Des bots et des trolls dépeignaient Mandelblit comme « faible » avant l’annonce
Rechercher

Des bots et des trolls dépeignaient Mandelblit comme « faible » avant l’annonce

Le rival de Netanyahu, Benny Gantz, est également la cible de fausses informations, selon la société Vocativ

Le procureur général Avichai Mandelblit assiste à une réunion de la Commission de contrôle de l'État à la Knesset, le 3 décembre 2018. (Miriam Alster/Flash90)
Le procureur général Avichai Mandelblit assiste à une réunion de la Commission de contrôle de l'État à la Knesset, le 3 décembre 2018. (Miriam Alster/Flash90)

Les bots et les trolls se sont affairés au cours de la semaine écoulée pour convaincre les Israéliens que le procureur général est une personne faible, soumis à la pression du bureau du procureur pour qu’il annonce une mise en examen du Premier ministre afin de porter du tort au Likud, et en particulier au Premier ministre, à l’approche des élections du 9 avril, a fait savoir une entreprise de médias jeudi.

Vocativ, qui appartient à l’investisseur israélien Motti Kochavi, diffuse chaque semaine un rapport sur les fausses informations (fake-news).

Dans son dernier rapport, la société a déterminé que la question de la mise en examen a été mentionnée à plusieurs reprises dans le réseaux de bots et trolls au cours des sept derniers jours.

Les bots sont des codes informatiques qui ressemblent à des comptes de personnes réelles et qui apparaissent soudainement en grand nombre pour soutenir ou délégitimer des cibles en ligne. Les trolls sont des personnes, généralement payées, pour publier des contenus provocateurs en ligne.

Jeudi soir, Avichai Mandelblit annonçait son intention d’inculper le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour corruption, fraude et abus de confiance dans trois affaires distinctes, dans l’attente d’une audience.

Les fausses informations ont diminué de 3 % au cours de la semaine écoulée par rapport à la semaine précédente, a déterminé Vocativ, bien que pour la cinquième semaine consécutive, le rival principal de Netanyahu Benny Gantz, du nouveau parti Kakhol Lavan, ait été la cible principale de la plupart de fausses informations négatives, qu’environ 1,7 million d’Israéliens ont pu voir.

L’infox principale dirigée contre Gantz alléguait que l’ancien chef d’Etat-major avait menacé et attaqué un manifestant handicapé.

Avec le lancement du parti Kakhol lavan, Moshe Yaalon et Gabi Ashkenazi, tous deux ex-chefs d’état-major et membres du parti, sont devenus les cibles de fake news, a rapporté Vocativ.

De gauche à droite : Les leaders de Kakhol Lavan, Moshe Yaalon, Benny Gantz , Yair Lapid et Gabi Ashkenazi posent pour une photo après l’annonce de leur nouvelle alliance électorale à Tel Aviv, le 21 février 2019 (Crédit : Jack Guez/AFP)

Netanyahu a également fait l’objet d’une couverture médiatique mensongère. Une fausse capture d’écran de la Douzième chaîne reconstituait une conversation avec Arnon « Noni » Mozes, propriétaire du quotidien Yediot Aharonoth.

L’Affaire 2000, pour laquelle le Premier ministre est accusé de fraude et abus de confiance, dans l’attente d’une audience, implique un accord gagnant-gagnant illicite entre Netanyahu et Mozes, qui aurait permis au dirigeant israélien d’affaiblir un quotidien rival, le journal gratuit Israel Hayom appartenant à Sheldon Adelson, en échange d’une couverture favorable de la part de Yediot.

Le faux segment de reportage télé comprenait l’admission d’une corruption présumée ainsi que la fausse affirmation selon laquelle l’Union sioniste, l’ancienne coalition entre le Parti travailliste et le parti Hatnua de la députée Tzipi Livni – à la retraite – avait conclu un accord de partage de l’excédent des votes avec les partis arabes, alors membres de la Liste arabe unie, avant les élections de 2015.

Un autre sujet prisé par les bots et les trolls était la question du soutien du parti Kakhol lavan par les partis arabes et l’idée que le parti était contrôlé par Mozes.

A gauche, Bezalel Smotrich et Rafi Peretz posent après avoir décidé de former une liste conjointe HaBayit HaYehudi-Union nationale à la Knesset, le 14 février 2019 (Autorisation). A droite, le président du parti Otzma Yehudit Michael Ben Ari, à droite, avec Itamar Ben Gvir lors de la conférence inaugurale électorale de Petah Tikva, le 24 décembre 2014 (Crédit : Tomer Neuberg/FLASH90)

En marge des contenus des bots ces derniers jours, la rumeur voulait que Netanyahu soutenait les kahanistes, les disciples du défunt leader Meir Kahan, un tison anti-arabe.

C’est sous la pression de Netanyahu que le parti de droite HaBayit HaYehudi a accepté le mois dernier de conclure une alliance avec la faction kahaniste Otzma Yehudit.

Selon Vocativ, Netanyahu a été mentionné 36 326 fois par les bots et les trolls au cour de la semaine écoulée (pas uniquement dans les fake news) et Gantz 17 870 fois.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...