Israël en guerre - Jour 234

Rechercher

Des centaines de personnes aux funérailles de l’ado israélien assassiné en Cisjordanie

Le meurtrier de Benjamin Achimeir reste en cavale alors que la mort du jeune habitant de Jérusalem a entraîné des affrontements violents entre partisans du mouvement pro-implantation et Palestiniens

Benjamin Achimeir, 14 ans, porté disparu en Cisjordanie le 12 avril et retrouvé mort des suites d'un attentat terroriste le 13 avril 2024. (Crédit : Autorisation)
Benjamin Achimeir, 14 ans, porté disparu en Cisjordanie le 12 avril et retrouvé mort des suites d'un attentat terroriste le 13 avril 2024. (Crédit : Autorisation)

Ce sont des centaines de personnes qui ont assisté dimanche aux funérailles d’un adolescent israélien, Benjamin Achimeir, dans le quartier Givat Shaul de Jérusalem, vingt-quatre heures après la découverte de son corps sans vie en Cisjordanie.

Le jeune garçon de 14 ans a été tué vendredi – un meurtre qui, selon l’armée et l’agence de sécurité du Shin Bet, a été un acte terroriste. Un attentat qui a ensuite entraîné des heurts violents entre partisans du mouvement pro-implantation israéliens et Palestiniens.

Dans l’assistance réunie lors des funérailles, les grands-rabbins David Lau et Yitzhak Yosef et Zvi Sukkot, parlementaire élu sous l’étiquette de Hatzionout HaDatit.

Prenant la parole pendant la cérémonie, la mère d’Achimeir, Miriam, a expliqué en pleurant que son fils était un jeune adolescent candide et qu’il a sacrifié sa vie pour ses convictions : « Tu étais si gentil, tu pensais tout le temps aux autres, tu faisais attention à tout le monde. Tu t’assurais toujours de ne blesser personne, tu t’abstenais même de plaisanter si cela devait porter préjudice à quelqu’un », a-t-elle indiqué.

Avinoam, le frère du défunt, s’est lui aussi exprimé, déclarant : « Bini, mon frère bien-aimé, mon frère si doux… Tu étais l’esprit vif de notre foyer, tu étais celui qui venait en aide à tout le monde et qui nous rassemblait. Tu voulais toujours que nous venions avec toi en voyage, nous n’avons pas eu le temps de le faire et j’en suis tellement triste, Bini. Tu m’as toujours aidé. »

Achimeir avait disparu vendredi à l’aube, après avoir quitté une ferme située près de l’avant-poste de Malachei Shalom pour aller faire paître des moutons. Quelques heures plus tard, les moutons étaient revenus à la ferme sans lui.

Le corps d’Achimeir avait finalement été repéré par un drone de la 636e unité du Corps de Collecte de défense des frontières, non loin de Havat Gal d’où il avait initialement disparu.

Selon les premiers éléments de l’enquête, le meurtre a été perpétré par des terroristes palestiniens en fin de matinée ou en début d’après-midi dans la journée de vendredi.

Le ou les suspects à l’origine de la mort d’Achimeir n’étaient toujours pas identifiés dimanche soir. Ils sont encore en cavale.

Malachei Shalom est un avant-poste situé à proximité de la ville d’al-Mughayyir, au nord-est de Ramallah.

Au cours des perquisitions qui avaient eu lieu dès vendredi, des résidents d’implantations israéliens s’étaient déchaînés à al-Mughayyir. Ils avaient mis le feu à des maisons et à des voitures et ils avaient déclenché des affrontements entre Palestiniens et soldats israéliens. Un Palestinien avait été tué et des dizaines d’autres habitants de la ville avaient été blessés.

Des affrontements violents entre partisans du mouvement pro-implantation et Palestiniens qui avaient continué dans l’après-midi de samedi, suite à la découverte du corps sans vie d’Achimeir. Selon des informations, des heurts avaient eu lieu dans les villes palestiniennes de Beitin et de Duma, aux abords de Ramallah. Certains avaient évoqué des actes de représailles de la part des résidents d’implantation.

Six Palestiniens avaient été blessés – l’un d’entre eux est dans un état grave après avoir reçu une balle à la tête – alors que les extrémistes juifs semaient la désolation à al-Mughayyir, avait fait savoir l’agence de presse officielle de l’Autorité palestinienne Wafa.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a appelé le public à ne pas gêner le travail des forces de sécurité qui recherchent actuellement le ou les meurtriers et qui assurent le maintien de l’ordre.

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, a lui aussi lancé un plaidoyer similaire mais il a spécifiquement mis en garde le public : « Les attaques de représailles vont compliquer le travail de nos forces dans la mission qu’elles doivent effectuer. Ne vous rendez pas justice vous-même ».

« Les forces de sécurité continuent à poursuivre les personnes soupçonnées d’avoir commis cet attentat », ont noté, pour leur part, l’armée israélienne et le Shin Bet qui ont précisé qu’ils faisaient part « de leurs condoléances les plus sincères à la famille » du jeune défunt.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.