Décès du rabbin Yechiel Eckstein à 67 ans
Rechercher

Décès du rabbin Yechiel Eckstein à 67 ans

Le fondateur de l'Association internationale des Chrétiens et Juifs est mort suite à une défaillance cardiaque soudaine; il avait levé 1,2 milliard d'euros pour Israël

Le rabbin Yechiel Eckstein sortant du premier vol d'alyah organisé par l'International Fellowship of Christians and Jews, décembre 2014. (Avec l'aimable autorisation de l'International Fellowship of Christians and Jews)
Le rabbin Yechiel Eckstein sortant du premier vol d'alyah organisé par l'International Fellowship of Christians and Jews, décembre 2014. (Avec l'aimable autorisation de l'International Fellowship of Christians and Jews)

Le rabbin Yechiel Eckstein, fondateur et président de l’Association internationale des Chrétiens et Juifs (IFCJ), s’est éteint soudainement mercredi après-midi à l’âge de 67 ans.

Le rabbin israélo-américain est mort après une défaillance cardiaque soudaine. Son enterrement a eu lieu à Jérusalem jeudi.

Eckstein était un auteur, un philanthrope et un activiste qui a servi aux comités de plusieurs organisations juives, dont le Joint Distribution Agency, l’Agence juive et la Anti-Defamation league (ADL).

Depuis la fondation de l’IFCJ en 1983, il a pu collecter 1,2 milliard d’euros en donations pour Israël, surtout de la part de Chrétiens évangéliques.

En plus de faciliter l’immigration juive en Israël, l’organisation organise des voyages et des activités pour les immigrants en Israël, elle offre des conseils pour s’intégrer dans le marché du travail, propose des solutions de garde d’enfant et aide les personnes dans le besoin. L’IFCJ aide aussi des soldats solitaires – des soldats de Tsahal, dont beaucoup sont de nouveaux immigrants, qui n’ont pas de famille en Israël ou qui ne sont pas en contact avec leurs familles.

Les rabbins Yechiel Eckstein, (à gauche), et Moshe Sebbag à la Grande Synagogue de la Victoire à Paris, le 27 juin 2016. (Cnaan Liphshiz/JTA)

Il a été mis à l’honneur le 23 mai 2017, lors d’un événement hommage du Congrès américain pour célébrer le Mois de l’héritage juif américain, pour son travail à créer des ponts entre les Chrétiens et les Juifs.

De nombreux hommages ont salué la mémoire d’Eckstein, à la fois en Israël et à l’étranger.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’Eckstein « a travaillé très dur pour aider les citoyens d’Israël et pour renforcer le lien entre les communautés chrétiennes et Israël. Que sa mémoire soit bénie ».

Le président Reuven Rivlin a fait l’éloge d’Eckstein comme étant un « grand homme, un grand Juif et un grand sioniste ».

Le IFCJ a dit que des millions de gens expriment de la gratitude pour Eckstein, dont l’héritage était « la construction de ponts entre les communautés chrétiennes et évangéliques aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde pour soutenir et coopérer avec l’Etat d’Israël ».

« Grâce aux fruits de ses efforts au cours des quarante dernières années, les citoyens israéliens peuvent faire du tourisme aujourd’hui, la diplomatie israélienne est en plein développement et il a contribué à aider Israël pour plusieurs milliards de shekels », a noté l’organisation dans un communiqué.

Isaac Herzog, dont l’Agence juive gère des aspects clefs de l’immigration des Juifs en Israël et constitue la première bénéficiaire des donations de la Diaspora vers Israël, a rendu hommage à Eckstein pour son travail avec la communauté juive.

« Le peuple juif a perdu le rabbin Yechiel Eckstein, un leader qui a travaillé inlassablement en son nom. J’ai travaillé avec le rabbin Eckstein sur les questions des allocations sociales, de la diaspora et de l’Alyah. Mes sincères condoléances vont à sa famille et à l’Association internationale des Chrétiens et des Juifs », a déclaré Herzog dans un communiqué.

Le rabbin Shlomo Gopin (à gauche) et le rabbin Yechiel Eckstein au camp ukrainien de « personnes déplacées » pour les Juifs. (Olivia Pitoussi)

Le rabbin Shmuley Boteach a écrit sur Twitter qu’Eckstein « avait fait un bien incalculable » et a noté qu’il avait parlé à la bar-mitzvah du fils de Boteach tout juste deux jours auparavant.

Dans un communiqué, le pasteur John Hagee a rendu hommage à Eckstein pour son travail de rapprochement entre chrétiens et juifs.

« Je suis profondément attristé d’apprendre le décès du rabbin Yechiel Eckstein. Son impact sur l’État d’Israël et sur le rapprochement des juifs et des chrétiens se fera sentir pendant des générations », a déclaré le fondateur de Christians United for Israel dans un communiqué. « Je prie pour que Dieu réconforte la famille du rabbin en ces temps difficiles, et je sais que sa mémoire sera une bénédiction pour nous tous. »

Le Dr Jurgen Buhler, président de l’Ambassade chrétienne internationale de Jérusalem a exprimé ses condoléances et rendu hommage au travail d’Eckstein et à son impact.

« Le rabbin Eckstein avait décelé, comme peu d’autres dirigeants juifs, l’importance stratégique pour Israël et le peuple juif de forger des liens avec la communauté évangélique mondiale », a déclaré M. Buhler dans un communiqué. « L’aide généreuse qu’il a recueillie auprès des chrétiens du monde entier a apporté une aide vitale et d’immenses bénédictions à d’innombrables Israéliens ».

Le rabbin Yechiel Eckstein en Ukraine. (Autorisation)

L’IFCJ a travaillé en étroite collaboration avec la communauté juive de l’ex-Union soviétique et, en 2016, a promis 52 millions de dollars pour fournir de la nourriture et des médicaments aux Juifs âgés vivant dans les pays de l’ancien bloc, qui seront distribués par le biais du American Jewish Joint Distribution Committee.

Dans un communiqué, le JDC a déclaré : « En tant que partenaire fidèle… le rabbin Ekstein et l’IFCJ ont travaillé avec nous au nom des Juifs âgés de l’ancienne Union soviétique qui sont les Juifs les plus pauvres du monde. Nous chérissions sa passion inébranlable pour le peuple juif, Israël, et pour aider les plus nécessiteux d’entre nous. Sa vision, son dévouement et son appel urgent pour l’aide continue aux Juifs dans le besoin nous servent de leçon à tous et serviront d’héritage pour les générations à venir. »

Les Fédérations juives d’Amérique du Nord ont déclaré : « Le rabbin Eckstein avait un profond engagement envers Israël et le peuple juif, en particulier ceux qui vivent dans la pauvreté dans l’ancienne Union soviétique. Il a mobilisé d’importantes ressources qui ont aidé de nombreuses personnes. Que sa mémoire soit une bénédiction. »

Né à New York en 1951, Eckstein déménage avec sa famille à Ottawa, au Canada, à l’âge d’un an, après que son père y a été nommé Grand Rabbin.

Il a fait ses études à la Yeshiva University de New York, où il a été ordonné rabbin par le grand penseur orthodoxe Rabbi Joseph Soloveitchik, avant de rejoindre les rangs de la Anti-Defamation League.

Selon un article paru dans le New York Times en 2005, Eckstein a été envoyé par l’ADL à Skokie, Illinois en 1977 pour aider à rallier l’opposition à un rassemblement menacé par les nazis. Pendant son séjour à Chicago, Eckstein s’est rendu compte que la communauté chrétienne évangélique était prête à se tenir aux côtés de la communauté juive.

Eckstein quitta l’ADL et essaya de convaincre les organisations juives de créer des liens avec des organisations chrétiennes, mais l’idée fut rejetée par la plupart des gens de la communauté. C’est ainsi qu’en 1983, Eckstein fonda l’IFCJ et commença à construire des relations, réalisant rapidement que beaucoup de chrétiens évangéliques voulaient un moyen de faire des dons financiers aux juifs en Israël.

Malgré la consécration posthume de l’establishment juif, Eckstein entretenait des relations épineuses avec des juifs de tous les horizons politiques et religieux.

Il s’opposa publiquement à l’Agence juive, à laquelle son groupe avait donné plusieurs millions de dollars au fil des ans. Le financement a pris fin en 2014 dans une lutte pour la reconnaissance de l’ICFJ par l’Agence et les réserves d’Eckstein sur l’efficacité de celle-ci dans l’accomplissement de sa tâche principale : faciliter l’immigration des Juifs en Israël, ou alyah.

Cette année-là, Eckstein a demandé à l’ICFJ de lancer son propre programme d’alyah. Il a offert à chaque nouvel immigrant une subvention de 1 000 dollars en plus des avantages offerts par l’Agence juive. Et il a aidé à faire venir des milliers d’immigrants d’Ukraine pendant son conflit avec la Russie, la France, le Venezuela, le Yémen et d’autres points chauds pour les Juifs.

Le rabbin Yechiel Eckstein, président de l’IFCJ, visite les foyers pour enfants Tikva à Odessa. Il a été ému aux larmes lorsqu’il a parlé de ces enfants qui, après tant de traumatismes, se trouvaient maintenant dans cette nouvelle crise. (Avec l’aimable autorisation de Tikva)

Mais le rapprochement d’Eckstein avec les chrétiens pour y parvenir a fait de lui un paria pendant de nombreuses années pour le Grand Rabbinat d’Israël.

En 2001, le grand rabbin ashkénaze d’alors, Avraham Shapira, publia une lettre condamnant l’utilisation de l’argent des chrétiens par Eckstein pour « étendre la propagande missionnaire chrétienne ». Le rabbin Yosef Shalom Elyashiv, un éminent spécialiste du Talmud orthodoxe haredi, a signé une lettre interdisant la coopération avec Eckstein, disant que c’était une forme « proche de l’idolâtrie ».

Eckstein, qui a rejeté les attaques du Grand Rabbinat comme n’étant pas dignes d’une réponse, a irrité certains de ses critiques nationalistes avec le soutien de son groupe à hauteur de millions de dollars pour les Arabes, les chrétiens et les musulmans d’Israël.

Abraham Foxman, ancien directeur de l’ADL, a accusé Eckstein dans le passé de « vendre la dignité du peuple juif » en se prostituant aux chrétiens.

Son travail a également fait l’objet de critiques de la part des juifs libéraux, qui constituent la majorité de la communauté juive américaine et qui fustigent les liens des évangéliques avec la droite politique et leur soutien au projet d’implantation israélienne en Cisjordanie, un point sensible majeur dans le conflit israélo-palestinien.

Mais Eckstein a repoussé les dirigeants juifs qui se méfiaient du soutien des Evangélistes à l’égard d’Israël. « La majorité des Evangélistes sont passionnément pro-Israël parce que cela fait partie de leur théologie d’aimer et de soutenir le peuple juif », écrit Eckstein en 2002. « Je ne pouvais pas accepter l’amour conditionnel de ceux qui attendent une vengeance de la part de mon peuple. Je ne pouvais pas m’engager dans une relation qui compromettrait mon intégrité et mes idéaux personnels ou ceux de la communauté juive que je représente. Mais ayant été le premier – et le plus souvent le seul – juif à construire des ponts avec la communauté chrétienne de droite, j’ai une vision et une compréhension de leur ferveur pro-israélienne que la plupart des gens « de l’extérieur » ne comprennent pas.

Eckstein laisse dans le deuil sa femme Joelle, ses filles Tamar, Talia et Yael, sa mère et ses petits-enfants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...