Des comédiens israéliens prescrivent rire et chutzpa contre le COVID-19
Rechercher
Podcast

Des comédiens israéliens prescrivent rire et chutzpa contre le COVID-19

En Israël, une malade du coronavirus à l'humour noir peut subitement devenir célèbre. Les humoristes Jonathan Barak, Asaf Beiser, Benji Lovitt et Yisrael Campbell nous expliquent

Amanda Borschel-Dan édite la rubrique « Le Monde Juif »

Danielle Shami, 33 ans, est le 74e cas confirmé de COVID-19 en Israël. Aujourd’hui, elle est également une célébrité nationale.

Dans un récit à la première personne qu’elle a récemment publié en hébreu, la graphiste basée à Tel Aviv a écrit qu’elle avait d’abord paniqué après avoir été emmenée au service coronavirus de l’hôpital Rabin. Mais après avoir regardé autour d’elle son nouveau monde courageux, elle a commencé à raconter son expérience sur les réseaux sociaux.

Ses instantanés ironiques de la vie avec le coronavirus sont rapidement devenus viraux dans une série d’articles consacrés aux environnements de plus en plus restreints du monde et au nombre croissant de malades et de morts. Shami offre une absurde bouffée d’air frais – même si elle est contaminée.

« Quand je suis déprimée, je tweet, ou j’essaie de me moquer de la situation », explique Shami. Elle a rapidement été très suivie. « J’ai commencé à me sentir comme si j’étais dans « Big Brother ».

À travers Shami, nous découvrons les choix alimentaires hilarants à l’heure des repas, nous entendons des conversations entre un mélange improbable d’Israéliens, et nous voyons les mesures extrêmes, presque de science-fiction, prises par le personnel médical qui soigne les malades tout en faisant de son mieux pour éviter leur propre contamination. Au début, pour passer le temps, elle et quelques autres personnes de son service hospitalier ont posté un film « d’évasion » qui était si convaincant qu’un spectateur paniqué a appelé la police, qui a prié Shami de poster une mise à jour disant que ce film était truqué.

Après son transfert en confinement dans le Dan Panorama de Tel Aviv, l’un des nombreux hôtels fermés qui ont été transformés en centres de quarantaine pour les cas légers de COVID-19, Shami a parodié les salles vides dans un post sur le thème du film « Shining ». Elle a montré comment elle a décoré la pièce – avec du ruban de sécurité jaune « accès interdit » – et a partagé des conversations avec elle-même sur écran partagé, faisant écho à « Lost in Tokyo ».

On dit souvent que l’histoire du peuple juif peut se résumer en une ligne : « Ils ont essayé de nous tuer, nous avons survécu, mangeons ». Mais au-delà de la capacité à manger lorsqu’ils sont en danger (il suffit de demander à n’importe quel parent israélien ayant des enfants à la maison), les Juifs se distinguent aussi par leur capacité à rire.

Alors que les réseaux sociaux sont inondés de plaisanteries sur la nouvelle normalité d’aujourd’hui, n’est-il jamais trop tôt pour plaisanter ? Et y a-t-il quelque chose de particulièrement juif ou israélien dans ce besoin d’humour en période d’obscurité existentielle ?

Trop tôt ?

L’humoriste de stand-up Jonathan Barak a fait une longue pause sur son balcon de Tel Aviv à la fin de la semaine dernière. On pouvait entendre des voitures au loin couvrant sa respiration lente, tandis que le Times of Israel attendait au téléphone. Ses spectacles dans les stades ayant été annulés et cloitré à la maison comme la plupart des gens, le célèbre acteur connu pour son numéro de drogué a accepté de parler de l’humour en temps de crise avec cette journaliste.

« La première règle de la comédie est que la comédie est une tragédie associée au temps », a expliqué le comédien populaire. « Mais pour les Juifs, le temps n’est pas pertinent, c’est pourquoi les Juifs peuvent se moquer des tragédies lorsqu’elles se produisent… Parce que nous souffrons depuis quelque 5 000 ans, donc aucune blague n’est trop tôt ou trop tard. Nous pouvons toujours faire des blagues sur le fait d’être esclaves en Égypte et nous pouvons toujours faire des blagues sur la Shoah, et nous pouvons toujours faire des blagues sur le coronavirus ».

« Nous avons ce privilège de toujours pouvoir faire des blagues sur les choses terribles qui nous arrivent… parce que rien de bon n’arrive jamais au peuple juif », s’est esclaffé Barak.

En même temps, a-t-il dit, « Vous ne voulez pas être l’idiot qui faisait des blagues sur le coronavirus deux semaines avant qu’il ne le tue. Je vous parie des dollars contre des beignets qu’il y avait un type qui se promenait sur le Titanic en faisant des blagues sur l’iceberg et personne ne pense que ce type était drôle aujourd’hui. Tu sais, attends d’être sur le canot de sauvetage et ensuite tu commences à faire des blagues ».

Le comédien Benji Lovitt. (Autorisation)

L’humoriste de Jaffa Benji Lovitt est en quarantaine à son retour d’une tournée américaine, mais l’artiste originaire du Texas n’a pas hésité à partager ses réflexions sur le coronavirus.

Parmi ses plus récentes réflexions sur les réseaux sociaux, citons « Puis-je profiter de COVID-19 tout seul ou dois-je d’abord voir COVID-18 » et une amusante fausse entrée de dictionnaire – avec prononciation phonétique – de son mot « coronusional », qui se moque de ceux qui, délirants, s’attendent à réaliser tous leurs programmes de jour de pluie en l’espace de deux semaines d’enfermement.

Lui aussi n’est pas étranger au rire en temps de crise. Lovitt a immigré en Israël en 2006 et a attiré l’attention nationale lors de l’opération Bordure protectrice en 2014, où il a quasiment « passé l’été à bloguer en direct, à plaisanter en direct, à sortir plein de trucs quand les gens étaient au plus bas ».

« On peut plaisanter sur presque tout si on le fait bien et de manière intelligente », a déclaré M. Lovitt dans un récent podcast pour le Times of Israel.

Le satiriste israélien Asaf Beiser. (Autorisation)

Le satiriste Asaf Beiser a déclaré au Times of Israel, pour le podcast de cette semaine, que la crise actuelle excitait déjà sa muse. « Dans une de mes émissions pour enfants, nous avons déjà écrit un épisode qui concerne – pas exactement le coronavirus – mais le fait d’être malade et d’être isolé du monde et d’être en quarantaine. Nous l’utilisons déjà. Nous n’attendons pas une seconde », explique-t-il.

Beiser est surtout connu pour son travail sur l’émission de sketchs satiriques « Hayehudim Baim » (Les Juifs arrivent), qui se moque de l’histoire juive et israélienne, mais il a également écrit pour des séries dramatiques, notamment la première saison de la série à succès « Fauda ».

« En ce moment, j’écris un sketch », a déclaré M. Beiser au Times of Israel la semaine dernière. « Je ne sais pas s’il sera diffusé ou non, pour une émission dont je ne sais pas si elle se fera ou non, la semaine prochaine sur le coronavirus, sur la situation. Les acteurs devront tôt ou tard se réunir et l’enregistrer – je n’ai pas l’intention d’être là ». Il a ri.

Il a déclaré que le plus grand défi pour les auteurs en temps de crise est de trouver le bon équilibre entre le divertissement et la satire. « D’une part, les gens ont vraiment besoin de divertissement en ce moment. Les gens ont vraiment besoin de rire, les gens ont besoin d’évacuer le stress sous forme de rire. Et c’est important. C’est presque une mission nationale de le faire en tant qu’auteur ».

Mais pour d’autres comédiens et satiristes, l’humour n’est pas nécessairement une distraction de leurs malheurs, mais plutôt un moyen d’attirer l’attention sur eux.

Même avec quatre enfants faisant du bruit joyeux en arrière-plan, le catholique irlandais né aux États-Unis, devenu juif orthodoxe, Yisrael Campbell, se mit à réfléchir sur le thème du travail de sa vie.

« Je pense que le but de l’humour est de bouleverser l’attente et de changer la dynamique. Et de briser les paradigmes et les dichotomies – et c’est ce qui donne aux opprimés leur humour. Vous régnez peut-être sur moi, mais vous ne pouvez pas m’empêcher de faire une blague sur vous », a déclaré Campbell, qui vit à Jérusalem depuis vingt ans.

L’auteur israélien David Grossman. (Crédit : Kobi Kalmanovitz)

Sa version triomphale de la vocation de comédien est reprise par l’éminent écrivain israélien David Grossman, qui a écrit dans un récent éditorial du Haaretz : « Et béni soit l’humour, la meilleure façon de supporter tout cela. Lorsque nous sommes capables de rire du coronavirus, nous disons en fait qu’il ne nous a pas encore conduit à une paralysie totale. Qu’en nous, il y a encore une liberté de mouvement pour y faire face. Que nous continuons à le combattre et que nous ne sommes pas seulement sa victime impuissante (plus précisément, nous sommes en fait sa victime impuissante, mais nous avons inventé un moyen de contourner l’horreur de cette connaissance et même de nous amuser avec elle) ».

L’humour juif face aux ténèbres

Jeremy Dauber, professeur à l’université de Columbia, était encore en train de s’adapter à la vie 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, à la maison avec ses trois jeunes enfants dans un modeste appartement de New York, lorsqu’il a été contacté par le Times of Israel au sujet de l’humour à l’époque du coronavirus. Dans une conversation par courriel, Dauber, qui a écrit « Jewish Comedy : A Serious History » (2017), a abordé de manière concise sa théorie unique de l’humour juif.

Le Professeur Jeremy Dauber, auteur de « Jewish Comedy : A Serious History ». (Autorisation)

« L’une des questions les plus délicates à propos de l’humour juif est, bien sûr, de savoir ce qu’il a de juif – en dehors, peut-être, des spécificités de la culture et des circonstances juives », a écrit M. Dauber. « D’un autre côté, l’un des aspects qui définissent la situation juive est, hélas, la lutte pour faire face à toutes sortes de difficultés ; et il n’est pas surprenant que la comédie juive ait – sous l’une de ses nombreuses formes – développé une forte dose d’humour pour y répondre ».

Dauber souligne trois grands thèmes traditionnels dans la longue histoire de la comédie juive :

1. Humour noir, ou « ce qui ne peut être guéri doit être enduré ». Dans cet esprit, a déclaré M. Dauber, « la plaisanterie vous aidera à faire face, même si elle semble insupportable ».

2. Humour à orientation historique, qui met en contraste les crises juives actuelles avec les événements et les épisodes passés. « Je n’ai pas encore vu de blagues sur le coronavirus à la table du Seder, mais je suis sûr qu’elles vont arriver, avec des jeux de mots inspirés de la peste, etc », écrit Dauber.

3. Humour religieux, ou « une comédie d’inspiration théologique, prenant directement les ramifications métaphysiques des événements en termes de liturgie et de religion juive ». Dauber explique que ce type d’humour est « plus rare, maintenant, dans certains milieux ». Il en souligne une expression archétypale dans la citation de Sholem Aleichem : « Tu nous as choisis parmi toutes les autres nations – alors pourquoi ne vas-tu pas déjà choisir quelqu’un d’autre ? »

Michael Krasny, animateur de la radio KQED et auteur de « Let There Be Laughter ». (KQED)

L’animateur radio Michael Krasny, basé à San Francisco, l’auteur en 2016 de « Let There Be Laughter : A Treasury of Great Jewish Humor and What It All Means », ajoute une autre facette au troisième élément de la liste de Dauber : L’humour de la Shoah.

« Un sujet qui mérite d’être pris en considération dans les années post-Shoah dans lesquelles nous vivons aujourd’hui et qui semble s’appliquer aux Juifs des États-Unis comme d’Israël serait un sujet centré sur le rôle de Dieu et l’humour irrévérencieux et irréligieux (laïc) qui a trait à son incapacité ou à son refus de veiller sur son troupeau qui est frappé au hasard et décimé », a écrit Krasny. « L’humour sert de catharsis à l’anxiété de la maladie et à la crainte que Dieu ne puisse ou ne veuille pas y pourvoir ».

Par ailleurs, Krasny se dit « sceptique » quant aux éléments d’humour juif liés au COVID-19, « bien que, comme je l’ai écrit, l’humour se produit inévitablement par et pour les Juifs en période de détresse et, comme vous le suggérez, depuis des siècles. Il a servi à notre tribu de soupape contre la douleur et l’anxiété profonde ».

Elliott Oring, spécialiste en folkloristique. (IU Folklore & Ethnomusicology)

Mais la question de savoir si l’humour sert réellement à apaiser l’anxiété est sujette à débat. Selon le professeur Elliot Oring, anthropologue et expert en humour, « Bien sûr, il y a des blagues sur n’importe quelle crise ou événement inhabituel… Je suppose que les blagues sur les menaces potentielles servent à projeter un sentiment momentané (« illusion ») de contrôle et à exprimer une certaine bravade face à quelque chose de dangereux (la mise à l’écart de la menace par la forme de la blague).

« Toutefois », a averti M. Oring, « beaucoup d’informations effrayantes – vraies et fausses – sont communiquées en même temps et souvent par les mêmes personnes qui font les blagues. Alors, où est le bénéfice ? Les plaisanteries montrent que les autres se retrouvent dans la même situation que soi. Mais les plaisanteries constituent-elles une stratégie d’adaptation ? Est-ce qu’elles soulagent le stress et permettent aux gens de mieux fonctionner à long terme ? C’est la sagesse conventionnelle, mais il se peut qu’elle soit conventionnelle et non pas n’importe quelle sorte de sagesse ».

Cela semble plus noir en hébreu

Tous ceux qui ont écouté les émissions spéciales très populaires de l’humoriste Barak savent qu’il a beaucoup de théories. L’une d’entre elles est la différence entre l’humour juif et l’humour israélien.

Le comédien Jonathan Barak. (Autorisation)

« Le truc avec l’humour israélien, c’est que c’est la même chose que l’humour juif, sauf qu’il est plus sarcastique et plus vicieux, plus tranchant et plus précurseur, et il n’y a pas de blague qui soit trop prématurée pour les Israéliens », a-t-il émis l’hypothèse. « Les comédiens israéliens sont les premiers à réagir à tout, car nous nous sentons privilégiés, nous pensons avoir le droit. On a vécu tellement de merdes qu’on sent qu’on a le sentiment de pouvoir dire tout ce qu’on veut ».

Cela inclut sans aucun doute les blagues sur la Shoah, qui sont monnaie courante dans les stand-up – et les cafétérias des écoles locales.

Campbell a confié que ses enfants pouvaient raconter 10 blagues sur la Shoah, sans problème. « Et je pense à la fois que c’est incroyable et que nos grands-parents ne pouvaient pas ou ne voulaient pas faire ça. Et ce sont des blagues plutôt mauvaises et de mauvais goût. »

Yisrael Campbell a transformé son histoire en un spectacle de stand-up. (Avec l’aimable autorisation d’Yisrael Campbell)

Au téléphone avec le Times of Israel dans le podcast de la semaine dernière, il a partagé une histoire très choquante : « Il y a celle où Hitler et Eichmann marchent dans la rue et Hitler dit : ‘Regardez ça’, et il sort un pistolet et tire sur un Juif. Et Eichman dit : « Pour la six millionième fois, je vous ai dit que ce n’était pas drôle », a raconté Campbell. Et il dit que son fils de 15 ans a raconté cette blague « au cours d’un dîner ! À Shabbat ! »

Beiser a reconnu que l’humour israélien peut être noir, mais a dit qu’il est aussi audacieux et plus irrévérencieux que l’humour américain ou européen.

« Nous ne gardons rien en nous. Nous n’utilisons pas trop de sous-texte », a-t-il déclaré. Mais la clé, l’ingrédient qui le définit ? la « Chutzpa », a dit Beiser en riant.

Le podcast du « Times of Israel » est disponible en téléchargement sur iTunes, Soundcloud, TuneIn, Pocket Casts, Stitcher, PlayerFM, et partout où vous obtenez vos podcasts.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...