Deborah Treisman, ainsi que sept petits-enfants.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.