Des cerfs-volants et ballons incendiaires lancés depuis Gaza embrasent le sud
Rechercher

Des cerfs-volants et ballons incendiaires lancés depuis Gaza embrasent le sud

Les derniers incendies criminels succèdent aux tirs de roquettes sur Israël depuis Gaza en représailles à une attaque contre un membre du Hamas impliqué dans un incendie criminel

Photo illustrative de pompiers israéliens luttant contre un incendie déclenché par un engin incendiaire lancé depuis la bande de Gaza, près de la frontière avec l'enclave palestinienne, le 5 juin 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)
Photo illustrative de pompiers israéliens luttant contre un incendie déclenché par un engin incendiaire lancé depuis la bande de Gaza, près de la frontière avec l'enclave palestinienne, le 5 juin 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Des cerfs-volants et des ballons incendiaires lancés depuis la bande de Gaza ont déclenché quatre incendies dans le sud d’Israël mercredi.

Bien que les pompiers aient maîtrisé les quatre incendies, un certain nombre d’autres incendies ont éclaté près de la forêt de Kissufim, a rapporté la Dixième chaîne de télévision.

La chaîne a indiqué que les pompiers étaient sur place pour combattre les incendies. Aucun blessé n’a été signalé, mais les incendies ont causé des dommages considérables au cours des dernières semaines.

Dans la nuit, l’armée israélienne a effectué un certain nombre de frappes dans la bande de Gaza en réponse au lancement de ballons incendiaires depuis l’enclave palestinienne vers Israël mardi, déclenchant plusieurs incendies.

L’une des frappes visait une voiture qui, selon l’armée, appartenait à un haut responsable du Hamas impliqué dans les incendies criminels perpétrés par voie aérienne. L’armée a déclaré qu’elle a également utilisé un avion supplémentaire et un char pour frapper deux avant-postes du Hamas au nord de la bande de Gaza.

Une explosion est observée dans le nord de la ville de Gaza après une frappe aérienne des forces israéliennes le 20 juin 2018. (AFP Photo/Abed Abu Ryash)

Les Palestiniens ont déclaré que le véhicule qui a été touché appartenait à l’un des commandants de terrain de l’organisation terroriste du Hamas et était stationné dans le camp de réfugiés de Nuseirat à Gaza. Aucune victime n’a été signalée, ce qui indique que la voiture était vide à ce moment-là.

Des groupes terroristes de Gaza ont lancé plus d’une douzaine de roquettes vers Israël en représailles aux frappes, déclenchant des sirènes d’avertissement et envoyant des milliers d’Israéliens dans des abris anti-aériens.

Au moins trois roquettes ont été interceptées par le système de défense antimissile Dôme de fer. Il n’y a pas eu de victimes ni de dégâts en Israël. En outre, aucun impact de roquettes n’a été signalé à l’intérieur des localités israéliennes.

L’armée israélienne a lancé un avertissement au Hamas après les attaques à la roquette, affirmant que ce dernier « paierait le prix de la terreur et de l’instabilité ».

Ces dernières semaines, l’armée a adopté une politique de ciblage des positions du Hamas en réponse aux attaques incendiaires répétées de cerfs-volants et de ballons depuis Gaza afin de forcer l’organisation, qui dirige l’enclave côtière, à cesser de lancer les engins incendiaires et à forcer les autres dans la bande de Gaza à abandonner également cette tactique.

Toutefois, le Hamas tente de faire en sorte que les incendies criminels aériens quasi permanents, qui ont ravagé des milliers d’hectares de terre israélienne, ne justifient pas de représailles de la part d’Israël et accuse donc Jérusalem de violer le cessez-le-feu tacite entre les deux parties.

« Les bombardements se traduiront par des bombardements », a déclaré le Hamas après ses attaques à la roquette mercredi.

C’était le troisième échange de ce type entre Israël et le Hamas ces dernières semaines. Les 18 et 20 juin, le Hamas et son allié, le Jihad islamique palestinien soutenu par l’Iran, ont lancé des attaques à la roquette et au mortier similaires sur le sud d’Israël après que Tsahal a mené des frappes aériennes contre les positions du Hamas en réponse à des incendies criminels répétés.

Un Palestinien inspecte une voiture détruite après une frappe israélienne à Gaza City qui, selon l’armée, a été prise pour cible parce qu’elle appartenait à un responsable des attaques aux cerfs-volants et aux ballons incendiaires sur le sud d’Israël, le 17 juin 2018 (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

L’armée israélienne a effectué de nombreux coups de semonce ces dernières semaines contre des groupes de Gazaouis se préparant à lancer des engins incendiaires en direction d’Israël. L’armée a dit à maintes reprises qu’elle agira pour empêcher le lancement des engins incendiaires aéroportés et des explosifs.

Depuis le 30 mars, les Palestiniens de la bande de Gaza ont lancé d’innombrables cerfs-volants, ballons et préservatifs en latex gonflés à l’hélium transportant des matériaux inflammables, et parfois des explosifs, sur le territoire israélien, provoquant des incendies quasi quotidiens qui ont ravagé des milliers d’hectares de terres agricoles, de parcs et de forêts.

Les dirigeants israéliens ont averti que l’armée était prête à prendre des mesures offensives plus intenses contre cette situation.

Les dirigeants israéliens sont divisés sur la manière de réagir face aux responsables des incendies criminels aériens, certains demandant à Tsahal de tirer à vue sur les lanceurs de cerfs-volants et de ballons, tandis que d’autres affirment que ce serait excessif.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...