L’Agence juive demande au gouvernement de revenir sur une de ses décisions – une première
Rechercher
La décision contredit ‘l’esprit du mouvement sioniste et la nation d’Israël comme foyer national de tout le peuple juif’

L’Agence juive demande au gouvernement de revenir sur une de ses décisions – une première

Quelques heures après avoir annulé un dîner de gala avec Netanyahu pour protester contre la décision “déplorable” sur le mur Occidental, le conseil d’administration appelle le gouvernement à mettre en place le compromis permettant un espace de prière égalitaire sur le lieu saint

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Prière des Kohanim au mur Occidental à Jérusalem, le 30 septembre 2015 (Crédit : Flash90)
Prière des Kohanim au mur Occidental à Jérusalem, le 30 septembre 2015 (Crédit : Flash90)

L’Agence juive a adopté lundi une résolution appelant le gouvernement israélien à revenir sur sa décision de ne pas créer un espace de prière pluraliste au mur Occidental, affirmant que cette décision contredit la vision des pères fondateurs d’Israël et l’esprit du sionisme.

La résolution, adoptée par le conseil d’administration de l’Agence pendant une réunion d’urgence à Jérusalem, marque la première fois que l’institution, qui précède la fondation de l’Etat d’Israël, appelle explicitement le gouvernement israélien à revenir sur une décision.

« Nous déplorons la décision du [gouvernement d’Israël], qui contredit la vision et le rêve de Herzl, de Ben Gurion et de Jabotinsky, l’esprit du mouvement sioniste, et [la notion d’]Israël comme foyer de tout le peuple juif, et le Kotel comme symbole unificateur des Juifs du monde entier », a déclaré l’agence, selon une première version de la résolution obtenue par le Times of Israël.

« Nous déclarons que nous ne pouvons pas et nous ne laisserons pas ceci arriver, poursuit le texte. Nous appelons le gouvernement d’Israël à comprendre la gravité de sa mesure, et à revenir conformément sur sa prise de décision. » (Le texte final de la résolution, qui n’a pas encore été publié, critique également l’adoption dimanche par la commission des lois d’un projet de loi qui accorde aux ultra-orthodoxes un monopole de facto sur les conversions au judaïsme en Israël, a appris le Times of Israël.)

Lundi, de manière très inhabituelle, le conseil d’administration de l’Agence juive avait décidé d’annuler un dîner de gala auquel devait assister le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

En marge de la session plénière extraordinaire de lundi, le numéro deux de l’Agence, David Breakstone, a dit au Times of Israël que l’opposition à la politique du gouvernement concernant le mur Occidental faisait consensus.

« Il n’y a pas de Juifs réformés, orthodoxes, conservateurs ou laïcs dans la pièce. Tout le monde a dit : un mur pour un peuple », a déclaré Breakstone, vice-président du conseil d’administration de l’Agence juive.

« Ce n’est pas qu’une question de courants religieux. Ce n’est pas qu’une question de la communauté juive américaine, et ce n’est pas qu’une question de la communauté juive de Diaspora. De plus en plus d’Israéliens sont très conscients de l’importance du Kotel », a-t-il ajouté, en utilisant le nom hébreu du mur Occidental. « Cela n’a rien à voir avec le nombre de personnes qui y vont. Cela a à voir avec l’importance symbolique du Kotel pour nous tous. Il y a eu un consensus total dans la pièce. »

Le président de l'Agence juive, Natan Sharansky (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Le président de l’Agence juive, Natan Sharansky (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

En marge de cette réunion, les membres du conseil d’administration ont discuté de la possibilité d’emmener toute la délégation pour une visite spontanée au mur Occidental.

Breakstone a indiqué que l’agence avait décidé de mettre en place un « comité d’action » immédiatement pour s’attaquer à ce sujet.

« Il a été dit très explicitement que ce n’est pas un sujet que nous pouvons laisser mourir quand les membres du conseil d’administration rentreront chez eux, mais qu’il doit continuer à être central dans nos actions, a-t-il dit. Il a été accepté par tous qu’il s’agit de notre première priorité à présent. L’unité du peuple juif est ce que défend l’Agence juive. »

Breakstone a hésité à discuter des mesures supplémentaires qui seront prises par l’Agence juive pour lutter contre la décision du cabinet sur le mur Occidental, mais a indiqué que l’annulation du gala prévu pour le Premier ministre était très certainement « un tournant » dans les actions de l’organisation sur ce sujet.

« Il est très important de renforcer la position de l’Agence juive en tant que voix sincère et authentique de la communauté juive mondiale et pour la lutte pour le pluralisme et la tolérance dans la société israélienne. Et notre relation particulière avec le gouvernement [d’Israël] est une chose, mais nous ne pouvons pas laisser cela obscurcir notre rôle et notre responsabilité sacrée envers le peuple juif dans son entier. »

Des rabbins réformés hommes et femmes prient ensemble à l'arche de Robinson, le site du mur Occidental qui devrait accueillir les futurs offices égalitaires, à Jérusalem, le 25 février 2016. (Crédit : Y.R/Reform Movement)
Des rabbins réformés hommes et femmes prient ensemble à l’arche de Robinson, le site du mur Occidental qui devrait accueillir les futurs offices égalitaires, à Jérusalem, le 25 février 2016. (Crédit : Y.R/Reform Movement)

L’Agence a déjà commencé à contacter les députés israéliens de tous les partis, y compris des partis ultra-orthodoxes qui se sont opposés à l’accord conclu il y a 18 mois.

Breakstone, qui est membre du conseil d’administration de l’Agence juive depuis 2001, a exprimé sa déception devant l’absence de Naftali Bennett, ministre de la Diaspora, pendant la réunion gouvernementale de dimanche. « Il est certainement approprié que nous le contactions et lui expliquions à nouveau pourquoi c’est tellement important. Dans le passé, il s’est exprimé [en faveur de l’accord de janvier 2016], et c’est une grande préoccupation pour moi qu’en ce moment particulier, il soit resté silencieux. »

Il a également loué le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, et la ministre de l’Immigration et de l’Intégration, Sofa Landver, pour leur opposition féroce à la décision de dimanche.

Liberman et Landver, tous deux du parti Yisrael Beytenu, et Yuval Steinitz, ministre de l’Energie du Likud, ont été les seuls ministres à voter contre la décision de dimanche pour geler l’accord.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...