Israël en guerre - Jour 288

Rechercher

Démission de Johnson : Moscou espère une « éclaircie » avec Londres

Connu pour son franc-parler, l'ancien chef de la diplomatie s'est à plusieurs reprises illustré pour des propos critiques contre la Russie

Le secrétaire britannique aux Affaires étrangères Boris Johnson attend le secrétaire d'état américain Rex Tillerson avant leur rencontre à Londres, le 22 janvier 2018 (Crédit : AFP Photo/Pool/Toby Melville)
Le secrétaire britannique aux Affaires étrangères Boris Johnson attend le secrétaire d'état américain Rex Tillerson avant leur rencontre à Londres, le 22 janvier 2018 (Crédit : AFP Photo/Pool/Toby Melville)

Le Kremlin a dit mardi espérer une « éclaircie politique » après la démission du ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson, jugeant que son apport à l’amélioration des relations entre Moscou et Londres avait été « très modeste ».

« Malheureusement, (sa) contribution au développement des relations bilatérales avec la Russie est très modeste, c’est le moins qu’on puisse dire », a déclaré mardi lors d’un point-presse le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

« Poutine a récemment déclaré que cette page devait être tournée. Nous attendons une éclaircie politique du côté de la Grande-Bretagne à ce sujet », a-t-il poursuivi, ajoutant « attendre tôt ou tard des explications » concernant les empoisonnements à l’agent Novitchok.

Lundi après-midi, le chef de la diplomatie britannique Boris Johnson a claqué la porte du gouvernement de Theresa May, en guise de désaccords sur l’avenir de la relation du Royaume-Uni avec l’Union européenne après le Brexit.

Connu pour son franc-parler, M. Johnson s’est à plusieurs reprises illustré pour des propos critiques contre la Russie, avec qui le Royaume-Uni connaît une profonde crise diplomatique depuis la contamination au Novitchok d’un ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia à Salisbury, dans le sud de l’Angleterre.

Mi-mars, M. Johnson avait estimé qu’il était « extrêmement probable » que le président russe Vladimir Poutine lui-même ait pris la décision d’ordonner l’empoisonnement de Sergueï et Ioulia Skripal.

Quelques jours plus tard, il avait dit trouver « juste » de comparer le Mondial-2018, qui se déroule en Russie, aux Jeux olympiques de Berlin organisés trois ans avant le début de la Deuxième guerre mondiale par Adolf Hitler.

Il avait ensuite assuré que Vladimir Poutine allait utiliser la Coupe du Monde pour « se glorifier », des propos qualifiés par le Kremlin de « dégoûtants, insultants et inacceptables ».

En décembre, il s’était rendu à Moscou où il avait eu un face à face tendu avec son homologue russe Sergueï Lavrov, notamment en raison des divergences entre Londres et Moscou sur les dossiers syrien et ukrainien.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.