Des chercheurs israéliens élaborent un régime pour éliminer la graisse hépatique
Rechercher

Des chercheurs israéliens élaborent un régime pour éliminer la graisse hépatique

Des experts de l'université Ben Gourion et leurs collaborateurs d'Harvard ont modifié le régime méditerranéen pour le rendre deux fois plus efficace

Illustration : Un milk-shake vert, comme ceux du régime développé par le professeur Iris Shai (Crédit : id-art via iStock par Getty Images)
Illustration : Un milk-shake vert, comme ceux du régime développé par le professeur Iris Shai (Crédit : id-art via iStock par Getty Images)

Des chercheurs israéliens affirment avoir trouvé un régime alimentaire qui réduit considérablement la graisse hépatique, en modifiant le régime méditerranéen traditionnel pour y inclure certains légumes verts.

« Pendant plus de 20 ans, notre équipe de recherche a montré, par des essais à long terme rigoureux et randomisés, que le régime méditerranéen, riche en céréales complètes, en fruits, en légumes et en noix, est le plus sain », a déclaré la professeure Iris Shai, épidémiologiste. « Maintenant, nous avons découvert que des modifications spécifiques de ce régime pouvaient entraîner une forte réduction de la graisse du foie. »

Dans une étude menée sur 18 mois auprès de 294 participants dans le sud d’Israël, deux tiers des participants ont suivi un régime méditerranéen et ont fait de l’exercice régulièrement. Ils ont perdu du poids dans des proportions similaires, mais ceux qui ont mangé la version « verte » adaptée, comportant moins de viande, plus de produits végétaux et beaucoup de thé vert, ont constaté des bénéfices particuliers pour leur foie.

« Même si le régime méditerranéen et le régime méditerranéen vert ont conduit à une perte de poids équivalente dans l’ensemble, la perte de graisse dans le foie a doublé chez ceux qui ont suivi le régime vert », a déclaré Shai au Times of Israël.

Les ingrédients du régime méditerranéen. (Crédit : iinaquim via iStock by Getty Images)

« Le foie est si important pour la santé générale de l’homme, et une maladie hépatique grasse a de larges implications, mais il y a un manque de traitements médicamenteux et un manque de protocole alimentaire au-delà de la perte de poids générale, ce qui rend cette découverte importante. »

Le régime alimentaire modifié vise à atteindre des niveaux élevés de polyphénols, des composés organiques produits par les plantes, apparemment pour se protéger du stress.

Iris Shai, professeur à l’université Ben Gourion du Néguev. (Crédit : BGU)

L’étude menée par Shai, professeur à l’université Ben Gourion du Néguev à Beer Sheva et professeur adjoint à l’école de santé publique T.H. Chan de Harvard, a récemment été publiée dans la revue à comité de lecture Gut. Plusieurs universitaires de Harvard ont participé à l’étude.

L’un des éléments du régime alimentaire est une plante aquatique appelée mankai qu’une société israélienne, Hinoman, commercialise comme un super-aliment. Shai est un conseiller de cette société.

On estime que 20 à 35 % des adultes souffrent d’une maladie hépatique grasse, une condition qui, selon les médecins, augmente le risque de résistance à l’insuline, au diabète de type 2 et aux maladies cardiovasculaires, ainsi qu’une diminution de la diversité microbienne intestinale et un déséquilibre microbien. Mais aucun médicament n’est actuellement disponible et la seule intervention consiste à perdre du poids et à réduire la consommation d’alcool.

Le régime alimentaire est riche en légumes, comprend une consommation quotidienne de noix (28 grammes), et moins de viande qu’un régime méditerranéen normal. Il est enrichi de produits verts, dont trois à quatre tasses de thé vert par jour et 100 grammes d’un milk-shake vert mankai.

« Nous pensons qu’il y a des composants comme les polyphénols et les fibres qui modifient le microbiome, ce qui fait que ce régime aide à nettoyer les graisses du foie », a expliqué Shai.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...