Israël en guerre - Jour 256

Rechercher

Déplacés par la guerre, des habitants de Gaza se réfugient dans des poulaillers

Environ 85 % des 2,3 millions de Gazaouis étant déplacés, certaines familles se retrouvent à loger dans des endroits pour animaux

Des Palestiniens recevant des rations alimentaires à un point de don dans un camp de personnes déplacées, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 2 février 2024. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
Des Palestiniens recevant des rations alimentaires à un point de don dans un camp de personnes déplacées, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 2 février 2024. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

Un million de Gazaouis déplacés par la guerre d’Israël contre le groupe terroriste palestinien du Hamas ont trouvé refuge dans la ville frontalière de Rafah. Cinq familles se sont installées dans un élevage de poules, vivant dans ses longs hangars en béton, des poulaillers ayant été transformés en des lits superposés.

La guerre qui a débuté le 7 octobre, lorsque des milliers de terroristes du Hamas ont fait irruption en Israël, massacré près de 1 200 personnes et pris 253 otages, a dévasté l’enclave palestinienne.

Plus de 85 % des 2,3 millions d’habitants de Gaza ont fui leurs maisons, et environ un million d’entre eux ont afflué à Rafah, tout près de la frontière égyptienne. Nombre d’entre eux vivent dans des tentes entassées sur des terrains vagues ou sur des plages.

Pour la famille Hanoon, l’une des cinq d’un clan élargi qui s’est installé dans la région, la ferme d’élevage de poulets se rapproche du niveau le plus bas.

« Nous vivons dans un endroit destiné aux animaux », a déclaré Umm Mahdi Hanoon, debout parmi les cages. « Imaginez qu’un enfant dorme dans une cage à poules. »

« L’endroit est terrible. L’eau coule sur nous. Le froid est très dur à supporter pour les enfants, les personnes âgées, les malades (…) Parfois, nous souhaitons que le matin ne vienne pas », a-t-elle ajouté.

Une femme et des enfants assis devant des tentes abritant des Palestiniens déplacés à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 8 février 2024. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Son fils Mahdi a déclaré qu’ils avaient vécu dans le quartier de Sheikh Radwan, à Gaza City, qui a été au cœur des combats entre Israël et le Hamas au début de la guerre.

« Nous avons déménagé à al-Zawayda. À cause des bombardements, nous avons cherché un autre endroit, mais nous n’en avons pas trouvé parce que nous sommes nombreux. C’est alors qu’une connaissance, un ami de mon cousin, m’a dit qu’il y avait un élevage de poulets à Rafah avec des cages », a-t-il expliqué.

« Au début, nous avons eu du mal. Il y avait des insectes. Nous avons des enfants », a-t-il ajouté, pensant au départ qu’ils ne resteraient là que quelques jours.

Mais avec le temps, ils ont dû se résoudre à accepter que les poulaillers seraient leur maison pour bien plus longtemps. Ils utilisent les cadres métalliques des cages comme lits et font cuire du pain, lorsqu’ils parviennent à trouver de la farine, sur un réchaud métallique posé à même le sol.

« Il est difficile de vivre dans un endroit comme celui-ci, un endroit conçu pour les poules et les oiseaux. On se retrouve dans une cage », a déclaré Mahdi.

En réponse à l’attaque du 7 octobre, la plus meurtrière de l’histoire du pays et la pire menée contre des Juifs depuis la Shoah, Israël a juré d’anéantir le Hamas et de mettre fin à son règne de seize ans, et a lancé une opération aérienne suivie d’une incursion terrestre dans la bande de Gaza, qui a commencé le 27 octobre.

Plus de 27 800 personnes seraient mortes à Gaza depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. Tsahal dit avoir éliminé 10 000 terroristes palestiniens dans la bande de Gaza, en plus des quelque 1 000 terroristes qui ont pris d’assaut Israël le 7 octobre.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.