Rechercher

Des champs aux gratte-ciel, Beer Yaakov devient une « ville jeune et dynamique »

La ville centrale, nichée entre Ramla et Rishon Lezion, a connu ces dernières années un développement spectaculaire qui attire des milliers de nouveaux résidents

Un quartier de Beer Yaakov dans le centre d'Israël. (Crédit : Municipalité de Beer Yaakov)
Un quartier de Beer Yaakov dans le centre d'Israël. (Crédit : Municipalité de Beer Yaakov)

L’été dernier, la ville de Beer Yaakov, dans le centre d’Israël, située entre Ramla à son sud-est et Rishon Lezion à son nord-ouest, a finalement obtenu le statut de ville.

Cette décision prise en août 2021 a marqué l’aboutissement d’un processus de 15 ans, qui a vu la population de la ville tripler pour atteindre près de 30 000 habitants. Elle a également marqué le début de la prochaine étape de son développement : la population de Beer Yaakov devrait à nouveau tripler pour atteindre 85 000 à 90 000 habitants au cours de la prochaine décennie.

Selon les normes actuelles, cela la placerait parmi les 20 premières villes d’Israël en termes de population. Mais les chiffres ne suffisent pas à brosser un tableau complet de la situation.

Beer Yaakov a été fondée en 1907 par des habitants originaires du Caucase. Selon le maire Nissim Gozlan, qui occupe ce poste depuis novembre 2003, les fondateurs ont joué un rôle déterminant dans la lutte pour la création de l’État d’Israël en 1947-48.

« Il y avait de nombreux fedayins (« combattants de la guérilla arabes ») dans cette région et de nombreuses batailles ont eu lieu ici entre eux et les pionniers, les nouveaux immigrants qui ont contribué à établir des implantations à l’époque pré-étatique », a déclaré M. Gozlan au Times of Israel lors d’une récente interview dans son bureau municipal.

« Au bout de plusieurs décennies, Beer Yaakov est finalement devenu un conseil local. Lorsque j’ai été élu, la ville ne comptait que 7 000 habitants. Après avoir réalisé le potentiel inexploité qui se trouvait ici, nous avons commencé à construire de nouveaux quartiers. Au départ, nous n’en avons construit que deux, qui contenaient chacun 1 600 unités de logement. Nous avons également construit à Talmei Menashe (un moshav à l’intérieur de la ville). Le plus important, c’est qu’après de longues conversations avec Rishon Lezion, nous avons acquis 320 hectares supplémentaires à la suite de la vente de Tzrifin, la grande base militaire voisine. »

Tzrifin a été établie pendant la période du mandat britannique, et s’appelai alors Sarafand al-Amar.

« La ‘bataille’ pour Tzrifin, dit le maire, menée par les intérêts concurrents de Beer Yaakov, de l’autorité foncière israélienne et des ministères de la Défense et des Finances pour le terrain, a commencé en 2004 et ne s’est achevée qu’en 2017. Depuis lors, nous avons pu initier… [un] accord avec l’État… pour augmenter rapidement l’offre d’appartements résidentiels. »

Une vue de Beer Yaakov dans le centre d’Israël. (Crédit : Municipalité de Beer Yaakov)

La skyline de Beer Yaakov témoigne amplement des constructions en cours. De grandes grues et un mélange d’immeubles achevés, d’immeubles dont les montants en acier sont exposés et le béton nu parsèment le paysage. La ville prévoit de construire 15 000 unités résidentielles et plus de 2 millions de mètres carrés d’espaces de bureaux pour les professionnels du secteur tech et de l’industrie.

« Nous essayons de construire une infrastructure économiquement saine », a déclaré M. Gozlan.

« La ville est jeune et dynamique », s’est-il exclamé. « Nous comptons aujourd’hui près de 30 000 habitants et l’espoir est que dans les quatre prochaines années, ce chiffre fasse plus que doubler pour atteindre 70 000. Nous créons des institutions et des attractions, comme un country club, un autre centre communautaire, un centre culturel et un nouveau grand bâtiment municipal. Nous avons beaucoup de projets à réaliser. Nous allons également construire une arène sportive de 1 000 places… les possibilités sont infinies. »

L’éducation est également au cœur des plans de développement de Beer Yaakov, le développement de la ville s’adressant aux jeunes professionnels ayant des enfants. Il y a actuellement dix écoles élémentaires, et au moins six autres sont en projet.

Le lycée Hannah Szenes – nommé en mémoire de la jeune juive hongroise membre de la Direction des opérations spéciales qui a été parachutée derrière les lignes ennemies en Yougoslavie pendant la Seconde Guerre mondiale, puis a été capturé et exécuté en novembre 1944 – servira d’école supplémentaire dans la région.

« Nous allons construire dans plusieurs quartiers différents », a déclaré Gozlan. « Il est probable qu’il y aura quelque 60 à 70 garderies construites dans la ville également ».

Un chantier de construction de nouveaux bâtiments résidentiels dans un nouveau quartier de Beer Yaakov, le 26 mars 2020. (Crédit : Flash90)

L’un des développements les plus attendus est le projet de construction d’un système de métro dans la ville, dont les travaux devraient commencer en 2028. Il devrait desservir la zone locale et aboutir à l’aéroport international Ben-Gourion, situé à environ 25 kilomètres. Actuellement, le trajet en train de Beer Yaakov à l’aéroport dure environ une heure ; la nouvelle ligne devrait réduire ce temps de moitié.

Une extension de la ligne brune, une ligne de bus qui desservira Rishon Lezion, Beer Yaakov et Ramla, est également prévue pour 2024. La ligne est conçue pour être un réseau complémentaire de lignes de bus pour le système de transport en commun de Tel Aviv.

M. Gozlan a déclaré qu’il était conscient de la nécessité de faire avancer ces améliorations de la manière la plus écologique possible.

« Nous sommes en train d’électrifier le chemin de fer dans le but d’améliorer la qualité de l’air en réduisant l’utilisation du diesel et du charbon… ainsi que le bruit. Non seulement nous contribuerons à protéger la planète, mais les trains seront également beaucoup plus rapides », a-t-il déclaré.

Nouveaux immeubles résidentiels à Beer Yaakov, le 26 mars 2020. (Crédit : Flash90)

L’innovation joue également un rôle dans les nouveaux quartiers qui verront bientôt le jour. Il y aura une application de stationnement intelligente qui utilisera des satellites pour déterminer où il y a des places de stationnement disponibles, a-t-il dit.

De plus, la ville sera capable de gérer des centaines, voire des milliers, de drones de livraison chargés de nourriture, de médicaments et d’autres produits pesant jusqu’à 10 kilogrammes (22 livres), un programme que la National Drone Initiative espère voir se concrétiser dans les dix prochaines années.

L’un des principaux employeurs de Beer Yaakov est la division MLM d’Israel Aerospace Industries, qui assemble les missiles Jericho et Arrow, ainsi que le lanceur spatial Shavit.

On constate également une volonté de rendre la ville attrayante pour le secteur technologique afin d’encourager de nouveaux investissements dans la région.

« Nous sommes en train de créer une ville jeune et dynamique qui s’appuie sur une communauté chaleureuse et solidaire. À mon avis, le lien entre les habitants est spécial, et vous ne le trouverez nulle part ailleurs en Israël. Même si la ville s’agrandit, nous sommes déterminés à maintenir ce sentiment d’appartenance et de communauté avec nos résidents », a déclaré le maire.

« Et si vous pouvez vous permettre d’acheter une propriété maintenant, les prix ici ne vont faire qu’augmenter », a suggéré Gozlan.

Les développements dans la ville ont, entre-temps, contribué à faire grimper les prix à Talmei Menashe, l’un des plus anciens quartiers autonomes de la ville, qui a enregistré la troisième plus forte hausse des prix résidentiels du pays – environ 16 % en glissement annuel dans tout le pays, selon le Bureau central des statistiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...