Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

Des élus NUPES accusés de pleurer seulement la mort de terroristes, pas celle de civils

Louis Boyard, Clémentine Autain et David Guiraud ont pleuré la mort de terroristes palestiniens jeudi, tout en omettant celle de civils israéliens le lendemain

Un tweet d’Eric Zemmour dénonçant le comportement du député NUPES Louis Boyard. (Crédit : Twitter)
Un tweet d’Eric Zemmour dénonçant le comportement du député NUPES Louis Boyard. (Crédit : Twitter)

Jeudi matin, l’armée israélienne a mené une opération anti-terroriste dans le bastion du terrorisme palestinien en Cisjordanie, Jénine, au cours de laquelle des terroristes palestiniens, mais aussi au moins une civile sexagénaire, ont été tués lors de violents affrontements entre les troupes israéliennes et des membres armés du Jihad islamique palestinien.

Alors que la presse internationale rapportait les faits, les internautes ont largement commenté l’évènement sur les réseaux sociaux. Beaucoup ont accusé Israël d’avoir causé un « massacre », pleurant ces morts, quand d’autres ont rappelé que la grande majorité des individus tués étaient armés – le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne (AP) a d’ailleurs lui-même identifié plusieurs des morts comme étant des membres actifs de groupes terroristes.

Parmi ceux pleurant les terroristes palestiniens tués : le député français Louis Boyard (NUPES) , qui a condamné par la même occasion un supposé silence de la France.

« Au moins neuf Palestiniens assassinés et une vingtaine de blessés. C’est le bilan du raid mené par l’armée israélienne à Jénine, dans le nord de la Palestine. Pas un mot. C’est la réaction de @francediplo devant ce massacre. Le sang en Palestine, la honte en France », a écrit sur Twitter le député d’extrême gauche, élu dans le Val-de-Marne.

Au même moment, Anne-Claire Legendre, porte-parole du ministère des Affaires étrangères français publiait un communiqué :

Vendredi soir, Journée de commémoration internationale de la Shoah, un terroriste palestinien de 21 ans a ciblé des civils israéliens devant une synagogue de Neve Yaakov, à Jérusalem, tuant sept personnes, dont un adolescent de 14 ans – l’attaque la plus meurtrière depuis des années.

Cette fois, plusieurs parmi ceux qui pleuraient la veille la mort des terroristes palestiniens sont restés silencieux. Parmi eux : le député Louis Boyard.

Nombreux sont ainsi les internautes qui ont condamné le comportement du jeune député, l’accusant d’antisémitisme et d’apologie du terrorisme pour avoir rendu hommage à des hommes armés palestiniens, et ne pas avoir eu « un mot » – pour reprendre ses termes – pour des victimes civiles israéliennes. (Là encore, la France a condamné les faits, ainsi que son président Emmanuel Macron sur Twitter et au téléphone avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu.)

« Louis Boyard et ses amis ont les mots pour pleurer les morts palestiniens de Jénine. Ils perdent soudain la voix quand il s’agit de l’attaque djihadiste atroce à Jérusalem », a dénoncé Eric Zemmour, président du parti Reconquête. « En France comme à l’étranger, la complaisance de l’extrême-gauche avec les islamistes est la même. »

« Le saviez-vous ? Louis Boyard a dénoncé ‘un massacre’ pour parler de l’opération israélienne contre le Jihad islamique à Jénine mais n’a pas écrit un mot de solidarité pour les sept Juifs massacrés dans une synagogue à Jérusalem vendredi soir. Le visage LFI – Hamouri – Corbyn », a lui écrit l’internaute Julien Bahloul, parmi d’autres réactions similaires :

Si Louis Boyard a été principalement ciblé par de tels messages, faisant suite à son commentaire et à son silence, d’autres députés NUPES ont adopté un comportement similaire, condamnant eux aussi le raid anti-terroriste israélien, et ne réagissant pas aux deux attentats à Jérusalem.

« Une nouvelle attaque meurtrière contre les Palestiniens, cette fois-ci dans un camp de réfugiés », a écrit Clémentine Autain (Seine-Saint-Denis) jeudi soir. « On compte neuf tués, des blessés graves, des tirs de lacrymogène dans une pédiatrie. Quand est-ce que notre indignation prendra le pas sur l’apathie collective ? »

La ministre de la Santé de l’AP, Mai al-Kaila, avait en effet accusé les soldats d’avoir tiré du gaz lacrymogène à l’intérieur de l’unité pédiatrique de l’Hôpital gouvernemental local, mais l’armée a catégoriquement démenti cette allégation.

Le directeur de l’hôpital, Wissam Bakr, a indiqué que du gaz lacrymogène avait été tiré « dans le périmètre » de son établissement. « Le gaz a atteint le service pédiatrique, posant un danger pour les enfants, qui ont été transférés vers un endroit sûr loin des affrontements », a-t-il dit à l’AFP.

« Personne n’a tiré du gaz lacrymogène volontairement dans un hôpital (…) mais l’opération se déroulait non loin de l’hôpital et il est possible que du gaz lacrymogène soit entré par une fenêtre ouverte », a affirmé à l’AFP un porte-parole militaire israélien.

« Après avoir tué au moins neuf Palestiniens à Jenine, l’armée israélienne bombarde Gaza », a lui écrit le député David Guiraud (Nord). « Pas de déclaration du gouvernement [celle-ci a été publiée quelques heures plus tard, NDLR]. Les vies des Palestiniens, le droit de ce peuple à l’autodétermination, cela n’aurait aucune valeur ? Quand l’injustice tue, le pire c’est notre silence. » Guiraud n’a vraisemblablement pas jugé bon de rappeler que les frappes israéliennes étaient menées en guise de représailles contre des positions du groupe terroriste du Hamas, au pouvoir dans l’enclave palestinienne, et non contre Gaza et qu’elles sont survenues après des tirs de roquettes en provenance de Gaza.

Face à ces silences, un internaute a tenté un trait d’humour : « C’est Shabbat… Il [faisant là référence à Louis Boyard] tweetera ce soir après havdala. »

La position des trois députés NUPES ne surprend pas vraiment, tant leur mouvement est, depuis des années, accusé d’accointance avec l’antisémitisme, et avec le terrorisme palestinien (comme l’illustrait déjà il y a seulement quelques jours l’invitation du terroriste franco-palestinien Salah Hamouri à l’Assemblée nationale par des députés NUPES).

Des Palestiniens brandissent des photos de Fadi Ayesh dans la bande de Gaza célèbrent une attaque terroriste meurtrière à Jérusalem, le 27 janvier 2023. (Crédit : réseaux sociaux)

Ce week-end, face au silence des députés NUPES, des Palestiniens, pour lesquels ils n’oublient jamais d’affirmer leur soutien, étaient eux bien plus expressifs, célébrant avec ferveur en Cisjordanie et à Gaza l’attentat meurtrier commis devant la synagogue à Jérusalem.

Des Palestiniens célèbrent un attentat terroriste à Jérusalem qui a tué sept Israéliens dans une synagogue, dans la ville de Gaza, le 27 janvier 2023. (Mahmud Hams/AFP)

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.