Israël en guerre - Jour 139

Rechercher

Décès de Moshe Ha-Elion, auteur, poète et survivant de la Shoah

Moshe Ha-Elion est parti en Israël en juin 1946, sur un bateau d’immigrants qui a été intercepté par les Britanniques, puis a combattu au sein des forces militaires

Moshe Ha-Elion, en janvier 2016. (Crédit : Eyal Streett / CC BY-SA 4.0)
Moshe Ha-Elion, en janvier 2016. (Crédit : Eyal Streett / CC BY-SA 4.0)

Moshe Ha-Elion, poète israélien et survivant de la Shoah, est décédé en Israël le 1er novembre dernier, a rapporté la Fondation du Mémorial d’Auschwitz-Birkenau. Il était âgé de 97 ans et vivait à Bat Yam.

Né à Thessalonique en 1925, il a été déporté avec sa famille en avril 1943 à Auschwitz depuis la Grèce. Il était alors âgé de 18 ans. Après avoir survécu à ce camp, où il a passé 21 mois, jusqu’à 1945, il a connu les marches de la mort et est passé par les camps de Mauthausen, Melk et Ebensee jusqu’à sa libération, le 6 mai 1945.

Sa mère, sa sœur, ses grands-parents maternels, sa tante et un cousin âgé d’un an ont été gazés à leur arrivée à Auschwitz. Son oncle y a également été tué quelques mois plus tard. Son père était mort lui peu après l’invasion nazie de Thessalonique en avril 1941.

Moshe Ha-Elion est parti en Israël en juin 1946, sur un bateau d’immigrants qui a été intercepté par les Britanniques. Un moment emprisonné, il a finalement pu rejoindre Israël avant la fondation de l’État, et a combattu lors de la guerre d’Indépendance en 1948.

Il a épousé en février 1947 en Terre promise Hana Waldman, rencontrée en Italie, décédée en 2010.

Il a par la suite poursuivi sa carrière militaire, devenant colonel en 1976, alors qu’il servait depuis quelques années dans les forces de réserve. Il a ensuite travaillé au ministère israélien de la Défense et pour l’administration jusqu’à sa retraite.

De son expérience dans les camps, il en a tiré un mémoire : Le détroit de l’Enfer : la chronique d’un Juif de Salonique dans les camps d’extermination nazis d’Auschwitz, Mauthausen, Melk, Ebensee. Il a également écrit trois poèmes en ladino (et traduits en hébreu) sur ces souvenirs : « La djovenika al lager », « Komo komian el pan » et « En marcha de la muerte ». Moshe Ha-Elion a aussi traduit L’Odyssée d’Homère en ladino.

Il est retourné à Auschwitz à de nombreuses reprises durant sa vie et était le président de l’organisation des rescapés de la Shoah de Grèce en Israël. En 2017, il a été invité à allumer l’une des torches pour la commémoration annuelle de la Shoah.

En 2015, il déclarait : « Il y a deux ans, j’étais à Auschwitz, avec ma fille et ma petite-fille, qui était enceinte. Nous étions là, quatre générations, à l’endroit où ils ont essayé de me tuer. C’est ma victoire. »

83 % à 87 % des populations juives de Grèce ont été tués dans la Shoah, soit environ 60 000 personnes.

Moshe Ha-Elion laisse derrière lui deux enfants, six petits-enfants et neuf arrière-petits-enfants.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.