Des centaines de personnes ont manifesté contre le gel du projet du mur Occidental
Rechercher

Des centaines de personnes ont manifesté contre le gel du projet du mur Occidental

Suite à une décision du cabinet, qui est revenu sur le compromis qui aurait officialisé l'espace de prière égalitaire au mur Occidental, plus de 500 personnes se sont réunies devant la résidence du Premier ministre et des philanthropes ont exprimé leur "profonde déception"

Des manifestants israéliens devant la Résidence du Premier ministre,le 1er juillet 2017, protestent contre le gel du compromis sur le mur Occidental. (Crédit : AFP PHOTO/Thomas COEX)
Des manifestants israéliens devant la Résidence du Premier ministre,le 1er juillet 2017, protestent contre le gel du compromis sur le mur Occidental. (Crédit : AFP PHOTO/Thomas COEX)

Plus de 500 personnes se sont rassemblées samedi soir devant la résidence du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem afin de protester contre la décision du gouvernement qui a suspendu le projet de la création d’un espace de prière égalitaire permanent, supervisé par tous les courants du judaïsme au mur Occidental, protestation également contre l’avancée du monopole de l’orthodoxie sur les conversions en Israël.

La décision d’annuler l’accord sur la prière pluraliste au mur Occidental et sur le projet de loi sur les conversions, qui a été gelé vendredi pour six mois, ont déclenché une colère sans précédent des associations juives américaines. Même l’Agence juive pour Israël, pour la première fois de son histoire, a appelé le gouvernement à revenir sur sa décision sur la section de prière du mur Occidental.

Les grandes associations juives ont appelé le Premier ministre Benjamin Netanyahu à résoudre la crise, mettant en garde contre la baisse du soutien à Israël.

« Le Premier ministre va comprendre, dans les semaines à venir que l’appel de la rue israélienne et des communautés juives ne peut pas être sous-estimé », a déclaré le rabbin Gilad Kariv, directeur exécutif du mouvement réformé en Israël.

« Nous ne laisserons pas les ultra-orthodoxes prendre le monopole de la conversion, et nous ne baisserons pas les bras jusqu’à ce que le projet du mur Occidental soit mis en œuvre. »

Les manifestants brandissaient des panneaux sur lesquels on pouvait lire « Le mur Occidental pour l’ensemble du peuple juif », « Nous sommes les femmes du mur », et « Liberté de religion en Israël ».

En janvier 2016, le gouvernement Netanyahu avait approuvé un projet visant à reconnaître un espace distinct mais permanent consacré à la prière égalitaire, au niveau de l’Arche de Robinson, à côté du parvis du mur Occidental. Ce compromis avait été atteint après des années de négociations entre les groupes libéraux israéliens et américains et les autorités israéliennes. Il octroyait à des dirigeants non-orthodoxe un rôle partagé dans la supervision de l’espace pluraliste. Actuellement, il existe un espace de prière provisoire à cet endroit.

Mais le projet n’avait jamais été mis en œuvre, parce que les membres éminents ultra-orthodoxes de la coalition de Netanyahu avait émis des objections à cette décision, après l’avoir initialement soutenu. Et dimanche dernier, le cabinet a voté en faveur du gel de ce compromis.

Actuellement sous contrôle des ultra-orthodoxes, l’esplanade principale du mur Occidental est constituée d’une section pour hommes et d’une section pour femmes distincte.

Des manifestants israéliens devant la Résidence du Premier ministre,le 1er juillet 2017, protestent contre le gel du compromis sur le mur Occidental. (Crédit : AFP PHOTO/Thomas COEX)
Des manifestants israéliens devant la Résidence du Premier ministre,le 1er juillet 2017, protestent contre le gel du compromis sur le mur Occidental. (Crédit : AFP PHOTO/Thomas COEX)

Dimanche dernier, le gouvernement a également fait passer un projet de loi qui octroierait au Grand Rabbinat, un organe géré par des haredim, l’autorité exclusive sur les conversions au judaïsme reconnues par l’État d’Israël. Le gouvernement a annoncé vendredi que ce projet de loi sur la conversion sera classé pour 6 mois, le temps qu’une commission mandatée par l’État puisse parvenir à « un arrangement convenu au sein de notre peuple ». Aucun progrès concret n’a été fait pour sortir de l’impasse générée par la décision du cabinet sur le gel du compromis du mur Occidental.

Pour rejeter les critiques virulentes émises par de nombreuses organisations juives américaines sur le gel du projet du mur Occidental, un membre du gouvernement israélien a tenté de minimiser l’impact de cette décision, en soulignant le fait que ceux qui désirent prier selon l’usage conservateur ou réformé sont en mesure de le faire dans l’espace provisoire actuel.

Vendredi, le bureau de Netanyahu a catégoriquement démenti un article qui affirmait qu’il avait enjoint les diplomates à blâmer les juifs non-orthodoxes pour la controverse sur le mur Occidental.

Les diplomates israéliens en Amérique du Nord ont reçu l’instruction de reprocher aux mouvements juifs conservateurs et réformés la crise actuelle entre le gouvernement israélien et le judaïsme américain, selon un article paru dans le quotidien israélien Maariv. Selon Maariv, ils ont reçu cette directive lors d’une vidéo-conférence entre les diplomates et Jonathan Schachter, un conseiller proche de Netanyahu.

Le bureau de Netanyahu a catégoriquement rejeté ces allégations dans un communiqué diffusé vendredi.

Les directives de Schachter ont été données à l’oral, selon l’article de Maariv qui n’a pas évoqué les termes à employer demandés par Shachter aux diplomates. L’un des ambassadeurs aurait déclaré qu’il se plierait à cette directive uniquement si Jérusalem la donnait par écrit.

Un diplomate, dont l’identité n’a pas été révélée par Maariv, a déclaré au journal : « C’est incroyable qu’après tout ce que s’est passé, l’équipe autour du Premier ministre cherche à tenir le judaïsme américain pour responsable, eux-mêmes blessés par la décision du gouvernement ».

Des militants juifs libéraux entrent au mur Occidental avec des rouleaux de Torah, le 2 novembre 2016. (Crédit : autorisation)
Des militants juifs libéraux entrent au mur Occidental avec des rouleaux de Torah, le 2 novembre 2016. (Crédit : autorisation)

Les décisions annoncées au début de la semaine ont déclenché un tollé sans précédent, et de grands groupes juifs de tous bords les ont vivement condamnées.

Des dizaines de philanthropes juifs et entrepreneurs, dont des mécènes d’Israël, ont également manifesté leur déception face à la décision du gouvernement sur le mur Occidental et sur le projet de loi sur les conversions.

Les principaux groupes juifs ont supplié Netanyahu de résoudre la crise, craignant que le soutien pour Israël ne s’érode. Certains groupes ont indiqué que ces décisions pourraient influer sur les contributions financières à Israël.

Des rabbins conservateurs réformés américains et des membres des Femmes du Mur brandissent des rouleaux de Torah durant une manifestation contre l'absence de construction d'un nouvel espace de prière, au mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 2 novembre 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Des rabbins conservateurs réformés américains et des membres des Femmes du Mur brandissent des rouleaux de Torah durant une manifestation contre l’absence de construction d’un nouvel espace de prière, au mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 2 novembre 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Dans un encart en anglais et en hébreu dans plusieurs journaux israéliens vendredi, 65 figures éminentes du judaïsme ont paraphé un message adressé au gouvernement israélien, exprimant le « profonde déception et leur découragement face à ces décisions ».

« En tant que personnes investies dans la société israélienne, qui se préoccupent du peuple juif et de l’avenir de l’État hébreu, nous pensons que ces décisions envoient un message d’exclusion qui est totalement inacceptable », ont-ils écrit.

Parmi les signataires figurent le militant et philanthrope Jay Ruderman, de la Ruderman Family Foundation ; Haim Saban, un israélo-américiain magnat du divertissement, mécène du Conseil israélo-américain et donateur au parti démocrate, Lynn Schusterman, de la Charles and Lynn Schusterman Family Fondation et de la Schusterman-Israel Fondation ; Michael Steinhardt, l’un des fondateurs de Taglit-Birthright et directeur d’un fonds spéculatif, et Seth Klarman, également directeur d’un fonds spéculatif, philanthrope et co-propriétaire du Times of Israel.

Un encart dans l'édition du 30 juin 2017 de Yedioth Ahronoth signé par d'éminents philanthropes juifs qui déplorent les décisions prises par le gouvernement sur le mur Occidental et les conversions.
Un encart dans l’édition du 30 juin 2017 de Yedioth Ahronoth signé par d’éminents philanthropes juifs qui déplorent les décisions prises par le gouvernement sur le mur Occidental et les conversions.

« Les enjeux ne sont seulement ceux de l’endroit où l’on prie. Ils sont au cœur de la liberté de religion et de la démocratie en Israël, et de celui qui est considéré comme juif », ont-ils écrit dans leur encart, intitulé « Pluralisme, Tolérance et Égalité pour tous », en anglais. Le titre en hébreu est emprunté de l’hymne national HaTikvah, « Être un peuple libre dans notre pays ».

« TOUS les juifs doivent être les bienvenus et traités de façon égale devant la loi », ont-ils dit.

« Nous nous élevons avec le peuple juif et soutenons ceux qui exigent que leurs élus reconnaissent Israël comme la patrie de l’ensemble du peuple juif et qu’il place en priorité le pluralisme, la diversité et la tolérance, qui sont essentiels pour créer un Israël fort et dynamique », poursuit le message.

« C’est la vision avec laquelle Israël a été fondée. C’est la vision que nous continuerons à soutenir et dans laquelle nous sommes investis. »

Dans une interview, le chef du mouvement réformé, le rabbin Rick Jacobs, a déclaré qu’il était temps pour le judaïsme libéral « d’être intelligent et stratégique sur l’argent que nous donnons à Israël, et de contribuer à des choses qui sont en accord avec nos valeurs et qui encouragent le pluralisme ».

Selon une enquête menée par Hiddush, une organisation locale qui promeut le judaïsme pluraliste en Israël, 63 % des juifs israéliens interrogés ont dit être en désaccord avec le gel du compromis de 2016, contre 37 % qui soutiennent ce gel.

Le projet de loi sur les conversions est tout autant impopulaire auprès de la plupart des juifs israéliens, selon l’enquête de Hiddush. 64 % des répondants s’opposaient à ce projet de loi, tandis que 36 % des personnes interrogées ont manifesté leur soutien.

Le sondage a été réalisé sur un échantillon de 500 adultes juifs en Israël, le 27 juin, par le Smith Institute. La marge d’erreur est de 4,5 %.

Un important collecteur de fonds américain pour Israël a suspendu ses efforts pour protester contre la décision du gouvernement israélien de geler un accord pour une section de prière pluraliste au mur Occidental et pour son soutien au projet de loi, qui a ensuite été annulé, qui aurait consolidé la mainmise du grand rabbinat israélien sur les conversions au judaïsme en Israël

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...